Publié le:

Khartoum (AFP) – Des centaines de Soudanais ont manifesté dimanche en faveur d’une initiative politique soutenue par le chef de l’armée Abdel Fattah al-Burhan, qui a dirigé le coup d’État militaire de l’an dernier, ont indiqué des correspondants de l’AFP.

Les manifestations ont eu lieu devant une salle de conférence de Khartoum où se tiennent depuis samedi des réunions pour une initiative récemment mise en place visant à mettre fin à la crise politique au Soudan.

L’initiative, connue sous le nom de « L’appel du peuple du Soudan », a été lancée le mois dernier par le célèbre chef religieux soufi Al-Tayeb Al-Jed.

À la fin du mois dernier, Burhan, qui a dirigé le coup d’État d’octobre qui a fait dérailler la transition du Soudan vers un régime civil, a salué l’initiative.

Dans un discours télévisé dimanche, Burhan a exhorté toutes les factions soudanaises à unir leurs efforts pour unir les Soudanais afin de « poursuivre la transition et ouvrir la voie aux élections ».

Il a également déclaré que l’armée se rangeait du côté des aspirations du peuple à un « gouvernement démocratique sous un gouvernement civil élu ».

Le manifestant Hozaifa Mohamed a déclaré qu’il « soutient l’initiative qui appelle à un consensus national et qui, nous l’espérons, mettra fin à la crise au Soudan ».

Un autre manifestant, Othman Abdelrahman, a également déclaré que l’initiative « appelle à la fin des conflits » et « rassemble plusieurs factions de tout le Soudan, y compris des soufis, des groupes armés et autres ».

Les Forces pour la liberté et le changement (FFC), le principal bloc civil soudanais évincé du pouvoir lors du coup d’État, n’ont pas rejoint l’initiative.

READ  MacKenzie Scott et Melinda French Gates s'associent pour l'équité entre les sexes | Actualités économiques et commerciales

Étaient également absents les membres des comités de résistance, des groupes informels qui ont émergé lors des manifestations de 2019 contre Bashir et qui ont lancé des appels à de récents rassemblements anti-coup d’État.

Le Soudan est sous le choc de l’instabilité politique, d’une crise économique en spirale et d’une augmentation des affrontements ethniques dans ses régions reculées.

La prise de contrôle militaire a bouleversé une transition vers un régime civil qui a commencé après l’éviction en 2019 de l’homme fort Omar al-Bashir, qui a régné pendant trois décennies.

Depuis, le pays est secoué par des manifestations quasi hebdomadaires et une violente répression qui a jusqu’ici fait au moins 116 morts, selon des médecins pro-démocratie.

Une conférence organisée par l’initiative samedi a réuni des diplomates d’Egypte, d’Arabie saoudite et de l’Union africaine.

Puis, dans un discours, Al-Jed a déclaré que l’initiative rassemblait quelque 120 partis politiques et plusieurs factions, y compris des ordres soufis et des chefs tribaux.

Il a également déclaré qu’il visait à faire face à « la détérioration économique » dans le pays, « réaliser la paix et la sécurité » et veiller à ce que les élections prévues pour l’année prochaine se déroulent « avec intégrité ».

La figure soufie a en outre appelé les gens à « manifester en soutien » à l’armée et aux autres forces de sécurité pour assurer l’unité. Il a exhorté les factions qui n’ont pas assisté à la réunion à se joindre à l’initiative même si elles sont « opposées » ou ont des « réserves ».

Le mois dernier, Burhan s’est engagé dans un discours télévisé à se retirer et à laisser la place aux factions soudanaises pour s’entendre sur un gouvernement civil.

READ  L'UE retarde la taxe numérique alors que les négociations fiscales progressent

Les dirigeants civils qui ont été évincés lors du coup d’État de l’année dernière ont qualifié leur décision d' »arnaque », et les manifestants pro-démocratie se sont accrochés à leur cri de ralliement « pas de négociation, pas de partenariat » avec l’armée. .