19 octobre (Reuters) – Deux ardents fans de football français font du vélo de Paris à Doha pour encourager les champions en titre lors de la Coupe du monde au Qatar, qui commence le mois prochain.

Mehdi Balamissa, réalisateur de documentaires, et Gabriel Martin, producteur de télévision, sont partis du Stade de France le 20 août et ont parcouru environ 5 000 km à vélo.

Le duo a eu l’idée de faire du vélo en Italie pour un match de la Ligue des Nations l’année dernière et espère maintenant terminer son long voyage avant le match d’ouverture de la France contre l’Australie le 22 novembre.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

« Avec ce voyage, nous pouvons promouvoir la mobilité durable, une autre façon de voyager et nous pouvons montrer aux gens qu’avec vos jambes, vous pouvez vivre de nombreuses aventures autour de votre maison ou peut-être plus loin », a déclaré Balamissa, 26 ans, à Reuters.

Football football – FIFA World Cup Qatar 2022 Preview – Doha, Qatar – 14 octobre 2022 la marque de la coupe du monde de la FIFA 2022 est visible à l’aéroport international Hamad REUTERS/Hamad I Mohammed

Les cyclistes, qui parcourent 120 km par jour, sont arrivés en Jordanie cette semaine et traverseront l’Arabie saoudite avant d’atteindre Doha.

Martin a déclaré que s’attaquer à différents terrains au cours de ce voyage de trois mois était une tâche formidable.

« Le principal défi est de couvrir une longue distance. Parfois, c’est plat, mais parfois ça monte beaucoup », a-t-il déclaré à Reuters.

La France, tirée au sort dans le groupe D, affrontera également le Danemark et la Tunisie.

« Gabriel et moi, nous ne serions pas sur nos vélos en ce moment en Jordanie si nous ne pensions pas que la France gagnerait la Coupe du monde », a ajouté Balamissa.

READ  4 conseils de transport pour se déplacer en Suisse

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Informations de Muath Freij, écrites par Dhruv Munjal à Bengaluru Edité par Christian Radnedge

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.