Arthur Rinderknech est né pour jouer au tennis. La mère du Français, Virginie Paquet, a remporté une manche à Roland Garros en 1986. Son père, Pascal, est directeur d’un club de tennis à Paris. Le fait qu’il participe pour la troisième fois en simple à son Grand Chelem à domicile est logique.

Son parcours, cependant, n’est pas celui auquel on s’attendrait.

Rinderknech ne se souvient pas de ses premiers instants avec une raquette de tennis à la main en raison de son jeune âge. « J’avais la raquette dans la main et je voulais frapper la balle et c’est comme ça que ça a commencé », a-t-il déclaré à ATPTour.com. « Puis je suis tombé amoureux de ce sport. »

Mais Rinderknech, aujourd’hui âgé de 26 ans, ne s’est pas révélé être le Richard Gasquet de sa génération. En fait, il n’a atteint le Top 500 du classement Pepperstone ATP qu’en 2018, alors qu’il avait 23 ans. C’est en partie parce qu’il n’est pas devenu professionnel à l’adolescence. Au lieu de cela, il a passé quatre ans à plus de 5 000 miles de son domicile à College Station, au Texas. Au lieu d’un lieu visité pour ses attractions touristiques, c’était sur un campus célèbre pour le football universitaire. Rinderknech a choisi de fréquenter la Texas A&M University, où il a joué au tennis universitaire.

« Je pense que je suis un peu un joueur différent de beaucoup de gars », a déclaré Rinderknech à ATPTour.com. « Comme je l’ai fait, aller à l’université [was different], surtout en tant qu’international, pas en tant que joueur américain. Je n’ai jamais joué en jeunesse quand j’étais jeune, je n’ai jamais joué en équipe de France de jeunes quand j’étais jeune.

READ  Coronavirus et pratiques obsolètes au cœur de la baisse historique du PIB au Japon

Le Français a ajouté : « Je sentais que c’était le meilleur pour moi. Je n’étais pas le meilleur chez les juniors. Je n’étais probablement que 5e, 6e ou 7e à mon âge en France, donc je n’avais pas beaucoup d’aide. Je voulais continuer à jouer au tennis, pas seulement aller à l’école, et je pouvais faire les deux aux États-Unis, alors j’ai décidé d’y aller. C’était une super expérience et j’ai continué à m’améliorer.

Quand Rinderknech était jeune, il est allé plusieurs fois avec sa famille rendre visite à des amis en Floride entre Boca Raton et Miami. L’Amérique n’était donc pas entièrement nouvelle pour lui lorsqu’il a décidé de suivre la voie du tennis universitaire. Il « aimait le pays et la culture ». Le natif de Gassin a concouru avec l’entraîneur-chef Steve Denton, deux fois finaliste de l’Open d’Australie.

« J’ai senti qu’il avait une bonne expérience à me donner, un bon enseignement. Il a également eu un excellent match, il était grand et il a bien servi, c’est ce que j’essaie de faire », a déclaré Rinderknech. « J’ai donc senti que c’était la meilleure chose pour moi et bien sûr l’école est incroyable, donc c’était parfait pour moi. »

Cependant, il n’était pas clair à partir du moment où il a mis les pieds sur le campus que le tennis professionnel était la prochaine étape. « J’ai fait ce rêve, mais je n’étais pas vraiment sûr de vouloir le faire », a admis Rinderknech.

Parallèlement, il étudie le commerce. « Je suis assez intéressé par les affaires. Les affaires sportives ou les affaires en général. Je pense que c’est assez intéressant de savoir ce qui se passe. Vous savez, gérer les gens, gérer l’argent, tout ça. J’ai donc pensé que c’était la meilleure chose à faire. étude, et je pense aussi que cela laisse pas mal de portes ouvertes pour l’avenir », a déclaré le Français.

READ  Air France KLM perd son combat contre l'amende d'un cartel européen

Mais au fur et à mesure que le temps de Rinderknech au Texas progressait, son tennis s’améliorait. À la fin de sa carrière universitaire, il a atteint le Top 10 du classement universitaire. En tant que junior à Texas A&M, il savait qu’il voulait gagner sa vie en jouant au tennis.

« J’ai senti que je m’améliorais aux États-Unis à l’université. Mon entraîneur m’a dit que je devrais essayer [that my] le niveau s’améliorait de plus en plus », a déclaré Rinderknech. « Donc, c’est juste étape par étape. Vous vous améliorez, vous sentez que vous en faites partie et vous voulez vous améliorer encore et continuer à gravir la grande montagne. »

Equipe de France
Rinderknech était membre de l’équipe de France de la Coupe ATP 2022. Crédit photo : Peter Staples/ATP Tour
La percée de Rinderknech a eu lieu en janvier 2020, lorsqu’il a remporté son premier titre ATP Challenger Tour à Rennes, en France, en tant que joueur n ° 328 du classement Pepperstone ATP. Il n’a pas regardé en arrière depuis.

La saison dernière, le Français s’est qualifié pour ses premiers quarts de finale et demi-finales de l’ATP Tour, et a également fait son entrée dans le Top 100 pour la première fois en juillet. La saison de Rinderknech s’est terminée tard, et lorsqu’il a intensifié son entraînement pour la nouvelle année, il n’a pas eu beaucoup de temps pour réfléchir, ce qui ne le dérangeait pas.

« J’ai l’impression d’appartenir là où je suis en ce moment, donc ça me va », a déclaré Rinderknech. « Je joue de gros tournois chaque semaine, contre de bons gars, donc je me sens bien à ce sujet. »

READ  L'Angleterre s'est bien comportée pour battre la France 4-1

Le droitier de 26 ans, qui joue au tennis agressif et aux gros services, était membre de l’équipe de France de la Coupe ATP de cette année et a atteint sa première finale de niveau tour à Adélaïde, où il a perdu contre Thanasi Kokkinakis.

Aujourd’hui, Rinderknech, l’homme avec le tennis dans son ADN, participe aux plus grands événements mondiaux. Ce sera la première fois qu’il participera à Roland Garros sans avoir besoin d’une wild card. Mais il n’est pas submergé par les projecteurs. Il veut juste être vu comme « un bon gars » qui fait de son mieux pour s’améliorer.

« Cela ne change rien », a déclaré Rinderknech. « Je me sens chanceux de faire partie des plus grands tournois du monde. »