Les critiques de la croissance économique sont presque aussi anciennes que le phénomène de la croissance économique lui-même. Mais le terme « décroissance » tel qu’il est utilisé aujourd’hui remonte à des débuts relativement récents. Revoyons brièvement son histoire.

Certaines traditions de critique de la croissance remontent à la fin du XVIIIe siècle et vont des émeutes luddites contre les machines de l’industrialisation au malaise romantique avec la modernité ou aux dissections anticoloniales de la civilisation européenne. Cependant, dans la seconde moitié du XXe siècle, l’évolution de la perception publique de la finitude des ressources sur cette planète a également conduit à une montée populaire des critiques à l’égard de la croissance économique.

Le premier rapport au Club de Rome en 1972 a lancé un débat mondial sur « Les limites de la croissance » qui ne s’est pas encore apaisé. La naissance du mot décroissance, traduit en anglais par « degrowth », remonte également à l’année 1972. Le théoricien politique André Gorz se demandait déjà à cette époque : « L’équilibre de la terre, dont la non-croissance – voire la diminution – de la production matérielle est une condition nécessaire, est-il compatible avec la survie du système capitaliste ?

D’autres intellectuels de cette période ont influencé la discussion initiale sur la décroissance ; Particulièrement important était le mathématicien et économiste roumano-américain Nicholas Georgescu-Roegen, qui a intégré une compréhension de la physique et de la thermodynamique dans la théorie économique.

La décroissance a été formée comme un projet politique pour ouvrir des alternatives systémiques.

Le débat sur la croissance à l’époque s’étendait bien au-delà des mouvements écologistes et incluait les gouvernements des pays industrialisés, les syndicats et les débats anticoloniaux sur le développement. Un aspect des idées actuelles sur la décroissance a été articulé, par exemple, par les intellectuels révolutionnaires américains et les militants des droits civiques James et Grace Lee Boggs, qui disputé en 1974 que « la révolution qui sera faite aux États-Unis sera la première révolution de l’histoire qui exigera des sacrifices matériels des masses au lieu d’acquérir plus de choses matérielles », parce que, poursuivent-ils, celles-ci ont été « acquises au prix de la condamnation d’un tiers du monde en état de sous-développement, d’ignorance, de maladie et de mort prématurée ».

Pourtant, à cette époque, le terme « décroissance » était rarement utilisé et n’est devenu le cadre d’un ensemble plus large d’idées que bien plus tard, et avec la fin de la crise pétrolière et la montée du néolibéralisme à partir des années 1980, la critique plus large de la croissance économique est passée au second plan.

Cela n’a changé qu’au début des années 2000. Au plus fort de la pensée unique néolibérale (« Il n’y a pas d’alternative » de Margaret Thatcher) et de l’hégémonie du « développement durable » dans les débats environnementaux (l’affirmation selon laquelle la croissance économique peut se concilier avec la durabilité), la décroissance était configuré comme un projet politique pour ouvrir des fissures pour des alternatives systémiques. En 2002, un numéro spécial du magazine français Silence a été publié sous le titre « Décroissance soutenable et conviviale ».

READ  Les abeilles accumulent des microplastiques en suspension dans l'air sur leur corps

Dans l’introduction de l’édition, Bruno Clémentin et Vincent Cheynet ont inventé le terme décroissance soutenable explicitement comme un terme contraire au « développement durable », le mot à la mode à l’époque. En associant les mots « décroissance » et « durabilité », les auteurs ont mis en évidence le fait que mettre fin à la quête de croissance ne devrait pas signifier un effondrement ou une récession, comme le mot « décroissance » pourrait le suggérer à beaucoup, mais un processus de transformation démocratique pour une société plus juste, durable et moins intensive en matériaux et en énergie.

Et la référence à la décroissance comme « conviviale » (terme français, dérivé du latin con vivere, vivre ensemble) soulignait qu’elle renvoyait à une vision positive du bien-vivre définie par des interrelations sociales coopératives entre elles et avec la nature, une vision insistant sur le fait que un autre monde est possible.

La «décroissance» était à la fois une provocation et une proposition politique conçue pour remettre en question les hypothèses économiques dominantes sur le développement et tracer une voie pour l’avenir.

Dans cette nouvelle utilisation du terme, la «décroissance» était à la fois une provocation et une proposition politique visant à remettre en question les hypothèses économiques dominantes sur le développement et à tracer une voie pour l’avenir. Au départ, il combinait deux axes intellectuels : d’abord, une analyse socio-métabolique et thermodynamique de la croissance capitaliste, qui mettait en évidence la nécessité pour les pays du Nord de sortir de la course à la croissance irrationnelle et insoutenable et de renverser l’hégémonie liée à la « paradigme de l’augmentation ». » qui affirmait que la croissance du PIB était bonne, impérative et illimitée ; deuxièmement, les critiques radicales de l’école de pensée « post-développement », qui critiquait le « développement » capitaliste et l’idée que le progrès exige la croissance comme une idéologie occidentale erronée, destructrice et universalisante.

Le terme s’est imposé en France dans les années suivantes, notamment grâce aux travaux de l’économiste, philosophe et critique du développement français. Serge Latouche. En 2008, le terme anglais « degrowth » avait reçu une attention internationale, avec la première « Conférence internationale sur la décroissance sur la durabilité écologique et la justice sociale » à Paris. De là, le concept de décroissance s’est propagé de la France vers l’Espagne, l’Italie, le reste de l’Europe et au-delà.

READ  La région du sud de la Californie pourrait faire face à une ordonnance de maintien à domicile en raison de la pression exercée sur le système de santé

À ses origines, le mouvement avait ses racines dans des groupes environnementaux anarchistes, des campagnes pour des villes sans voiture et contre les infrastructures industrielles à grande échelle, ainsi que des projets collectifs locaux tels que des groupes de logements collectifs et des écovillages. Cependant, ce sont les Conférences internationales bisannuelles sur la décroissance qui ont servi de points de rencontre, de lieux de discussion et de lente formation d’un cadre international de décroissance. En 2014, la quatrième conférence internationale de Leipzig a attiré 3 000 participants.

Pour 2020, la septième conférence internationale, tenue en ligne en raison de la pandémie de COVID-19, a attiré plus de 4 000 participants. Les recherches sur le sujet se sont multipliées, des centaines d’articles de revues universitaires évalués par des pairs étant publiés sur le sujet. Chaque année, les écoles d’été sur la décroissance organisées par différents instituts et collectifs à travers l’Europe attirent des dizaines et parfois des centaines de participants, et la Journée mondiale de la décroissance en juin est l’occasion pour les organisations et initiatives locales d’organiser des festivals et des conférences à travers le monde.

Les critiques de la décroissance et ses propositions fondamentales devraient faire partie intégrante du « mouvement des mouvements » plus large nécessaire pour un avenir globalement juste pour tous.

Alors que la décroissance reste largement un concept académique et militant, la critique de la croissance en tant que priorité dominante gagne également en popularité dans l’arène publique. Alors que les sondages doivent être pris avec un grain de sel, un 2018 enquête menée en France ont montré que 54 % des personnes interrogées soutenaient la décroissance, contre 46 % qui soutenaient la croissance verte ; dans un autre sondage, également en France, 55 % des personnes interrogées étaient favorables à un avenir de décroissance, contre 29 % qui préféraient une continuation plus sûre et stable du présent et 16 % qui étaient favorables à un avenir néolibéral numérisé.

dans un autre sondage, la plupart des Européens ont convenu que l’environnement devait être une priorité, même s’il freinait la croissance économique. Des sondages comme ceux-ci ne se traduisent pas nécessairement, par exemple, en schémas de vote : il est encore difficile d’imaginer qu’un parti de la décroissance obtienne des pourcentages à deux chiffres des voix aux élections françaises, sans parler des élections européennes. Mais ils indiquent qu’il existe une certaine inquiétude et réceptivité de la part du public, et qu’il pourrait y avoir de la place pour que la décroissance s’épanouisse et se développe davantage en tant que nouveau bon sens écosocial qui rivalise avec les idées écomodernistes et de croissance verte.

READ  La Chine lance le premier module pour une nouvelle station spatiale

La recherche sur la décroissance est maintenant assez diversifiée et empiriquement solide. Il couvre des disciplines telles que l’économie et les sciences humaines, les sciences politiques, les sciences du climat, les études technologiques et certaines sciences naturelles et de l’ingénierie, et comprend des centaines d’articles scientifiques sur des sujets allant de la modélisation économique à l’analyse d’ensembles de données sociométaboliques internationales, en passant par des cas. études de squatters à barcelone.

Plus en plus livres grand public sont publiés en anglais sur le thème depuis 2014ainsi que des dizaines de livres édités Oui Problèmes spéciaux qui se concentrent sur divers sujets tels que le logement, la technologie, l’économie politique, le tourisme, la nourriture, la démocratie, les mouvements sociaux, le féminisme, l’anthropologie et l’histoire.

Cependant, alors que la décroissance va au-delà des perspectives écologiques et économiques qui dominent dans la littérature, il n’y a pas beaucoup d’écrits qui explorent la décroissance dans toute son ampleur, y compris les analyses de scénarios centraux dans les sciences sociales et humaines. Et tandis que le mouvement de décroissance est clairement progressiste ou même largement anticapitaliste, il y a peu de livres qui explorent la décroissance d’un point de vue explicitement critique du capitalisme qui engage des débats plus larges à gauche, c’est-à-dire qui voit des systèmes de domination tels que le patriarcat, le colonialisme, l’impérialisme, le racisme et le capitalisme comme les principaux problèmes structurels auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui.

C’est ce que nous cherchons à faire dans L’avenir est déclin. Ce faisant, nous soutenons que la décroissance représente un cadre d’une importance cruciale et cohérent en interne pour un avenir juste, qui doit compléter et éventuellement transformer des propositions progressistes comme le Green New Deal. Bien que la «décroissance» en tant que terme n’ait pas besoin d’être adoptée par les mouvements sociaux émancipateurs et la gauche en général, nous soutenons que ses perspectives, critiques et propositions fondamentales doivent faire partie intégrante de la société au sens large. « mouvement de mouvements » qui est nécessaire pour un avenir globalement équitable pour tous.

__________________________________

Pris à partir de L’avenir, c’est la décroissance : un guide pour un monde au-delà du capitalisme par Matthias Schmelzer, Aaron Vansintjan et Andrea Vetter. Copyright © 2022. Disponible chez Verso Books.