Les hauts responsables de l’agence européenne des frontières auraient démissionné après qu’une enquête a trouvé des preuves d’inconduite et d’atteintes aux droits à l’agence.

Fabrice Leggeri, le directeur de l’agence frontalière de l’UE Frontex, est devenu le chef de file lorsqu’il a démissionné vendredi après la publication des premiers résultats d’une enquête menée par l’organisme de surveillance anti-fraude de l’UE.

Mais un responsable de l’UE a déclaré que le Français, qui dirige l’agence depuis 2015, n’est pas le seul haut responsable à avoir démissionné, a rapporté Politico.

Le budget de Frontex a explosé ces dernières années alors que le bloc luttait pour endiguer le flux de migrants à travers ses frontières. De manière controversée, il est devenu la première force armée et en uniforme de l’UE, avec un plan de déploiement de 10 000 gardes pour patrouiller les frontières du bloc dans les années à venir.

Cependant, il a fait l’objet d’un examen minutieux par son implication présumée dans des « retours en arrière » aux frontières de l’UE : rejet illégal d’immigrants aux frontières de l’UE. Des cas de harcèlement et d’inconduite au sein de l’agence elle-même ont également été signalés.

Le conseil d’administration de Frontex a convoqué une réunion d’urgence jeudi et vendredi pour discuter des allégations contre M. Leggeri et deux autres membres du personnel de Frontex, qui n’ont pas été identifiés.

Lors de cette réunion, Leggeri, qui a précédemment nié les allégations, s’est plaint que les pays de l’UE tentaient de transformer Frontex en une ONG. Mais il n’a pas réussi à gagner le soutien des principaux États membres.

READ  Trump a invité Kim Jong-un à Air Force One après le sommet du Vietnam de 2019

L’agence antifraude de l’UE, l’OLAF, a lancé l’année dernière une enquête sur des allégations de violations des droits de l’homme par Frontex.

Le rapport n’a pas été rendu public, mais Erik Marquardt, membre allemand du Parlement européen, a déclaré que le résumé « révèle que la direction de Frontex était au courant des violations des droits de l’homme et a délibérément évité de les signaler ».