CLES ORONATIONS ONT pris de nombreuses formes tout au long de l’histoire européenne. Les rois espagnols ont reçu une pomme d’or. Les rois de France étaient aspergés d’huiles saintes de la Sainte Ampoule de Reims. Napoléon a opté pour une variation sur un thème, en se graissant puis en se couronnant en présence d’un pape. Les rois polonais ont enduré le spectacle alarmant de se réveiller avec un archevêque dans sa chambre le jour J.

Écoutez cette histoire

Profitez de plus d’audio et de podcasts sur ios ou Android.

Des couronnements d’un genre différent se produisent chaque fois que le jeLes 27 dirigeants se réunissent pour le Conseil européen, la plus haute institution du club, qui a entamé un sommet de deux jours le 21 octobre. Le bâtiment Europa, cube de verre enserrant un ovale fluorescent surnommé « l’œuf de l’espace » qui abrite la réunion, manque peut-être du faste de la cathédrale de Reims. Cependant, une fois que les présidents ou les premiers ministres entrent dans l’œuf, ils deviennent en fait des monarques élus. Pendant les prochaines heures, chaque leader se conforme à un credo réaliste : l’Il esttat, c’est moi, avec 27 gouvernements nationaux réduits à 27 personnes.

Inventé en 1974 comme une salle à manger informelle pour hommes (à l’époque, tout était pour les hommes), le Conseil de l’Europe était un lieu où les dirigeants pouvaient discuter en privé des questions continentales. Il était assis à l’extérieur du jetraités. Valéry Giscard d’Estaing, le président français qui a inventé le forum, l’a baptisé d’un air majestueux : « Le Sommet est mort. Vivez le Conseil Européen ! » (Le sommet est mort, vive le Conseil européen). Avance rapide de cinq décennies et reste le plus puissant je institution, résolvant toutes les questions importantes, qu’elles soient constitutionnelles ou simplement controversées.

En conséquence, le Conseil européen donne de larges pouvoirs aux dirigeants individuels qui le composent. Pour certains pays, ce n’est pas grave. En France, Emmanuel Macron est au sommet d’un système qui donne au président des pouvoirs énormes par rapport à ses collègues dirigeants. Pour ceux qui ont des cadres plus faibles, c’est inconfortable. L’Italie a un carrousel de dirigeants changeants, certains pour le talent et d’autres pour la chance. Il a traversé huit chefs de gouvernement au cours des 16 années d’Angela Merkel en tant que chancelière allemande. Dans un cadre intime comme le Conseil de l’Europe, où la personnalité se heurte au pouvoir, c’est une faiblesse. Pourquoi faire un deal avec quelqu’un, s’il sera remplacé dans quelques mois ?

Contrairement à un roi royal, je les dirigeants doivent se soucier des électeurs et des parlements chez eux. Parfois, il s’agit de tactique. Conjuration du spectre de la mousse députés à la maison est un bon moyen de gagner des concessions de la part de vos pairs. Certains parlements, notamment scandinaves, tiennent leurs dirigeants à distance, une tactique que les législateurs d’autres pays feraient bien de suivre. Tous les dirigeants sont conscients des limites internes des autres, mais le Conseil européen existe pour forger un compromis. La façon dont vous y parvenez dépend en fin de compte des personnes assises à la table.

Une fois que les dirigeants individuels ont pris une décision, il est difficile de l’éliminer. Si 27 ont accepté de le faire, alors 27 doivent accepter de l’annuler. L’inertie est une force puissante dans je politique. Une fois que le club s’engage dans une certaine direction, il est difficile de s’arrêter. Pour cette raison, le Conseil européen est censé avoir une vision de l’avenir, comme le conseil d’administration d’une entreprise. Tandis que le jeL’administration fait le quotidien, les chefs de gouvernement doivent se réunir quelques fois par an pour établir l’orientation générale. Quelques phrases suffisent généralement pour les plus grands projets. Les grandes propositions, comme l’union monétaire, commencent en quelques lignes dans une déclaration du Conseil européen.

Le Conseil européen n’est pas explicitement un législateur, selon le jetraités. Cependant, il est de plus en plus en train de produire des lois. Le marchandage ligne par ligne auparavant réservé à des moments constitutionnels importants, tels que des modifications de traités, est désormais courant lorsque des politiques spécifiques sont conçues. En juillet 2020, les dirigeants ont passé cinq jours impliqués dans une discussion sur 1,8 billion d’euros (2,1 billions de dollars) de dépenses, y compris la composition d’un paquet de 750 milliards d’euros de nouvelle dette conjointement garantie. Des fractions d’un pourcentage du revenu national brut ont été manipulées jusqu’à l’aube. Les conclusions du Conseil européen étant perçues comme une proclamation royale, elle laisse peu de place à jeLes vrais législateurs doivent rejouer, si les consignes sont trop précises.

Pour ses défenseurs, le Conseil européen est le plus démocratique je institution. Les dirigeants sont des noms familiers. Mais le je souffre d’un déficit d’attention plutôt que démocratique. Sur le papier, le je c’est un système parlementaire : un exécutif est redevable à une chambre directement élue, tandis que les gouvernements nationaux agissent collectivement en tant que colégislateurs. Les sommets attirent l’attention, et avec elle la légitimité, du reste du système, où député européens et ministres broyer je loi. Les dirigeants préfèrent le faire eux-mêmes plutôt que de déléguer. Le résultat? Plus de réunions. Dans les années 90, les dirigeants se réunissaient trois ou quatre fois par an ; dans les années 2010, ils se sont rencontrés deux fois plus souvent. Si vous pouvez vous rencontrer par vidéo, la tentation est d’en invoquer encore plus.

Roi d’un jour

Même le format des sommets présente des inconvénients. Le Conseil européen est agile, mais étroit. Les plus grands États reculent devant le petit groupe de conseillers qui font le voyage. Les décisions sont prises dans des circonstances délibérément stressantes. Les sommets commencent tard et se terminent tard car l’épuisement physique se mêle à la pression sociale pour parvenir à des accords sur la ligne. Il intègre l’idée trompeuse que les progrès dans je elle n’est possible qu’en crise, même si elle est créée artificiellement. On fait confiance à un outil qui fonctionne bien dans les urgences quotidiennes, un peu comme utiliser un extincteur pour remplir une bouilloire.

Puisque les individus détiennent tant de pouvoir, la personnalité compte pour beaucoup à la cour des rois. La France de François Hollande était assez apprivoisée. Macron est le plus heureux de jouer sur une scène continentale, amenant les idées françaises à une portée beaucoup plus large. La force pure du caractère peut donner même la plus petite influence au pays. Dans un tel forum, un changement de personnel peut entraîner un changement de politique. Le départ de Mme Merkel, qui participait cette semaine à ce qui pourrait être sa dernière réunion de ce type, va changer la dynamique dans le jedessus de la table. Un autre monarque arrivera bientôt. La reine est morte. Vive le prochain.

Cet article est paru dans la section Europe de l’édition imprimée sous le titre « Une cour de rois ».

READ  Réglementation des voyages en Espagne, Grèce, France, Portugal pour les touristes du Royaume-Uni