Danone a choisi Antoine de Saint-Affrique, qui dirige le cacao et chocolatier suisse Barry Callebaut depuis 2015, comme nouveau PDG.

Le conseil d’administration s’est réuni lundi soir à Paris pour ratifier la nomination de l’exécutif de 56 ans, qui a également passé plus de 15 ans chez Unilever, a indiqué la société. Son mandat débutera en septembre.

Le groupe français à l’origine de l’eau en bouteille d’Evian et des yaourts aux légumes Alpro tente de surmonter des mois de luttes intestines qui ont abouti à l’éviction de l’ancien patron Emmanuel Faber en mars.

La performance de Danone est inférieure à celle de ses plus grands concurrents du secteur de la consommation depuis la pandémie de l’année dernière, en partie parce que les types de produits qu’il vend – eau en bouteille, préparation pour nourrissons et produits laitiers – ne le sont pas. Ils ont bénéficié du même Covid-19. boost que leurs produits ont reçu. Des entreprises comme Unilever et Nestlé ont bénéficié d’une demande accrue de produits d’entretien ménager, d’aliments pour animaux de compagnie et de café.

Certains membres du conseil en sont venus à considérer le style de gestion de Faber comme autoritaire et se sont demandé s’il avait conduit à plusieurs départs de haut niveau. La situation s’est aggravée en janvier lorsque le fonds spéculatif activiste Bluebell Capital a lancé une campagne publique pour plaider en faveur du changement chez Danone, suivie par Artisan Partners, basée aux États-Unis.

Faber a récemment déclaré au Financial Times que c’était une lutte de pouvoir avec une certaine faction du conseil d’administration qui l’avait conduit à être évincé, et non la campagne militante ou son plaidoyer de premier plan pour que les entreprises fassent davantage pour agir sur les questions environnementales et environnementales.

READ  L'Allemagne met en quarantaine les voyageurs en provenance de France: sources

Avec la fin de l’ère Faber, le conseil a cherché un remplacement avec un bilan positif dans les marques de biens de consommation que les investisseurs verraient instantanément crédibles, a déclaré une personne proche de l’entreprise.

La liste restreinte inclurait l’ancienne cadre de L’Oréal Nathalie Roos, le directeur de McCain Foods Max Koeune et Hanneke Faber, qui dirige désormais l’activité alimentaire d’Unilever.

De Saint-Affrique s’est qualifié car il avait une vaste expérience dans le secteur de la consommation et avait déjà dirigé une entreprise publique, a déclaré la personne. Au cours de son mandat chez Barry Callebaut, ses actions ont augmenté de 90% pour atteindre environ 2 018 francs suisses par action, dépassant de loin la hausse de 30% de l’indice de consommation de base MSCI Europe au cours de la même période.

«Les investisseurs créditent légitimement Antoine de Saint-Affrique pour avoir fait [a] un excellent travail en déplaçant l’entreprise de la croissance historique des volumes à tout prix vers un modèle beaucoup plus équilibré axé sur une croissance rentable, des rendements et des flux de trésorerie », a déclaré Alex Sloane, analyste chez Barclays.

« Cela a créé beaucoup de valeur pour les actionnaires au cours de son mandat. »

Barry Callebaut annoncé en avril que De Saint-Affrique quitterait ses fonctions pour être remplacé à compter du 1er septembre par Peter Boone, le chef du groupe pour la région Amériques.