Damian Warner est champion du monde d’athlétisme en salle pour la première fois

Le natif de London, en Ontario, s’est classé troisième au 1000 m masculin, la dernière épreuve de l’heptathlon à Belgrade, en Serbie, pour devancer Simon Ehammer, de Suisse, pour son premier titre en trois participations mondiales en salle.

Warner est le meneur mondial de la saison avec 6 489 points, ce qui dépasse son record canadien de 146 points. Le joueur de 32 ans a terminé deuxième à cinq points du vainqueur de 2018, le Français Kevin Mayer, et a terminé septième en 2014.

« Je vais [to Serbia] gagner », a récemment déclaré Warner, le champion olympique en titre du décathlon, à CBC Sports. « Ce ne sera pas facile, mais ce ne l’est jamais. Il veut faire de son mieux et gagner serait la cerise sur le gâteau. Vous voulez aussi voir que vous êtes en forme. »

HORLOGE | Warner se classe troisième du 1000 mètres pour s’assurer le titre d’heptathlon :

Damian Warner remporte l’or à l’heptathlon avec une 3e place au 1 000 m

Le Canadien a remporté le titre des Championnats du monde en salle avec 6489 points à Belgrade. 9:10

Warner a réussi un temps de 2 minutes, 39,32 secondes au 1000 m, à 2,20 secondes de son record personnel de 2:37,12 en 2018 en salle. Ehammer a terminé neuvième des 10 coureurs du 1000 m de samedi avec un record de la saison en 2: 53,54. Il a affiché un PB de 2:51.14 en février 2020.

Ehammer a terminé avec 6 363 points pour établir un record suisse et a affronté Warner dès le début de la compétition de sept épreuves vendredi.

Ashley Moloney, d’Australie, médaillée de bronze olympique 2020 au décathlon, a remporté une autre médaille de bronze samedi avec 6 344 points.

A établi un PB de 7,61 secondes sur 60 mètres haies

Avant les championnats du monde en salle, Warner a laissé entendre qu’il pourrait se surprendre avec une solide performance au 1000 m.

« Je suis toujours rapide », a-t-il déclaré, « et je sais que je suis en forme et en bonne santé, donc tout est possible. »

HORLOGE | Warner remporte le 60 m haies pour débuter son samedi :

Damian Warner termine premier du 60 m haies aux Championnats du monde d’athlétisme en salle

Damian Warner, natif de London, en Ontario, a affiché une note de 7,61 pour terminer en tête du classement du 60 m haies masculin. L’événement, qui faisait partie d’un heptathlon, s’est produit lors de la deuxième journée des Championnats du monde d’athlétisme en salle à Belgrade, en Serbie. 2:47

READ  Depay brille au rallye de Lyon pour égaliser et rester devant le PSG

Le Canadien a ouvert l’action de samedi avec une victoire de 7,61 secondes et un record personnel au 60 m haies masculin pour une avance de 38 points sur Ehammer avant de voir son adversaire franchir 5,10 m au saut à la perche pour prendre une avance de 23 points en finale. un événement. . Le meilleur score de Warner au saut à la perche était de 4,90.

Mayer n’a pas concouru ce week-end, s’étant retiré plus tôt ce mois-ci en raison de problèmes de tendon d’Achille qui se sont aggravés après avoir contracté un coronavirus en janvier, qui a suivi sa deuxième vaccination en septembre dernier.

Il y a sept mois, Warner a remporté l’or aux Jeux d’été pour la première fois avec un record olympique de 9 018 points pour vaincre Mayer (8 726).

Je vais dans le bon sens avec les étapes que nous avons franchies cette année d’un point de vue technique et d’entraînement.— Heptathlète canadien Damian Warner

À la mi-février, Warner était déprimé à l’entraînement, disant à son entraîneur, Gar Leyshon, qu’il se sentait « terrible » et qu’il n’était « pas prêt » à concourir dans les championnats du monde en salle. Mais l’entraîneur Dennis Nielsen, le physiothérapeute Dave Zelibka et le psychologue du sport Jean François Ménard l’ont soutenu, disant à Warner qu’il était en meilleure condition physique qu’il ne le pensait.

« Je pense qu’il y a encore un peu de cette peur en moi, mais je vais dans la bonne direction avec les mesures que nous avons prises cette année du point de vue de l’entraînement et de la technique », a déclaré Warner.

Dans une autre action canadienne samedi, Marco Arop, d’Edmonton, a pris la tête du 650 mètres dans la finale du 800 m avant de disparaître pour terminer dernier du peloton de huit hommes en une minute 47,58 secondes, la Torontoise Lucia Stafford s’est classée huitième dans la finale du 1500 m féminin. mètres et Lindsey Butterworth. s’est qualifiée pour la finale de dimanche du 800 m féminin.

Arop, qui a remporté sa manche vendredi en 1:48.13, s’est envolé de la ligne de départ et a pris la tête avant d’être dépassé par Mariano Garcia en route vers un temps gagnant de 1:46.20, le premier Espagnol à l’emporter dans l’épreuve depuis Coloman Trabado (1:47.42) en 1985.

Arop, 23 ans, a établi le record canadien en salle de 1:45.90 le 9 février 2019 à Clemson, en Caroline du Sud.

Noah Kibet du Kenya (1:46.35) et Bryce Hoppel (1:46.51) des États-Unis complètent le podium.

Stafford 13 à ses débuts olympiques

Stafford, également âgé de 23 ans, a raté un 1 500 PB par 68-100 secondes lors de son premier monde en salle. La sœur cadette de la détentrice du record canadien Gabriela DeBues-Stafford. Il y a un mois, Lucia a remporté le mile féminin en 4:24.42, le deuxième temps le plus rapide d’une Canadienne derrière Gabriela en 4:19.73.

En août dernier à Tokyo, Lucia n’a pas atteint les demi-finales olympiques du 1500 m et a terminé 13e au général avec un record personnel de 4:02.12.

Gudaf Tsegay s’est enfui du terrain samedi, menant un balayage éthiopien du podium avec un record du monde en salle de 3: 57,19. Axumawit Embaye et Hirut Meshesha ont suivi en 4:02.29 et 4:03.39, respectivement.

Butterworth, originaire de North Vancouver, C.-B., a franchi la ligne d’arrivée en 2:01.99 pour se qualifier sixième pour la finale féminine du 800m, prévue à 13h05 HE dimanche.

La championne canadienne de 2021 a couru une manche de 2:02.45 lors de ses débuts olympiques à Tokyo, mais ne s’est pas qualifiée pour les demi-finales et a terminé à la 32e place.

Lors de la finale très attendue du 60 m masculin de samedi, le détenteur du record du monde en titre Christian Coleman, des États-Unis, n’a pas réussi à défendre son titre, avec un temps de 6,41 et une défaite de 3 à 1000 secondes face à l’Italien Marcell Jacobs, qui a été le premier champion du 100 m des Jeux d’été à courir. dans le monde à l’intérieur.

Coleman, qui n’était pas éligible pour participer aux Jeux olympiques de l’été dernier alors qu’il purgeait une suspension pour violation des règles antidopage sur la localisation, a mené la course de samedi avec 10 mètres à faire mais a montré une tension dans ses épaules, tandis que Jacobs, de 1,80 m, il a levé les genoux . et poussé fort jusqu’à la ligne.

Coleman, le champion du monde en titre du 100 m, tentait de devenir le premier homme à répéter en tant que champion en salle dans les années 1960 depuis que le Canadien Bruny Surin a accompli l’exploit en 1995 à Barcelone.

Le coéquipier de Coleman, Marvin Bracy, a couru un 6,44 PB samedi pour se classer troisième et Bolade Ajomale, de Richmond Hill, en Ontario, a terminé septième avec 6,63.

Mahuchikh remporte l’or du saut en hauteur pour l’Ukraine

Yaroslava Mahuchikh, qui a été forcée de fuir sa maison à Dnipro après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, a déclaré qu’elle se battait pour son pays au stade après avoir remporté l’or au saut en hauteur féminin samedi.

Le joueur de 20 ans, champion d’Europe en salle en titre de l’épreuve, a passé des journées terré dans un sous-sol avant de faire trois jours de voiture pour rejoindre la Serbie, un périple de près de 2 000 kilomètres.

Mahuchikh a remporté l’or avec un saut de 2,02 mètres samedi, l’Australienne Eleanor Patterson remportant l’argent et la Kazakhstanaise Nadezhda Dubovitskaya le bronze.

« C’était très important pour moi, ma famille, mon pays », a déclaré Mahuchikh, qui a remporté le bronze olympique l’été dernier, à BBC Sport.

« Je ne pense pas à la compétition, à l’entraînement. Pour moi, venir ici a été difficile, trois jours en voiture, et sauter ici a été très difficile psychologiquement car mon cœur est toujours dans mon pays.

« C’est très difficile, mais je pense que j’ai très bien fait pour mon pays parce que je protège mon pays sur la piste. Je pense que c’est quelque chose de très important pour mon pays. »

Mariya Lasitskene, qui a remporté l’or aux Jeux olympiques en représentant l’équipe du Comité olympique russe, a été exclue de la compétition après que World Athletics a interdit les athlètes et les officiels de Russie et de Biélorussie.