L’épidémie de Covid-19 continue de se propager dans le monde, en particulier en Europe, où de nombreux pays ont imposé des couvre-feux ou envisagent de les endiguer pour tenter d’endiguer la deuxième vague.

La pandémie a tué au moins 1,1 million de personnes dans le monde depuis que le bureau de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Chine a signalé le début de la maladie à la fin du mois de décembre, selon un rapport établi par Agence France-Presse (AFP) de sources officielles, mardi 27 octobre à 11 heures

«La semaine dernière, 46% de tous les cas dans le monde provenaient de la région Europe, Le responsable des urgences de l’OMS, Michael Ryan, était inquiet lundi. C’est presque un tiers de tous les décès dans le monde. Par conséquent, il ne fait aucun doute que la région européenne est actuellement un épicentre de la maladie. “

Visualiser l’évolution de l’épidémie en France et dans le monde
  • La Hollande adopte une «loi de la Couronne» pour encadrer les restrictions

Les députés néerlandais ont adopté une loi temporaire visant à former la base juridique de la détention partielle aux Pays-Bas et à ouvrir la voie au gouvernement pour rendre obligatoire le port d’un masque dans les espaces publics fermés.

Appelé «loi de la couronne», le texte, souhaité par la chambre basse et le Conseil d’État, offre au Parlement un plus grand contrôle sur l’action du gouvernement, dont les mesures sont mises en place grâce à des ordonnances d’urgence.

En particulier, la loi fournit la base juridique de l’obligation de porter un masque dans les espaces publics fermés, une mesure controversée récemment annoncée par le Premier ministre Mark Rutte, qui a jusqu’à présent été très sceptique quant à l’utilité du masque non médical.

Lisez aussi: concernés, les Pays-Bas adoptent un nouveau plan de limitation strict
  • La Suède renforce ses recommandations localement

Les résidents du sud de la Suède sont désormais invités à limiter les contacts et à éviter les transports en commun et les lieux fermés, ont annoncé les autorités sanitaires, alors que le royaume scandinave est en plein rétablissement des cas du nouveau coronavirus.

READ  Le proche conseiller de Trump Stephen Miller Covid-19 positif, le massacre se poursuit à la Maison Blanche

La Skåne, la région la plus méridionale de la Suède, suit les traces de la ville d’Uppsala, à 70 kilomètres de Stockholm, où il est conseillé, depuis la semaine dernière, d’éviter les transports en commun et les contacts physiques avec des étrangers. dans le hall jusqu’au 3 novembre.

Les recommandations annoncées pour Skåne resteront en vigueur pendant au moins trois semaines. Au moment où une grande partie de l’Europe resserre ses mesures pour contenir la pandémie de Covid-19, la Suède tente d’ajuster la sienne, mais est généralement sur la bonne voie avec sa stratégie sans endiguement ni mesures coercitives.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Cas de Covid-19 en augmentation en Suède, où les recommandations des autorités ne sont pas toujours très claires
  • De nouvelles restrictions en vue pour l’Allemagne

L’Allemagne, à son tour, se prépare à durcir ses mesures pour lutter contre le coronavirus, plusieurs politiciens plaçant mardi pour une torsion. Les discussions entre le gouvernement d’Angela Merkel et les dirigeants régionaux ont avancé jusqu’à mercredi, au lieu du vendredi initial. “Maintenant, nous devons prendre des décisions rapidement et de manière décisive pour briser cette deuxième vague d’infection”a déclaré le vice-chancelier Olaf Scholz dans un entretien avec l’agence allemande DPA.

Selon les médias, le chancelier préconise une “Verrouiller la lumière” avec la fermeture des restaurants et des bars, ainsi que l’interdiction des rassemblements publics. Les écoles et les crèches resteraient ouvertes. Le vice-chancelier recommande des mesures “Orienté”, “Limité dans le temps”, et surtout dans la mesure du possible en accord avec les seize régions allemandes, qui – le fédéralisme oblige – sont compétentes en matière de santé et peuvent décider de leurs propres restrictions sans que le gouvernement ait son mot à dire.

Lisez aussi: En Allemagne, cacophonie et inquiétude face à l’augmentation rapide du nombre de contaminations
  • En Espagne, les médecins publics en grève

Sans effusion de sang après avoir combattu la pandémie pendant plus de six mois, la grande majorité des médecins espagnols du service public a entamé mardi une grève nationale pour exiger plus de reconnaissance.

READ  Perdue en mer, une planche de surf voyage d'Hawaï aux Philippines

En raison des mesures de distanciation physique et du service minimum imposé par les autorités, une cinquantaine d’entre eux manifestaient devant le Parlement de Madrid, lors de la convocation de la Confédération nationale des syndicats médicaux (CESM).

Mais selon le CESM, environ 85% des 267 000 médecins espagnols ont participé à cette grève, la majorité de manière symbolique sans cesser de garantir leur service. Ce mouvement national dans l’un des pays les plus touchés par la pandémie est le premier en vingt-cinq ans, alors que les mobilisations de médecins tendent à être régionales en Espagne, les régions étant responsables de la santé.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’Espagne se tourne vers l’Europe pour survivre à sa pire récession depuis la guerre civile
  • La police anti-émeute déployée dans le nord de l’Italie

Des milliers de personnes ont manifesté lundi soir dans différentes villes italiennes contre la fermeture des restaurants et bars à partir de 18h00 et de tous les théâtres, cinémas et salles de sport pendant un mois.

Des incidents violents se sont produits en particulier à Milan et à Turin, les deux grandes villes du nord du pays, où la police anti-émeute a été déployée et où des gaz lacrymogènes ont été utilisés. Le Premier ministre envisage de présenter mardi des mesures de soutien aux secteurs d’activité et professions les plus touchés par les restrictions.

Lisez aussi: nouvelles restrictions et tensions en Italie
  • “Alerte rouge” élargie au Québec

Le premier ministre du Québec a annoncé une prolongation des mesures restrictives dans les zones «d’alerte rouge», y compris les régions de Montréal et du Québec, pour quatre semaines supplémentaires.

À partir de 1est En octobre, les Québécois ont été appelés à ne pas recevoir d’invités chez eux. Les bars, restaurants, cinémas, musées et bibliothèques seront fermés jusqu’au 28 octobre dans différentes régions placées en alerte rouge.

  • Cinq cas de Covid à l’ONU

Toutes les réunions en face à face prévues mardi au siège de l’ONU à New York ont ​​été annulées après la découverte de cinq cas d’infection par le SRAS-CoV-2 dans une mission diplomatique d’un État membre, ont indiqué les Nations Unies. .

  • En Australie, Melbourne se prépare au désarroi

Melbourne n’a vu aucun nouveau cas de coronavirus mardi pour la deuxième journée consécutive alors que la deuxième plus grande ville d’Australie se prépare à mettre fin à trois mois de verrouillage. À partir de minuit, du mardi soir au mercredi, les habitants pourront revisiter les maisons des autres, dans un rayon de 25 kilomètres autour de leurs maisons.

READ  la police arrête des centaines de femmes pour protester
Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’Australie coupée du monde pour arrêter la pandémie de Covid-19
  • L’UE verse 17 milliards d’aides à l’Italie, à l’Espagne et à la Pologne

La Commission européenne a annoncé mardi qu’elle avait décaissé 17 milliards d’euros de prêts à l’Italie, à l’Espagne et à la Pologne pour les aider à faire face à la montée du chômage liée à la pandémie. Ce sont les premiers paiements effectués dans le cadre du programme temporaire «Sure», qui vise à soutenir les mesures de chômage partiel en réponse à la crise sanitaire.

Ce soutien consiste en des prêts garantis à des conditions favorables. La Commission emprunte l’argent sur les marchés financiers, profitant des faibles taux d’intérêt dont elle bénéficie, puis le prête aux États membres dans le besoin.

Dans le détail, l’Italie a reçu mardi 10 milliards d’euros, l’Espagne 6 milliards et la Pologne un milliard. Au total, l’Italie recevra 27,4 milliards d’euros, l’Espagne 21,3 milliards et la Pologne 11,2 milliards, au titre de cet instrument temporaire, dont le montant total a été limité à 100 milliards d’euros. euros.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Face à l’aggravation de la crise sanitaire, Bruxelles est en mesure d’agir

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le monde avec l’AFP