MA PETITE SOEUR (petite soeur)
Mouvement du film
Revu pour Shockya.com et BigAppleReviews.net lié à Rotten Tomatoes par: Harvey Karten
Directeurs: Stéphanie Chuat, Véronique Reymond
Écrivains: Stéphanie Chuat, Véronique Reymond
Interprétation: Nina Hoss, Lars Eidinger, Marthe Keller, Jens Albinus, Thomas Ostermeier, Linne-Lu Lungershausen, Noah Tscharland
Projection à: Critics ‘link, NYC, 22/12/20
Vernissage: 5 janvier 2021

La chanson que Joan Baez a rendue célèbre dit: «La fortune de toutes les femmes est dure / Nous sommes toujours contrôlés, nous sommes toujours confinés / Et quand nous nous marions pour mettre fin à toutes nos luttes / Nous sommes esclaves de nos maris pour le reste de nos vies “C’est l’objet de” Ma petite soeur “, réalisé et écrit par Stéphanie Chuat et Véronique Reymond, dont” La petite chambre “est centrée sur un homme plus âgé qui accepte l’aide d’une femme, ce qui crée un lien. Non ils sont si loin thématiquement de leur offre actuelle, qu’elle trouve Lisa (Nina Hoss) interrompant sa carrière de dramaturge pour s’occuper de son frère jumeau atteint de cancer Sven (Lars Eidinger) tout en étant furieuse que son mari Martin (Jens Albinus) ) décide unilatéralement de rester en Suisse en tant que professeur dans une élégante école suisse malgré leur accord préalable pour retourner ensemble à Berlin.

Martin est arrogant en rompant son accord avec Lisa pour signer un contrat de cinq ans qui le maintiendrait là où ils sont en Suisse. Mais vous ne pouvez pas blâmer son frère Sven qui souffre d’un cancer, dont le transfert de cellules souches a été rejeté et qui a besoin que sa sœur reste avec lui. Dans le même temps, elle a hâte de rester à Berlin avec ses deux enfants (Linne-Lu Lungershausen et Noah Tscharland) et sa mère Kathy (Marthe Keller), qui rayonne des succès scéniques de son célèbre fils acteur tout en ne réfléchissant guère à L’intérêt de sa fille pour l’écriture joue avec plus d’originalité que «Hamlet».

READ  Combien pouvez-vous générer un bénéfice de 157 millions d'euros chaque mois?

Bien que vous puissiez voir ce qui va se passer à des kilomètres de là, “My Little Sister” devrait résonner avec un public familier avec l’intelligence d’acteur de Nina Hoss. Hoss a diverti ses fans dans «The Audition», qui la voit imposer sa volonté à un conservatoire d’admettre un étudiant contre la volonté des autres, et «Return to Montauk», où elle est à New York avec un homme qu’elle n’avait pas vu depuis dix-sept ans. Une scène particulière qui illustre son talent est celle de son effondrement dans un hôpital, quand le dialogue est inutile puisque le silence verbal permet d’admirer sa capacité à capturer une femme au bord de la dépression nerveuse.

Les performances de l’ensemble sont toutes de premier ordre. Lars Eidinger joue Sven, un homme désireux de retourner au théâtre pour interpréter “Hamlet” près de quatre cents fois, abattu quand David (Thomas Ostermeier), le directeur du théâtre, abandonne le plan, craignant que son acteur malade ne dure pas longtemps. quinze minutes sur scène. Peu de temps après la sage décision du réalisateur, Sven vomit dans la salle de bain, transpire et effrayé par la douleur «partout», abandonnant ses plans d’essayer des options à l’hôpital en faveur d’un retour à la maison pour mourir.

Filip Zimbrunn entraîne ses lunettes dans différents sites suisses, avec une incroyable photo d’action de Sven glissant à travers les Alpes, sprint aussi vite qu’il le peut, puis décolle comme un aigle. Ce que vous pouvez tirer du film, c’est une vue de la Suisse qui vous fait comprendre comment le peuple suisse, sans guerres à craindre pendant des centaines d’années et avec un paysage à mourir, peut vous faire envier les chanceux qui ce sont des citoyens. là-bas et qui pourrait rire de l’enthousiasme de Lisa pour rester à Berlin.

READ  Public: "Black Panther" leader du réseau sur TF1, deuxième "Capital", échec de France 2 battu par France 3 et Arte

99 minutes. © 2020 par Harvey Karten, membre, New York Film Critics Online

Histoire – B
Agissant – A-
Technique – B +
En général – B +