Malgré la pandémie en cours, le gouvernement suisse a accueilli plus d’étudiants internationaux en 2020 par rapport à 2019. En effet, selon l’Office fédéral de la statistique, quatre pour cent d’étudiants étrangers de plus ont été admis dans les établissements d’enseignement en 2020 par rapport à l’année précédente.

La même source montre qu’à la rentrée 2020, environ 12.300 nouveaux étudiants internationaux étaient inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur sur le territoire suisse, dont 9.000 étaient inscrits dans des établissements d’enseignement supérieur (HEU), 3.000 dans un lycée technique. (HES) et 300 dans les universités de pédagogie (HEP), rapporte SchengenVisaInfo.com.

Cela signifie que les étudiants internationaux choisissent la Suisse comme destination pour leurs études et leur résidence, car sept pour cent des nouveaux étudiants universitaires internationaux y vivent depuis plusieurs années, un chiffre qui monte à 15 pour cent pour HEU et HEP. .

Par ailleurs, le nombre de nouveaux arrivants continue d’augmenter, avec une augmentation de 13 % entre 2017 et 2020, puis de 4 % entre 2019 et 2020, montrant une tendance à la hausse constante.

En outre, environ 75 pour cent des nouveaux étudiants internationaux qui s’installent en Suisse pour suivre leurs études arrivent entre août et septembre, ce qui marque le début de l’année universitaire. Cependant, un quart d’étudiants en HES et HEP en moins arrivent dans le pays pour leurs études en ce moment : environ 50 %.

Alors que près de 75 % des étudiants internationaux se rendent en Suisse pour étudier, 10 % y vont pour le travail et 7 % pour le regroupement familial. En d’autres termes, plus d’un étudiant international sur six n’avait pas l’intention de commencer des études à son arrivée au pays. Cette situation touche particulièrement les femmes, qui viennent en Suisse plus souvent que les hommes pour des raisons de regroupement familial, avec 10 % et 3 % ou dans le cadre d’une activité lucrative (12 % contre 8 %).

READ  La persécution locale en France refuse de prolonger la saison de chasse au cerf

La pandémie n’a pas affecté les arrivées en général ; cependant, de faibles effets ont été observés, en particulier parmi les ressortissants de pays tiers, car leur nombre a légèrement diminué dans certaines universités. De plus, les données sur la migration accumulées jusqu’en septembre 2021 suggèrent que le nombre de nouveaux étudiants internationaux en 2021 devrait être similaire aux taux de 2020.

Auparavant, les autorités suisses avaient révélé qu’elles travaillaient à faciliter les procédures afin que les ressortissants de pays tiers diplômés de Suisse puissent y travailler après l’obtention de leur diplôme.

« Pour répondre à cette exigence, ils doivent être exclus du nombre annuel maximal de titres de séjour si leur emploi présente un intérêt scientifique ou économique élevé.», lit un communiqué de presse publié par le Conseil fédéral suisse.

Le membre du Conseil Marcel Dobler a noté que si le pays forme des spécialistes coûteux, ils devraient également pouvoir y travailler.

Selon l’Office fédéral de la statistique, le pays compte 191.812 étudiants étrangers pour 2019/2020. De plus, 83 736 de ces étudiants ont fréquenté les universités de sciences appliquées, 14 844 les universités de médecine et de pharmacie et 10 711 les universités d’ingénierie et d’architecture, car tous ces domaines d’études manquent de main-d’œuvre qualifiée au pays.