Covid-19 : Le premier confinement a réduit la transmission du virus de 84%, révèle un rapport – Franceinfo

Des chercheurs français du CHU de Bordeaux, de l’Inserm et de l’Inria ont récemment publié une étude évaluant l’efficacité des mesures sanitaires mises en place par le gouvernement français afin de faire face à la pandémie de Covid-19. Les résultats de cette étude, fortement attendus, mettent en lumière certains aspects clés de la réponse du pays à la crise.

Selon les chercheurs, le premier confinement mis en place en mars 2020 a été extrêmement efficace pour réduire la transmission du virus. En effet, ils estiment qu’il a entraîné une baisse de 84% des transmissions. Une donnée qui démontre l’importance des mesures de distanciation sociale et du confinement strict pour limiter la propagation du virus.

Le couvre-feu, quant à lui, s’est avéré être une autre mesure efficace lorsqu’il était mis en place tôt dans la soirée, à 18 heures. Dans ces conditions, les chercheurs ont observé une réduction de 68% des transmissions. En revanche, lorsque le couvre-feu était instauré à 20 heures, la baisse n’était que de 48%, soulignant ainsi l’importance de la rapidité d’action dans la mise en place de ce type de mesure.

Une autre constatation intéressante concerne la fermeture des écoles. Bien que cette mesure ait été considérée comme cruciale pour limiter la transmission du virus, les chercheurs ont constaté qu’elle n’avait eu qu’un impact limité, réduisant la transmission de seulement 15%. Cette donnée soulève des questions sur les conséquences éducatives et sociales du confinement des écoles.

Par ailleurs, les chercheurs ont également examiné l’impact de la météo sur la transmission virale. Ils ont constaté une réduction d’au moins 20% de la transmission pendant l’été par rapport aux autres saisons, en raison de la chaleur et du fait de passer plus de temps à l’extérieur.

READ  Bien-être : vivre en meilleure santé en vieillissant seul grâce à un animal de compagnie - Cosmo Sonic

Enfin, les chercheurs ont modélisé un scénario sans vaccin jusqu’en octobre 2021 et ont estimé que sans la campagne de vaccination, la France aurait enregistré deux fois plus de décès et un million d’hospitalisations supplémentaires. Ces résultats soulignent donc l’importance cruciale de la vaccination dans la lutte contre la pandémie.

Dans l’ensemble, ces données mettent en évidence l’importance d’une réactivité sanitaire rapide en cas de crise. Les chercheurs ont également souligné que si le confinement avait été décrété une semaine plus tôt, cela aurait pu éviter 20 000 décès supplémentaires. Ces résultats sont essentiels pour mieux comprendre l’impact des mesures sanitaires et pour prendre des décisions éclairées en tenant compte des implications sociales et économiques du confinement. Ils serviront également de base pour la préparation en cas d’une nouvelle pandémie, afin de mieux comprendre les mesures à mettre en place dès le début de la crise.