Naturiste peut-être, mais avec l’utilisation d’un masque aussi nécessaire que pour les “textiles”. C’est ce que l’Agence Régionale de Santé de l’Hérault (ARS) tente de rappeler aux vacanciers le célèbre village naturiste du Cap d’Agde ce dimanche. En fait, l’institution s’inquiète de la circulation «très inquiétante» de Covid-19 sur les lieux, après avoir enregistré «près de 30% de cas positifs» en une seule journée cette semaine.

«La semaine dernière, plus de 800 tests de dépistage ont été effectués. Les résultats des tests effectués mercredi ont confirmé près de 30% des cas positifs parmi les personnes ayant visité le village naturiste du Cap d’Agde », a écrit l’ARS Occitanie dans un communiqué dimanche.

Ainsi, mercredi 57 nouveaux cas positifs sur les 244 résultats validés ont été confirmés, précise l’ARS.

“Parmi les personnes qui se sont portées volontaires pour ce dépistage, le taux de cas positifs parmi les personnes ayant visité le village naturiste est quatre fois plus élevé que celui des personnes ayant séjourné dans la ville d’Agde, mais visité ce village », souligne-t-elle.

Une alerte depuis plusieurs jours

Déjà lundi dernier, sur les 194 échantillons validés, 38 cas étaient positifs (20%). Ces cas se sont ajoutés à une cinquantaine de signalements de personnes testées positives après leur retour chez elles, après un séjour au spa du Cap d’Agde, détaille l’ARS. Les résultats des 310 tests réalisés vendredi sont attendus prochainement.

L’organisation qui appelle au “strict respect des mesures préventives et de tous les gestes de barrière” au sein de cette station thermale, prévient que des opérations de contrôle seront à nouveau mises en place à partir de lundi matin.

READ  La survie de l'alliance Air France-KLM n'est pas "automatique", prévient La Haye

L’ARS avait déjà lancé une alerte jeudi à la gare. Dès que les résultats étaient connus, les personnes déclarées positives avaient reçu notamment des «consignes de prévention» et avaient été invitées si leur «état clinique ne montrait aucun signe de gravité», à utiliser leur véhicule personnel pour rentrer chez elles.

En début de semaine, le département de l’Hérault était classé “à haut niveau de vulnérabilité”.