Deux courses de descente masculines de la Coupe du monde le week-end prochain qui commencent en Suisse et se terminent en Italie ont été annulées samedi en raison d’un manque de neige dans les 300 derniers mètres du parcours après un automne inhabituellement chaud.

Ajoutée au calendrier de cette saison, la descente Zermatt-Cervinia dans le cadre spectaculaire du Cervin deviendrait la première épreuve transfrontalière de l’histoire de la Coupe du monde de ski alpin.

La Fédération internationale de ski et de snowboard (FIS) a déclaré que les courses des 29 et 30 octobre avaient dû être annulées « en raison du manque de neige et de la situation sécuritaire sur la dernière section de la piste » et ne seraient pas remplacées.

Une décision sur deux courses féminines prévues sur le même circuit les 5 et 6 novembre était attendue mardi.

Le secrétaire général du FIS, Michel Vion, a déclaré dans une déclaration sur le site de la fédération que la descente transfrontalière était « un projet nouveau et unique en lequel nous continuons à croire ».

« Il y a une possibilité de changement climatique », a déclaré Vion. « Par conséquent, nous donnons aux organisateurs jusqu’à mardi pour prendre une décision finale sur les courses féminines. »

Plus tôt samedi, le slalom géant d’ouverture de la saison de la Coupe du monde féminine a également dû être annulé. en raison des conditions météorologiques défavorables sur le glacier autrichien.

Le parcours Gran Becca de 4 kilomètres commence à Zermatt à 3 700 mètres d’altitude et se termine à Laghi Cime Bianche au-dessus de Cervinia à 2 835 mètres.

READ  Avec des hospitalisations en hausse, la France pèse le retour aux masques | Actualités, Sports, Emplois

Bien que certaines parties du champ soient recouvertes de plus d’un mètre de neige, les températures douces des dernières semaines ont rendu difficile la production de neige dans la partie inférieure.

La FIS effectue généralement son contrôle de la neige deux semaines avant une épreuve de la Coupe du monde, mais la semaine dernière a reporté sa décision sur les courses pour donner plus de temps aux organisateurs.

Vion a déclaré que les organisateurs locaux « ont réalisé de grandes choses ces derniers jours. Ce n’est certainement pas sa faute si les courses masculines n’ont pas pu avoir lieu. »

La nouvelle descente est un événement marquant pour le président de la FIS, Johan Eliasch, qui l’a qualifiée d' »emblématique ».

« J’étais là, j’ai inspecté le parcours de la course et c’est vraiment phénoménal », a déclaré Eliasch la veille de l’annulation de l’événement.

L’introduction de la course visait à donner un début précoce à la saison de sprint, comblant l’écart entre le traditionnel slalom géant d’ouverture de la saison en Autriche au cours de la troisième semaine d’octobre et les courses de descente et de super-G à Lake Louise et Beaver Creek. . fin novembre et début décembre.

Cependant, certains coureurs ont fait part de leurs inquiétudes concernant le projet, qui avance d’un mois la saison de sprint avec une course exigeante en haute altitude.

« Ce n’est pas vraiment une descente normale, c’est long. Et il est également sur 4 000 mètres lors de la première course de descente de l’année », a déclaré le spécialiste norvégien du sprint Aleksander Aamodt Kilde à l’Associated Press lors d’un récent appel vidéo.

READ  Faire de la planche à voile dans la neige? Ces athlètes professionnels portent leur sport vers de nouveaux sommets en Suisse

« Donc, ce n’est pas vraiment un début facile, c’est ce qui m’inquiète le plus », a ajouté Kilde. « C’est vraiment ennuyeux de se blesser lors de la première course. »

___

Plus de ski AP : https://apnews.com/hub/skiing et https://twitter.com/AP_Sports