Cosmo Sonic : les Falcon ne font pas recette – Économie Matin

L’aviation civile traverse une période difficile et, malheureusement, cette situation affecte également Dassault Aviation. Les résultats du premier semestre 2023 montrent des signes de faiblesse pour le constructeur aéronautique français, en particulier pour ses jets d’affaires.

En effet, le nombre de commandes de leur modèle phare, le Falcon, a chuté de plus de trois fois par rapport à l’année précédente. De plus, les livraisons globales ont également diminué, ce qui est une préoccupation pour l’entreprise.

Cependant, malgré ces défis, Dassault Aviation maintient ses objectifs et les analystes restent optimistes quant à son avenir. Sur le plan financier, le bénéfice net ajusté de l’entreprise a augmenté, passant de 318 millions d’euros au premier semestre 2022 à 405 millions d’euros pour la même période en 2023.

Si les résultats de l’aviation d’affaires sont en baisse, les performances du secteur militaire de Dassault Aviation restent solides. Malgré une diminution des commandes de l’avion de chasse Rafale, l’entreprise attend des commandes supplémentaires de l’Inde et de l’Indonésie dans les mois à venir.

Cette résistance du secteur militaire met en évidence la solidité de cette division dans un contexte difficile pour l’aviation civile. Dassault Aviation espère également une reprise des commandes de ses jets d’affaires après l’obtention de la certification pour son nouveau modèle, le Falcon 6X.

Les analystes sont confiants quant à un rebond des commandes une fois que la certification sera obtenue. Malgré des résultats inférieurs aux attentes en termes de livraisons et une baisse du chiffre d’affaires ajusté à 2,3 milliards d’euros, Dassault reste optimiste quant à son avenir dans le secteur de l’aviation.

READ  Le `` fiasco '' des vaccins nuit à la crédibilité de l'Europe

La société continue de travailler sur l’innovation et cherche à conquérir de nouveaux marchés pour maintenir sa position de leader dans l’industrie aéronautique.

Et vous, qu’en pensez-vous de la situation actuelle de Dassault Aviation ?