Coran brûlé en Suède : l’Iran n’enverra pas d’ambassadeur à Stockholm en raison d’un incident
  • par Antoinette Radford
  • nouvelles de la BBC

Le gouvernement iranien a refusé d’envoyer un nouvel ambassadeur en Suède après qu’un manifestant ait brûlé un Coran devant une mosquée de la capitale Stockholm.

Un réfugié né en Irak a brûlé le livre sacré musulman devant une mosquée le premier jour de l’Aïd al-Adha.

La police suédoise l’a accusé d’agitation contre un groupe ethnique ou national la semaine dernière.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amirabdollahian, a accusé le gouvernement de lui avoir accordé la permission de manifester.

Des plans pour brûler des copies du Coran ont déclenché des émeutes en Suède ces derniers mois. La police avait récemment rejeté des demandes de protestation similaires, mais plus tard, les tribunaux ont décidé qu’elles devaient être autorisées pour des raisons de liberté d’expression.

Les musulmans considèrent le Coran comme la parole sacrée de Dieu et considèrent tout préjudice intentionnel ou tout manque de respect à son égard comme profondément offensant.

Amirabdollahian a déclaré que malgré la nomination d’un nouvel ambassadeur, Téhéran ne les enverrait pas.

“Le processus de soumission a été retardé car le gouvernement suédois a délivré un permis pour profaner le Saint Coran”, a-t-il déclaré dans un communiqué sur Twitter.

Le ministère irakien des Affaires étrangères a également demandé à son homologue suédois d’extrader l’homme qui a brûlé le Coran. Ils ont fait valoir que puisqu’il a toujours la nationalité irakienne, il devrait être jugé à Bagdad.

Le Premier ministre suédois Ulf Kristersson a dénoncé le raid de l’ambassade, mais a également déclaré qu’il était temps pour la Suède de réfléchir à son identité.

“Bien sûr, il est totalement inacceptable que des personnes entrent illégalement dans les ambassades suédoises dans d’autres pays. Je pense que nous devrions aussi réfléchir en Suède. C’est une situation de sécurité grave, il n’y a aucune raison d’insulter les autres », a-t-il déclaré.

À la suite d’une réunion d’urgence de l’Organisation de la coopération islamique à Djeddah dimanche, l’organisation basée en Arabie saoudite a appelé les États membres à prendre des “mesures unifiées et collectives” pour empêcher les pays de brûler des copies du livre saint de l’islam.

Le secrétaire général Hissein Brahim Taha a déclaré que les incendies du Coran n’étaient “pas seulement des incidents ordinaires d’islamophobie” et a exhorté les pays du monde entier à adhérer au droit international “qui interdit clairement tout appel à la haine religieuse”.

Le Maroc, le Koweït, la Jordanie et les Émirats arabes unis, entre autres pays, ont rappelé leurs ambassadeurs à Stockholm à la suite de l’incident.

Cela a également suscité la colère d’autres pays à majorité musulmane, dont la Turquie, un membre de l’OTAN qui a son mot à dire sur l’adhésion ou non de la Suède.

Mercredi, le ministre des Affaires étrangères du pays a tweeté qu’il était “inacceptable d’autoriser des manifestations contre l’islam au nom de la liberté d’expression”.