Les geais de Sibérie sont des oiseaux vivant en groupe au sein de la famille des corvidés qui utilisent un large répertoire d’appels pour se prévenir mutuellement des prédateurs. Cependant, sporadiquement, les oiseaux utilisent l’un de ces appels pour tromper leurs voisins et accéder à leur nourriture. Des chercheurs des universités de Constance (Allemagne), Wageningen (Pays-Bas) et Zurich (Suisse) ont maintenant examiné comment les geais de Sibérie évitent de se faire berner par leurs voisins. L’étude, publiée dans la revue Progrès de la science, montre que ces oiseaux ont une grande confiance dans les cris d’avertissement des membres de leur propre groupe, mais ignorent principalement ces cris de leurs congénères des territoires voisins. Par conséquent, les oiseaux utilisent les informations sociales pour différencier les appels de faux avertissement fiables et suspectés. Des mécanismes similaires pourraient avoir joué un rôle dans la formation de la diversité linguistique humaine et en particulier dans la formation des dialectes.

Tromperie et mensonges

La tromperie et les mensonges sont des aspects surprenants de la communication humaine et de l’utilisation d’un langage dans lequel de fausses informations sont intentionnellement communiquées à d’autres, permettant à un individu d’avoir un avantage sur le destinataire de ces fausses informations. Cependant, le langage est en fait très prosocial et coopératif et est principalement utilisé pour partager des informations fiables. Par conséquent, le langage ne peut fonctionner correctement et être maintenu que si la tromperie est réduite au minimum ou si d’autres mécanismes existent pour reconnaître et éviter la tromperie.

Les gens jugent de la fiabilité des interlocuteurs dans la communication en fonction de leur expérience personnelle. « Si quelqu’un vous ment à plusieurs reprises, il y a de fortes chances que vous cessez de faire confiance à cette personne très rapidement », explique le Dr Michael Griesser, biologiste à l’Université de Constance. Griesser était l’auteur de l’étude avec le Dr Filipe Cunha, dont il a dirigé la thèse de doctorat. Mais observe-t-on aussi la tromperie chez les animaux et, si oui, quels mécanismes les animaux utilisent-ils pour éviter d’être trompés ?

READ  Marseille se remet du chaos niçois alors que Messi se prépare pour le but français

Appels d’avertissement de geai de Sibérie

En effet, plusieurs espèces peuvent tromper leurs congénères, dont certaines espèces de primates et d’oiseaux comme le geai de Sibérie (Perisoreus infaustus). Les geais de Sibérie vivent en groupes territoriaux et disposent d’un système de communication élaboré : un large éventail d’appels leur permet de s’avertir mutuellement de la présence de différents prédateurs, ainsi que du comportement de leur ennemi le plus féroce, le faucon.

De temps en temps, cependant, les voisins qui fouillent dans le territoire d’un groupe utilisent les mêmes appels qui indiqueraient autrement la présence d’un faucon perché dans un but différent. Son objectif est de tromper les membres du groupe sur la présence du prédateur, les éloignant pour accéder à leur nourriture. « C’est un phénomène couramment observé dans le règne animal que les appels d’avertissement soient utilisés pour induire les autres en erreur. De toute évidence, les destinataires de fausses informations paient potentiellement un prix élevé s’ils ignorent l’avertissement », explique Cunha.

Ne faites-vous confiance qu’à ceux que vous connaissez ?

Pour découvrir comment les geais de Sibérie identifient et réagissent à ce type de tromperie, les chercheurs ont examiné une population de geais de Sibérie sauvages dans le nord de la Suède. Ils ont attiré des personnes expérimentées sur un site d’alimentation et ont enregistré des séquences vidéo de ce qui s’est passé. Dès qu’un individu aussi expérimenté visitait la mangeoire, un haut-parleur diffusait des enregistrements des cris d’avertissement des geais de Sibérie désignant un faucon perché. Ces appels étaient des enregistrements d’anciens membres du groupe du visiteur, d’oiseaux des territoires voisins ou d’oiseaux que le visiteur n’avait jamais rencontrés auparavant. À l’aide des enregistrements vidéo, les chercheurs ont mesuré combien de temps il a fallu au visiteur pour quitter et retourner à la mangeoire.

READ  Los Alamos ScienceFest débute au Fuller Lodge avec Hill Stompers ce soir

Ces « expériences de reproduction » ont montré que les geais sibériens expérimentés répondaient plus rapidement et mettaient plus de temps à retourner à la mangeoire lorsqu’ils entendent des appels d’avertissement d’un ancien membre de leur propre groupe que lorsqu’ils sont exposés à des appels d’avertissement de groupes voisins ou d’individus auparavant inconnus. . « Les geais de Sibérie ont donc une règle simple pour éviter d’être induits en erreur : ils ne font confiance qu’aux appels d’avertissement des membres de leur propre groupe, c’est-à-dire des partenaires coopératifs. appels des voisins. » Griesser explique.

La tromperie comme facteur possible dans la formation de la langue et du dialecte

Michael Griesser fait une comparaison avec les humains et leurs langues et dialectes. Comme les geais de Sibérie, les humains font préférentiellement confiance aux autres qui appartiennent au même groupe qu’eux et sont donc plus susceptibles d’être des partenaires coopératifs. « Par conséquent, il se pourrait très bien que la vulnérabilité à la tromperie ait été un moteur de la diversification rapide des langues humaines et ait facilité la formation de dialectes, puisqu’ils permettent l’identification de partenaires de coopération locaux », estime Griesser.

###

Faits marquants:

  • Étude : Filipe CR Cunha, Michael Griesser (2021) À qui faites-vous confiance ? Les oiseaux sauvages utilisent les connaissances sociales pour éviter d’être dupés. Progrès de la science; DOI : 10.1126 / sciadv.aba2862
  • Les geais de Sibérie utilisent les informations sociales pour éviter d’être induits en erreur par les voisins. Les oiseaux ont réagi exclusivement aux appels d’avertissement des partenaires de coopération de leur propre groupe et ont ignoré les appels d’avertissement des autres.
  • Des mécanismes similaires auraient pu jouer un rôle dans la diversification des langues humaines et surtout dans la formation des dialectes.
  • Le Dr Michael Griesser est membre affilié du « Center for the Advanced Study of Collective Behavior » et chercheur au Département de biologie de l’Université de Constance. L’étude a été achevée lorsque Griesser travaillait comme chercheur à l’Université de Zurich.
  • Le financement a été fourni par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, via le programme-cadre de recherche et d’innovation de l’UE, Horizon 2020, l’Université de Zurich et le programme Science sans frontières au Brésil.
READ  RTL Today - Spéculation intense: `` C'est fini '': Macron risque de perdre à gauche dans la bataille de Le Pen

Note aux éditeurs :

Vous pouvez télécharger une photo ici :
https : //cm.uni-constance.de/administrateur de fichiers /Pi/serveur de fichiers/2021 /trust_in_rabenvoegeln.jpg

Légende : Un couple de geais de Sibérie en quête de nourriture dans la population étudiée en Laponie suédoise.

Droit d’auteur : Michael Griesser

Contact:

Université de Constance

Communication et marketing

Téléphone : + 49 7531 88-3603

Courriel : [email protected]

Avertissement: AAAS et EurekAlert ! Nous ne sommes pas responsables de l’exactitude des communiqués de presse publiés sur EurekAlert ! par les institutions contributrices ou pour l’utilisation de toute information via le système EurekAlert.