SJE DÉTESTE LES UPPLIERS avoir à attendre l’argent qui leur est dû presque autant que leurs clients détestent s’en séparer. Et si la haute finance pouvait aider? En fait, des sociétés spécialisées ont vu le jour qui proposent de payer les fournisseurs à l’avance, puis d’encaisser le chèque de leurs clients lorsque la facture est due des semaines plus tard. En facturant des frais ou un spread, l’intermédiaire prend une partie de ce qui est en fait un prêt. Mais les problèmes de cette semaine chez Greensill Capital, un fournisseur de ce type de financement de la chaîne d’approvisionnement, mettent en évidence certains des risques qui se cachent dans des parties négligées du système financier.

Greensill, fondée il y a à peine 10 ans, se vantait de pouvoir aider les entreprises à «débloquer des capitaux». En utilisant des techniques maîtrisées par les anciens coupeurs et coupeurs de subprime, il a transformé les billets qu’il a pris en placements obligataires. Celles-ci pourraient être vendues à des investisseurs extérieurs, tels que des hedge funds, désespérés de trouver un certain rendement dans un monde à faible taux d’intérêt. Tant que les clients continuent à régler leurs factures, les investisseurs et les financiers derrière toute l’alchimie pourraient faire un bon profit. En 2019, Greensill a affirmé avoir organisé un financement de plus de 140 milliards de dollars pour plus de 10 millions de clients.

La question de savoir si l’argent continuerait à couler n’était jamais loin. Alors que les inquiétudes montaient au sujet de la solvabilité des entreprises auprès desquelles Greensill devait collecter de l’argent, la valeur des obligations adossées à des factures a échoué. Le 1er mars, le Credit Suisse a gelé 10 milliards de dollars de fonds remplis de papier de Greensill. La banque d’investissement suisse a mis en garde contre “des incertitudes considérables” concernant la valorisation des obligations liées à Greensill.

READ  Engie, principal actionnaire de Suez, accepte de vendre ses actions à Veolia, malgré le désaccord de l'Etat

En quelques jours, Greensill elle-même luttait contre la faillite. La société aurait demandé un allégement des lois commerciales insolvables en Australie, où une partie de sa structure d’entreprise est basée (son fondateur, Lex Greensill, est australien). Le 3 mars, il a été informé par le Temps financiers pour se préparer à déposer son bilan en Grande-Bretagne, où il mène une grande partie de ses affaires. Apollo Global Management, un géant américain du capital-investissement, a été en pourparlers pour acheter au moins une partie de la franchise, à une fraction de la valeur de 7 milliards de dollars que Greensill, qui avait prévu de coter ses actions, espérait autrefois.

La chute rapide d’une société de financement autrefois louée se répercutera au-delà du créneau du monde de la finance commerciale. Greensill s’était taillé un profil de combattant innovant tout en courtisant l’establishment (David Cameron, un ancien Premier ministre britannique, était présenté en tant que conseiller). Greensill, qui a déclaré que l’idée de l’entreprise venait de voir que ses parents agriculteurs avaient des difficultés financières et que maintenant dans la quarantaine, il est devenu un jeune milliardaire. Après un précédent patch collant en 2018, la société avait reçu un investissement de 1,5 milliard de dollars de SoftBank, un groupe d’investissement japonais désireux de soutenir des entreprises extrêmement ambitieuses.

Les régulateurs se demandent maintenant si le modèle met en évidence les risques dont ils auraient dû s’inquiéter. Le 2 mars, BaFin, le chien de garde financier allemand, a pris le contrôle d’une banque que Greensill y dirige, la fermant à de nouvelles affaires. Il a déposé une plainte pénale contre la direction de la banque, l’accusant de manipuler son bilan. (Greensill affirme avoir suivi les conseils de ses auditeurs et s’est conformé aux demandes précédentes du régulateur.)

READ  Wall Street termine en baisse après que Trump ait été testé positif

Une autre préoccupation est ce qui va arriver aux entreprises qui ont utilisé les services de Greensill pour accéder au capital. Un emprunteur remarquable est Sanjeev Gupta, un industriel d’origine indienne qui a acquis des actifs sidérurgiques en Grande-Bretagne et au-delà. Greensill était un excellent fournisseur de financement pour le GFG Alliance, un groupe de sociétés contrôlé par la famille de M. Gupta; Gupta avait également une fois une participation dans Greensill lui-même. Ce sont des transactions liées à des prêts à l’empire Gupta (qui n’a pas été accusé d’actes répréhensibles) qui ont poussé la BaFin à intervenir. Un porte-parole pour GFG Il a déclaré qu’il disposait d’un financement adéquat, même lorsque des rapports de conversations pour obtenir des prêts auprès d’autres sources ont émergé.

L’épisode mettra également en lumière le monde du financement de la chaîne d’approvisionnement. Les fans de la pratique soulignent qu’elle permet à l’argent de circuler même lorsque certaines entreprises à court d’argent font attendre les fournisseurs des mois pour être payés. Mais son traitement comptable est compliqué. Il est prouvé que certaines entreprises en difficulté peuvent essayer de cacher des piles de dettes en spirale grâce à l’utilisation de techniques de financement de la chaîne d’approvisionnement. Les formes créatives de financement fonctionnent mieux lorsqu’elles reposent sur une comptabilité prudente.

Cet article a été publié dans la section Finance and Economics de l’édition imprimée sous le titre «Comptes en souffrance».