Le meuglement d’une vache en deuil était si fort que les autorités espagnoles ont infligé une amende à son propriétaire pour avoir enfreint les lois sur le bruit après des plaintes de voisins qui souffraient depuis longtemps.

L’éleveur Roberto Pandiello a été condamné à une amende de 300 € par la mairie de Siero près d’Oviedo parce que Carmina, une fille de 15 mois vache, a dépassé la limite légale de bruit.

Les responsables ont pris des mesures secrètes du bruit, qui ont révélé que les tristes moos de Carmina atteignaient 74 décibels. La législation espagnole établit une limite maximale de 55 décibels à proximité des habitations.

« Nous pensions que cela ne pourrait jamais arriver parce que c’est ridicule ; c’est une blague », M. Pandiello, qui habite Les Asturies, une région du nord synonyme de verts pâturages et l’élevage laitier, a-t-il dit.

« Elle meuglait anormalement fort parce qu’elle a dû être sevrée drastiquement après avoir euthanasié sa mère », a déclaré Pandiello à la chaîne de télévision locale RTPA.

Il a déclaré que le mugissement tragique n’avait duré que quelques jours en décembre dernier, mais le lanceur d’alerte anonyme a affirmé que le sinistre bruit avait duré des semaines.

« C’est ridicule de devoir justifier le meuglement d’une vache »

« Nous n’avions aucune idée que cela pouvait arriver. Nous pouvons le justifier par les circonstances, bien qu’il semble ridicule d’avoir à justifier le meuglement d’une vache », a déclaré Pandiello.

« C’est une zone rurale et il y a toujours eu des animaux », a-t-il déclaré avant d’ajouter que sa famille envisageait de faire appel ou non de l’amende.

READ  "Nuit de la terreur" au Québec: un homme tue deux personnes avec un sabre la nuit d'Halloween

La plupart des conflits liés au bruit dans les villes et villages d’Espagne ont pour origine des festivals et des fêtes qui durent jusque tard dans la nuit.

Mais l’année dernière, les habitants de la ville catalane de Banyoles ont mené une campagne réussie pour faire sonner à nouveau les cloches des églises la nuit.

Le recteur de l’église avait mis fin à la tradition en raison d’une plainte d’une entreprise locale de location de circuits.