Aux urnes, la démonstration d’habileté politique martiale de Macron a été un excellent pétard. L’indifférence totale des électeurs, dont une proportion record (53 %) s’est abstenue, l’irritait particulièrement. L’hyperactivité maniaque du président a été accueillie par un haussement d’épaules gaulois classique.

Ainsi, après avoir apporté un boulet de démolition aux matches traditionnels, Macron a trouvé un objet inébranlable : l’apathie. Le mouvement qu’il a créé il y a six ans, La République en marche (« la République en marche »), est au point mort. Il l’a renommé Renaissance, mais jusqu’à présent, il n’y a pas eu de renouveau, pas même de redémarrage.

Bien que ce soit la France révolutionnaire qui ait inventé la politique de gauche et de droite, Macron est difficile à classer comme l’un ou l’autre, mais il n’est pas un politicien français typique. Par nature, plus enclin aux grands gestes qu’à la cohérence idéologique, il n’écoute souvent pas les hommes, et surtout les femmes, dans la rue.

Il a redonné une certaine dignité à la présidence, une position qui avait été ridiculisée sous le vénal Nicolas Sarkozy et le libidineux François Hollande. Son œil pour le symbolisme l’a bien servi, par exemple avec son message éloquent à la reine à l’occasion de son jubilé de platine.

Cependant, le symbolisme ne suffit plus à Macron. Marianne, la personnification de la France depuis 1789, a quitté son amant divin.

« Un poulet dans ta marmite »

Après cinq ans au pouvoir, le président a oublié que les élections se décident finalement sur des questions de pain et de beurre. Après des années de confinement et de pandémie, il a promis une réforme radicale de l’économie, mais rien pour les familles qui font déjà des économies drastiques.

READ  EXPLICATION : Lutte contre l'évasion fiscale des entreprises multinationales Donald Trump Francfort Suisse People Amazon

Macron a tendance à oublier la vérité la plus profonde jamais prononcée dans la politique française, il y a plus de quatre siècles. Enrique IV, que fue lo suficientemente pragmático como para cambiar de religión para convertirse en rey, declaró: “Quiero que no haya ningún campesino en mi reino tan pobre que no pueda tener un pollo en su olla (“sa poule au pot” ) todos les dimanches. »

Comme la Grande-Bretagne, la France est embourbée dans une crise du coût de la vie pour laquelle la seule vraie solution est un resserrement monétaire profondément impopulaire. La différence est qu’en France, le malaise de l’inflation et la médecine de la récession peuvent être imputés en partie à la Banque centrale européenne, qui, contrairement à la Banque d’Angleterre, n’a pas de comptes à rendre.

Une autre différence est que si les Britanniques avaient Mme Thatcher, les Français n’ont jamais radicalement réformé leur secteur public. Ils ont donc un État encore plus pléthorique et bureaucratique que la Grande-Bretagne : les dépenses publiques représentent plus de 60 % du PIB, contre environ 50 % au Royaume-Uni.

Avant le Brexit, il était facile pour les entrepreneurs et les services financiers français de migrer vers le régime fiscal et réglementaire plus favorable de Londres. Cette fuite des cerveaux a irrité Macron et il en a fait un article de foi pour rendre la France plus compétitive, avec un succès limité.

Ayant perdu des années lorsque la pandémie a perturbé ses réformes, Macron espérait utiliser son deuxième mandat pour faire passer un programme de libéralisation qui aurait rééquilibré l’économie, allégeant les charges des entreprises et incitant les travailleurs à prendre leur retraite plus tard.

READ  Comprendre les relations Chine-UE dans le contexte de l'initiative "la Ceinture et la Route"

Les espoirs de Macron sont désormais en ruine. « Son programme de réforme sera beaucoup moins ambitieux que prévu », a déclaré Armin Steinbach, un économiste basé à Paris, qui prédit que seules les propositions visant à dépenser massivement dans les énergies renouvelables ou à lutter contre les retombées de l’inflation obtiendront le soutien de toutes les parties.

La crise viendra probablement avec la réforme des retraites de l’État, un problème qui a déjà fait descendre des millions de personnes dans les rues lors des manifestations du 1er mai. Macron veut relever l’âge de la retraite de 62 à 65 ans, encore plus bas qu’au Royaume-Uni, où il est désormais de 66 ans, et passera à 67 ans d’ici trois ans.

Alors que les Britanniques conviennent largement que l’amélioration de la santé et de la longévité signifie que les gens peuvent et veulent souvent avoir une vie active plus longue, les Français refusent d’accepter cet impératif démographique. Les populistes de gauche et de droite exploitent une population dans le déni, prétendant que l’économie peut faire vivre un nombre indéfiniment croissant de retraités. Mélenchon, notamment, a milité pour abaisser l’âge de la retraite de 62 à 60 ans.

Ces politiques fantaisistes s’inspirent des théories économiques de Thomas Piketty et d’autres néo-marxistes ou néo-keynésiens, qui suggèrent que l’argent peut être créé, que les prêts sont illimités et qu’il n’y a pas d’inconvénients à la fiscalité.