La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern à Christchurch le 24 septembre. Il a déclaré lundi 5 octobre 2020 que son pays avait de nouveau vaincu Covid-19. – Mark Baker / AP / SIPA

  • La Nouvelle-Zélande a été confrontée à deux vagues de Covid-19, causant un total de 25 décès sur 5 millions de personnes.
  • Ce mercredi, les habitants d’Auckland pourront retrouver une vie normale, sans masques ni restrictions de réunions.
  • Comment cet archipel a-t-il « vaincu le virus », selon les mots de son Premier ministre? Deux verrouillages, des frontières fermées, quatorze taxes sur tous les ressortissants néo-zélandais … Mais ce choix de sécurité sanitaire ne porte pas de préjudice financier.

«Ce soir, nous allons au« niveau 1 », donc plus de masques obligatoires dans les transports, l’application pour suivre nos déplacements et respecter les restrictions», se réjouit Julie, 36 ans, expatriée française en Auckland.

Ce mercredi c’est enfin le retour à la normalité pour les habitants de la ville la plus peuplée de Nouvelle Zélande. Lundi,
Jacinda Ardern, le Premier ministre, a déclaré que son pays avait «de nouveau vaincu le virus». Une victoire qui attire l’attention de nombreux pays confrontés à une deuxième vague de
COVID-19[feminine.

La meilleure réponse à Covid-19?

« Le magazine américain Police étrangère publié un classement des pays du monde qui ont mieux géré la crise … et la Nouvelle-Zélande vient en premier! », CV Anne Sénéquier, médecin et codirectrice de
Observatoire de la santé mondiale au
Institut des relations internationales et stratégiques (Iris). Une commande basée sur trois facteurs: les directives de santé publique, le budget engagé et la communication à la population. En effet, cet archipel du Pacifique Sud et son Premier ministre des médias sont impressionnants. Le bilan, pour le moment, s’élève à 25 décès dus au Covid-19 et à moins de 1 900 cas sur 5 millions d’habitants.

Il faut dire que les mesures étaient drastiques. Les frontières ont été fermées en mars, sept semaines de confinement national strict entre mars et mai. «Les Néo-Zélandais étaient très unis et très sérieux pendant l’accouchement», admet Julie, mère d’une petite-fille franco-kiwi de 2 ans. Le gouvernement a également créé une application, l’application NZ COVID Tracer, pour suivre tous les contacts d’une personne infectée. Chaque entreprise, chaque magasin, chaque restaurant est tenu d’afficher un code QR à l’entrée et chaque personne doit scanner avant d’entrer dans un lieu. Le gouvernement connaît donc toutes nos actions! La communication du gouvernement a été bonne avec une conférence de presse quotidienne avec Jacinda Ardern et Ashley Bloomfield, représentant les services de santé. « 

Dans les hôpitaux également, il y avait de l’agitation. Hari, le mari de Julie, a travaillé comme néphrologue à l’hôpital public d’Auckland pendant sept ans. Expliquez que les soignants et les administrateurs n’ont ménagé aucun effort. «Nous avions mis en place de nombreux plans d’urgence avant même que Covid-19 n’atteigne nos côtes. Avec des salles d’isolement exclusives pour soigner les patients infectés ou suspectés d’être infectés. Les opérations non urgentes ont été suspendues. De nombreuses demandes de renseignements ont été faites par téléphone ou vidéo. Les visites étaient limitées et les personnes autorisées à entrer à l’hôpital ont laissé leurs coordonnées pour suivre les contacts et ont été examinées. Les agents ayant des problèmes de santé peuvent continuer à travailler à distance. Hari et ses collègues n’ont pas eu à faire face à une pénurie de matériel ou à un afflux ingérable de patients.

Deuxième vague la plus compliquée

Mais mi-août, après 102 jours sans aucune contamination, de nouveaux cas de Covid-19 poussent le Premier ministre à prendre une décision difficile: imposer un nouveau confinement à Auckland. Certainement moins stricte: restaurants et magasins ouverts, masques recommandés, mais pas imposés à l’extérieur… «La deuxième vague nous a pris un peu par surprise, admet Julie. Il a été annoncé un mardi soir pour une reconfiguration à midi mercredi. Je pense que le moral fait très mal! « 

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern en campagne pour les élections législatives à Christchurch, Nouvelle-Zélande, le 24 septembre 2020. Le lundi 5 octobre, elle a assuré que son pays l’avait fait: Mark Baker / AP / SIPA

Au point que des critiques sont apparues face au Premier ministre, qui jouait pour la réélection avec des élections législatives reportées au 17 octobre. «J’avais l’impression que la campagne électorale était beaucoup plus invitée aux discussions autour de la deuxième séquestration, mêlées à la fatigue du peuple», poursuit-il. Tout le monde savait qu’après les efforts du premier confinement, c’était à Jacinda de ne pas perdre la bataille du Covid, si proche des élections. La deuxième vague a été moins forte, avec quatre décès.

Début septembre, Auckland est revenue au niveau 2, ainsi progressivement déconfiné. Et ce mercredi, l’alerte a pris fin. Les kiwis vivent avec un nouveau sentiment de sécurité qui est rare en ces temps de pandémie. Le 18 octobre, les supporters pourront même encourager les All Blacks contre l’Australie dans un stade bondé! «Tout le monde est très heureux de pouvoir se retrouver, de programmer des week-ends et des événements, se réjouit Julie. Cela faisait six mois que tout avait été annulé… »Mais si la vie reprend ses droits et que les horaires recommencent à se remplir, ce n’est toujours pas un vrai retour à la normale pour Hari et Julie. «Le plus dur en tant qu’expatriés n’est pas le Covid, mais le manque de visibilité sur l’ouverture des frontières, reconnaît ce dernier, dont la famille vit en France et les beaux-parents en Inde. Il y a peu de chances que nous puissions voyager avant la fin de 2021, voire le début de 2022. On croise les doigts pour que rien de grave ne se passe en Inde ou en France … « 

Les atouts du pays

Comment ce pays est-il sorti de l’épidémie? «Ils ont utilisé les outils dont nous disposons tous dans notre arsenal thérapeutique: distanciation sociale, ventilation des locaux, applications comme Stop Covid, la liste d’Anne Sénéquier. Ce qui les distingue, c’est une forte confiance en leur cadre, qui est situé dans les pays scandinaves, en particulier la Suède. Et lorsque la confiance est rompue, les décisions sont prises rapidement. Le ministre de la Santé, David Clark, a donc été contraint de démissionner car il s’était permis d’aller à la plage avec sa famille en avril … ignorant la fermeture imposée au pays.

Cependant, la Nouvelle-Zélande ne peut pas exporter ce « modèle » car il présente des avantages importants. «La Nouvelle-Zélande est une île, il est donc beaucoup plus facile de fermer les frontières», rappelle Anne Sénéquier, chercheuse. Étant au bout du monde, il est en dehors des centres aéroportuaires et des principales voies de communication internationales. « 

«Nous avons également une faible densité de population (18 habitants au km2, contre 122 en France), ajoute Hari. Cela a facilité la distance physique. En outre, le gouvernement a fourni gratuitement de la nourriture et un hébergement dans les grands hôtels pour les expatriés de retour en Nouvelle-Zélande. Cela a permis d’isoler les cas potentiels, même si cela a coûté beaucoup d’argent aux contribuables… »

Quelles limites cette politique a-t-elle?

Si Jacinda Arvern a tout intérêt à revendiquer la victoire aujourd’hui, Anne Sénéquier est moins optimiste. «Tant que le virus circule dans le monde, on ne peut pas dire que c’est fini. Le Covid-19 est déclenché en Asie du Sud, l’Indonésie, qui n’est pas si loin, ne réagit pas à temps. Cela signifie qu’il existe un réservoir de contamination et qu’il faut rester vigilant. « 

De plus, il est clair que le choix de la sécurité sanitaire s’est fait au détriment de l’économie. Deux livraisons en moins de six mois, c’est beaucoup. Et le PIB en pâtit: avec une baisse de 12,2%, la Nouvelle-Zélande traverse désormais une récession historique. «Le pays a bien démarré après le premier lock-out, donc d’un point de vue économique, la reconfiguration a été un coup dur, notamment pour le tourisme et les restaurants / hôtels», illustre Julie, agent immobilier et chef de projet. D’autres secteurs, qui dépendent des travailleurs étrangers, sont également susceptibles d’être touchés. En particulier, la récolte des kiwis et des cerises, généralement effectuée par des travailleurs saisonniers des îles du Pacifique.

Mais, surtout, ce choix d’une politique qui ressemble à la « arrêter et partir », l’alternance de la période d’accouchement et du retour à la normale, ne peut être durable. «A long terme, on ne peut pas confiner la plus grande ville du pays, précise Anne Sénéquier. Cela peut être la limite du système. La Nouvelle-Zélande peut-elle s’exclure du monde pendant deux ans? Avec les conséquences que l’on peut imaginer dans l’économie, chez les étudiants et même sur la santé de ceux qui seront fragilisés par la crise économique? « 

Coronavirus: la Nouvelle-Zélande a « encore vaincu le virus », selon son Premier ministre

READ  Covid-19: une entreprise française lance un test PCR à domicile