[An agonising loss in the Autumn Nations Cup final at Twickenham, after extra-time, was actually the ultimate endorsement of France’s tactical clarity.

Galthié had to delve deep down the depth chart because of a player release agreement, yet his picks thrived as part of an impressive team performance.

Matthieu Jalibert underlined the quality available to France at fly-half, complementing patient kicking with a gliding break that Brice Dulin’s try.

Cameron Woki spoiled England’s lineout athletically. Diminutive wing Gabin Villière won jackal turnovers, personifying how France threaten the breakdown all over the pitch.

“I think they have learned lessons from England, Ireland, New Zealand and South Africa,” says Larkin.

“You have to play smart in international rugby. With the talent they have, they will have success in the opposition half.

“Their kicking also creates a large amount of ‘de-structure’ for them, and we have seen that they can be devastating there.

“They have created a structured way of playing that allows them to thrive in de-structured situations. At the moment, they have the players to capitalise.”]

“Ils font confiance au style français”

A la mi-mars, la finale d’Artur Vincent contre l’Italie sera en restructuration pour l’essai du tournoi en cours.

L’incomparable demi de mêlée Antoine Dupont, peut-être le joueur sous la forme de la planète, l’a mis en place avec une volée aveugle en son centre.

Environ 70 secondes plus tôt, cependant, Dupont avait arrêté l’Italien Marco Zanon avec un tacle dur. Quelques phases plus tard, Dupont faisait toujours partie de la première ligne, où Edwards aime ses moitiés de mêlée, et a piraté une balle lâche sur le terrain.

READ  quatre questions sur un possible isolement plus «restrictif» des patients

La défense disruptive a été le catalyseur. Depuis le début de 2020, la France a marqué cinq de ses 36 tentatives directement sur des revirements et huit autres sur des retours de bottés. Larkin met en évidence la cohésion comme une qualité intégrale.

“Nous voyons le jeu non structuré de Toulouse, mais ils ont aussi beaucoup de coups pour le créer”, dit-il.

«Le Racing et La Rochelle attirent également beaucoup de joueurs et ils jouent de la même manière. Ce n’est pas très différent pour les joueurs quand ils entrent et sortent. “

Le total moyen de décharge de la France est passé de près de 16 par match dans les Six Nations en 2016 à neuf en 2020. Pourtant, ils concèdent beaucoup moins de chiffres d’affaires ces jours-ci et fabriquent 14 pauses propres par match en 2020, contre six moche en 2016.

Les attaques fluides qui agitent les foules, ou du moins remplissent les canapés en ce moment, interrompent encore les jeux ouverts.

“Je m’entraîne avec les Crabos à Clermont, qui est le groupe des moins de 18 ans juste en dessous des Espoirs”, dit-il.

«Ayant été entraîneur à l’académie de Gloucester avant cela, je ne dirais pas qu’il y a une grande différence dans la mentalité des joueurs /

“C’est probablement parce que de jeunes joueurs du même âge se réunissent pour vouloir jouer, et ils en récoltent les bénéfices.”