ville de gaza – Le footballeur palestinien Fadi Jaber était fou de joie lorsque le Qatar a remporté la candidature pour accueillir la Coupe du monde 2022.

Footballeur professionnel de 32 ans dans un club local de la bande de Gaza assiégée, Jaber a commencé sa carrière sportive à un jeune âge avant de devenir membre de l’équipe nationale palestinienne.

« Ce fut un moment merveilleux, la première fois qu’un pays arabe accueillera la Coupe du monde », a déclaré Fadi à Al Jazeera.

« À ce moment-là, mes collègues footballeurs et moi étions excités. Nous espérions être là et assister à la Coupe du monde ou même pouvoir y participer.

Mais Jaber et ses collègues savaient que ce serait difficile, non pas à cause du football mais à cause des restrictions de voyage imposées par Israël.

Le blocus israélien de 15 ans restreignant le droit des Palestiniens de voyager librement dans la bande de Gaza a rendu l’idée d’aller n’importe où inaccessible.

Imposé en 2007, le blocus israélien a été un obstacle majeur pour plus de deux millions de Gazaouis confrontés à de strictes restrictions de mouvement, les organisations de défense des droits de l’homme décrivant l’enclave appauvrie comme la plus grande prison à ciel ouvert du monde.

« La population de Gaza a du mal à se déplacer, que ce soit par le passage de Rafah [run by Egypt] ou le carrefour d’Erez [run by Israel].” Fadi a ajouté. Erez est le nom israélien du passage, également connu sous le nom de Beit Hanoon par les Palestiniens.

« Voyager pour assister à la Coupe du monde est un luxe ici. Les habitants de Gaza considèrent que voyager est une nécessité urgente et ce n’est pas aussi normal que dans d’autres pays.

Jaber a hâte d’assister à la Coupe du monde au Qatar depuis que le tournoi a été décerné à la nation du Golfe en 2010. [Abdelhakim Abu Riash/Al Jazeera]

La Coupe du monde du Qatar débutera le 20 novembre. En tant que première Coupe du monde de football organisée au Moyen-Orient, elle est devenue un événement très attendu pour la plupart des Arabes de la région, y compris ceux de Gaza.

Les restrictions imposées par Israël sur les déplacements depuis Gaza jettent également une ombre sur le monde du sport, notamment sur les joueurs de football qui rencontrent des difficultés pour se déplacer entre la Cisjordanie occupée et Gaza et qui doivent également voyager en dehors de Gaza pour participer à des tournois de football.

En raison du blocus, Jaber et ses coéquipiers n’ont pas pu participer aux championnats locaux, régionaux et continentaux. « En tant que footballeur de l’équipe nationale palestinienne, je ne peux pas aller en Cisjordanie pour assister à des tournois locaux et arabes », a déclaré Jaber.

READ  Le directeur `` a obligé un étudiant noir à s'agenouiller et à s'excuser à l'africaine ''

« Mes coéquipiers et moi pleurons toujours les occasions manquées qui auraient pu changer nos vies de footballeurs.

« Les footballeurs palestiniens à Gaza sont opprimés. Nous faisons partie du peuple palestinien et nous sommes soumis aux restrictions qu’Israël nous impose.

Bien que la FIFA, l’instance dirigeante du football mondial, ait toujours souligné qu’un environnement sûr doit être fourni à ses supporters et joueurs internationaux pour se déplacer et voyager, les Palestiniens disent que ce n’était pas le cas pour leur équipe nationale.

Jaber estime que la FIFA n’a pas fait assez pour aider les footballeurs palestiniens de Gaza à faciliter leur carrière et à se rendre au Qatar pour la Coupe du monde.

« Israël ne se conforme à aucune organisation internationale ou de défense des droits de l’homme, y compris la FIFA », a-t-il déclaré.

« mépris mondial »

Alaa Attia, un footballeur de 32 ans, a déclaré à Al Jazeera qu’il existe un « mépris mondial » pour la situation des footballeurs et supporters palestiniens dans la bande de Gaza.

« Les joueurs de football israéliens peuvent facilement voyager à travers le monde. Ils ont une liberté absolue de voyager alors que les joueurs palestiniens sont complètement privés. »

En juin dernier, le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid, le ministre de la Défense Benny Gantz et le ministre des Sports Chili Tropper ont annoncé que les Israéliens pourront assister aux matches de la Coupe du monde au Qatar.

Alaa Attia
Alaa Attia dit qu’il y a un « mépris mondial » pour la cause palestinienne [Abdelhakim Abu Riash/Al Jazeera]

Les ministres ont déclaré que l’accord est intervenu après des mois de pourparlers avec la FIFA et ont déclaré qu’il ouvrirait « une nouvelle porte » à un pays avec lequel Israël n’a actuellement aucune relation diplomatique officielle.

« Il est triste qu’on nous refuse un voyage facile vers un pays arabe, alors que ceux qui occupent notre terre se voient librement accorder cette opportunité », a déclaré Attia.

« En tant que footballeurs, nous ne mélangeons pas la politique avec le sport, mais la situation est différente pour les joueurs palestiniens.

« Quelle est notre faute si nous ne pouvons pas assister à la Coupe du monde au Qatar ? Nous espérons que cette question sera réexaminée et facilitée pour les habitants de Gaza à partir de leur droit de circulation. »

READ  Un homme de Floride s'est fait mordre le bras lors d'une attaque d'alligator avant de se perdre dans les bois pendant trois jours | Nouvelles américaines

Attia a convenu avec Jaber que la FIFA avait fait pression sur Israël plus d’une fois, mais en vain. Il a ajouté que l’instance dirigeante n’avait pas fait suffisamment d’efforts pour faire pression sur Israël afin qu’il autorise les Palestiniens à voyager librement.

« Je ne comprends pas pourquoi la FIFA ignore le droit des joueurs palestiniens de Gaza de voyager et de participer à des tournois internationaux. Pourquoi ignorez-vous notre droit de faciliter les voyages au Qatar ?

« C’est totalement injuste et contraire aux principes que la FIFA prétend avoir. C’est un sentiment difficile de voir le monde entier se diriger vers la Coupe du monde au Qatar, et en raison des restrictions qui nous ont été imposées à Gaza, nous sommes privés de cette opportunité.

‘exception enviable’

Exception enviable, Ahmed Owais, 60 ans, directeur d’école à la retraite, prévoit de se rendre au Qatar pour la Coupe du monde.

« J’ai décidé d’aller à la Coupe du monde au Qatar au moment où ils ont remporté la candidature en 2010 », a déclaré Owais à Al Jazeera.

« Je n’avais jamais pensé à assister à la Coupe du monde dans d’autres pays auparavant et j’étais plus encouragé que je serais à la retraite et sans engagement de travail. »

Owais dit qu’il veut se rendre au Qatar parce que c’est un pays arabe qui a une forte présence internationale, mondiale et sportive et qui soutient la cause palestinienne.

« C’est vrai qu’assister à la Coupe du monde est un luxe, mais la différence dans la bande de Gaza, c’est que même ceux qui ont les moyens financiers de partir et de voyager ne peuvent pas le faire en raison des nombreuses restrictions imposées aux points de passage.

« Être avec les joueurs que vous aimez et dans la foule est excitant. Pour la première fois, je verrai des choses que la caméra ne montre pas. C’est totalement différent.

« J’espère que la bande de Gaza aura une opportunité pour les athlètes professionnels comme la Cisjordanie, et que les équipes de football pourront facilement se déplacer entre les deux endroits. »

Ahmed Owais
Le directeur d’école à la retraite Ahmed Owais se rendra au Qatar pour la Coupe du monde. [Abdelhakim Abu Riash/Al Jazeera]

Owais a raconté les difficultés rencontrées par les équipes nationales se déplaçant entre la Cisjordanie occupée et Gaza.

« Si l’équipe de Rafah, par exemple, se rend en Cisjordanie, certains se voient refuser des permis, et de même si l’équipe d’Hébron vient à Gaza, certains se voient également refuser des permis. »

READ  Mises à jour en direct: les chaînes de pubs britanniques appellent à l'aide alors que des factures exorbitantes menacent les fermetures

Dans le passé, la FIFA a déclaré qu’elle « continuerait à faciliter le mouvement des joueurs de football, des officiels et des équipes vers, depuis et à l’intérieur de la Palestine ».

Cependant, à la suite d’une plainte de l’Association palestinienne de football (PFA), le président de la FIFA, Gianni Infantino, a déclaré : « Ces territoires préoccupent les autorités de droit public international et la FIFA doit rester neutre. »

La PFA s’est plainte que le blocus israélien entrave ses activités, notamment en restreignant les mouvements des joueurs et en interdisant certains voyages internationaux.

Selon l’agence de presse Reuters, Israël a invoqué des problèmes de sécurité pour ses actions et la FA israélienne a déclaré qu’elle n’était pas responsable des actions de son gouvernement.

La FIFA a fermé les yeux

Mais Ramy Abdu, le directeur régional de l’Observateur euro-méditerranéen, a déclaré à Al Jazeera que la FIFA « a toujours exercé une forte pression sur les différents gouvernements pour les exhorter à se conformer aux normes des droits de l’homme ».

« La FIFA a fait pression sur l’Iran pour qu’il autorise les femmes à assister aux matchs de football et a récemment suspendu les clubs russes », a-t-il déclaré.

Cependant, il affirme que la FIFA a « fermé les yeux » sur les violations israéliennes, qui ne se limitent pas au secteur politique et humanitaire, mais aussi au secteur sportif.

« Israël a fait obstruction à plusieurs reprises à l’organisation des matches de la finale de la Palestine en empêchant la circulation des footballeurs palestiniens entre la bande de Gaza et la Cisjordanie.

« Désormais, les habitants de la bande de Gaza ne pourront pas traverser le point de passage d’Erez contrôlé par Israël pour assister aux matches de la Coupe du monde au Qatar, ce qui confirme le fait que le blocus israélien de 15 ans étouffe tous les aspects de la vie quotidienne des Palestiniens dans la bande. . »