Christian Horner a rencontré une résistance féroce de la part de trois équipes après avoir déclaré à la FIA qu’elles devaient augmenter le plafond budgétaire à la suite de l’escalade des prix. Horner a exprimé son opinion que les équipes sur la grille devront dépenser plus d’argent que le plafond ne le permet si elles veulent participer à tous les Grands Prix cette saison.

Selon Automobile, Moteur et Sport, Alpine, Alfa Romeo et Williams sont contre une augmentation de budget et pensent que les équipes approchant la limite devraient simplement arrêter le développement. « Il suffit d’éteindre la soufflerie », a déclaré le patron d’Alfa Romeo, Frédéric Vasseur. « Nous sommes dix pour cent en dessous de la limite de coût. Vous ne pouvez pas avoir de nouvelles pièces à chaque course.

« Une pandémie est un cas de force majeure. L’inflation est un processus naturel qui se produit de temps à autre. Vous devez en tenir compte dans votre planification. Le fret, l’électricité et les matériaux sont aussi devenus plus chers pour nous. Nous avons quand même réussi à le faire d’une manière ou d’une autre.

Et son homologue alpin, Otmar Szafnauer, a ajouté : « Les plans budgétaires pour une saison sont toujours établis en novembre et décembre de l’année précédente. Il était déjà prévisible que l’inflation reprendrait.

LIRE LA SUITE: Christian Horner compare la rivalité de Toto Wolff avec Verstappen et Hamilton

Et Horner a suggéré que la plupart des équipes pourraient même être obligées d’abandonner les quatre dernières courses de la saison pour respecter le budget. « Nous avons besoin de la FIA pour résoudre le problème de l’inflation car, en gros, sept des équipes devront manquer les quatre dernières courses pour être dans la limite cette année en raison du consensus dans le paddock », a déclaré le joueur de 48 ans. dit le vieil homme.

READ  Les Afghans laissés pour compte après avoir travaillé avec les forces britanniques restent piégés et « craignent la mort »

« Il ne s’agit plus seulement des grandes équipes. Ce sont les équipes au milieu du peloton qui sont vraiment aux prises avec le taux d’inflation qui pourrait même s’aggraver au second semestre.

« Au cours du second semestre de l’année, la FIA doit se pencher sur le problème. Des choses comme les factures d’énergie, juste le coût de la vie, les coûts augmentent de façon exponentielle et la Formule 1 n’en est pas exempte. Nous voyons que le fret a quadruplé et ce n’est pas quelque chose que nous pouvons contrôler.