Le match: l’Atlético n’a même pas forcé

Nous avions loué les vertus de l’Atlético cette saison. Mais les Colchoneros n’avaient pas besoin de les afficher. Déjà parce que ce Barça a fait preuve d’une indigence offensive récurrente et n’a guère été dangereux. Aussi parce que les Catalans ont offert la victoire à Madrid dans une impasse avec deux erreurs consécutives de Gérard Piqué et Marc-André ter Stegen exploitées par Yannick Carrasco. Madrid avait une ou deux situations chaudes à gérer en seconde période pour conserver son avantage. Ils sont arrivés sans trop de difficultés pour obtenir une victoire tout à fait logique puisque l’opposition était faible.

Profitez de notre offre Black Friday pour ne rien manquer à partir de 2021

Les joueurs: Carrasco, au four et au moulin

Il a marqué un but brillant en faisant payer le pauvre ter Stegen pour sa sortie aventureuse à 40 mètres de son but. Mais Yannick Carrasco ne s’est pas contenté d’être décisif. Il a également fait un travail défensif remarquable, notamment pour limiter l’impact d’un Ousmane Dembélé se déplaçant en début de match dans son couloir. Les Français sont morts plus tard. Mais il restait l’attaquant le moins décevant d’un Barça où Antoine Griezmann et surtout Lionel Messi ont complètement raté le sujet. S’il y a satisfaction dans le domaine catalan, c’est venu d’un Clément Lenglet impeccable en défense et qui aurait pu marquer sans un Jan Oblak toujours impérial.

Icône vs bouc émissaire: jusqu’où ira l’inconfort de Messi-Griezmann?

Le facteur X: si Ter Stegen le fait aussi …

Il a caché la misère à plusieurs reprises ces dernières saisons. Lorsque le Barça babille sur son football, c’est généralement Marc-André ter Stegen qui lui permet de marquer des points. Pas au Wanda Metropolitano où le gardien allemand a pesé son peuple avec ce départ mal inspiré sur le but de Carrasco. Il a tenté de couvrir une défense dépeuplée après l’erreur de Gérard Piqué, coupable d’une perte du ballon sur le terrain de l’Atlético. Il y arrive généralement. Mais pas cette fois …

Statut: 11

C’est le nombre total de points obtenus par le Barça lors de ses huit premiers matches de championnat. Pour voir Barcelone présenter un si maigre record à ce stade de la saison, il faut remonter près de 30 ans en arrière. C’était pendant la saison 1991-92. Cependant, les fans catalans ont des raisons de voir l’avenir avec optimisme. Parce que le Barça avait terminé la saison en remportant la Ligue. Et le premier titre de champion d’Europe de son histoire.

Le tweet à ne pas négliger

La déclaration: Ronald Koeman (entraîneur du FC Barcelone)

Nous avons eu deux chances claires d’égaliser. Ce n’est pas grand-chose, j’en conviens, mais il est toujours difficile de créer beaucoup d’occasions contre des équipes de ce type … (…) Comme tout entraîneur, je suis responsable. Nous savons que nous devons améliorer les résultats. Nous travaillons, j’essaye de mettre la meilleure équipe disponible dans chaque match … Que puis-je faire d’autre?

La question: le Barça peut-il baisser encore plus?

Perdre contre l’Atlético de Madrid n’est pas dramatique. Bien que, dans ce cas, cela ne soit pas arrivé au Barça en 20 matches de championnat. Toute la séquence a une fin et il semble assez logique, finalement, que le club catalan contre les Colchoneros se termine à ce moment précis. Parce que Barcelone va mal. Il joue ce football stéréotypé si loin de son ADN depuis plusieurs saisons. Et sa défaite au Wanda Metropolitano est une nouvelle confirmation de cette tendance.

Mais la situation semble s’aggraver. C’est un constat fondamental en début de saison, alors que Barcelone a surpassé ses deux grands rivaux, le Real et l’Atlético. Mais au-delà de ces deux défaites, au-delà de cette dixième place dans le classement indigne de son rang, au-delà de la blessure problématique de Gérard PiquéC’est également l’incapacité de Ronald Koeman à relever la barre qui est préoccupante. Car son Barça n’est pas très différent de celui d’Ernesto Valverde ou de Quique Sétien. Au point qu’on se demande quel coach pourrait le faire revivre.

Ce qui inquiète le plus l’institution Blaugrana, c’est Messi. Sans aucun doute, l’Argentin traverse l’un des pires moments de sa carrière. Un pire coup peut arriver. Surtout pour un joueur qui est au top depuis si longtemps. Mais la puce ne semble pas avoir digéré son été mouvementé. Cela a été particulièrement ressenti dans le Wanda Metropolitano, où il semblait parfois distant et incapable de s’impliquer. Et si le Barça ne peut plus compter sur l’homme qui l’a porté le bras tendu pendant tant d’années, il n’est pas impossible de le voir tomber encore plus bas.

Qu’est-ce qui peut pousser Messi vers Guardiola?

READ  Le calme après la tempête