« Sombrer dans leurs cellules comme des chiffons mouillés. » C’est ainsi que le Dr Alfred Tomatis a décrit les moines de l’Abbaye d’En-Calcat en France à la fin des années 1960. Pourquoi tout le monastère est-il devenu déprimé? D’autres médecins ne pouvaient pas le comprendre, mais le Tomatis à l’esprit musical a senti que c’était dû aux récentes restrictions sur le chant des moines par le Vatican. Laisse-les chanter à nouveauTomatis dit à l’abbé: et ils iront bien. L’abbé a accepté et le monastère est revenu à la vie.

Craignant que mes deux fils adolescents aient subi une chute similaire lorsque COVID-19 a balayé Toronto pour la première fois, j’ai créé un groupe avec eux. À l’époque, ils étaient débutants sur leurs instruments, les plus jeunes à la trompette, les plus âgés au tuba, et je n’avais pas joué du trombone depuis des années, mais nous avons décidé de crier et de chanter une chanson sur notre porche un soir en guise de salutation. en première ligne.

La nuit suivante, nous avons été rejoints par deux autres musiciens du quartier, à une distance sécuritaire. Votre groupe régulier? L’Orchestre symphonique de Toronto. Puis deux de plus, et un autre… Nous nous sommes appelés Horn on the Cob and the Social Distance, et pour notre centième soirée de musique consécutive, nous étions un groupe de 16 à jouer pour beaucoup de gens rassemblés (masqués et séparés) sur les trottoirs .

Loin de s’effondrer dans leurs chambres, mes enfants étaient fiancés pendant quelques minutes à l’extérieur tous les jours, se connectant avec leur communauté. Dire qu’ils prospéraient serait une exagération, mais ils se débrouillaient certainement.

READ  Intervention de l'Envoyé spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la Libye - Réunion du Forum de dialogue politique libyen en Suisse - 1er juillet 2021 - Libye

Nous (l’humanité) faisons de la musique depuis 45 000 ans, souvent dans les conditions les plus difficiles, pour notre propre survie. Il est temps que nous en fassions également partie pour survivre à la pandémie. La musique n’est peut-être pas matériellement essentielle, mais comme tous les arts, elle est essentielle à l’âme (ce vieux synonyme de «santé mentale»).

Alors, cher Conseil consultatif scientifique du COVID-19 de l’Ontario: Lorsque vous conseillez un gouvernement qui rouvre l’économie, aidez-le à comprendre l’importance d’une économie spirituelle qui l’accompagne. Le bien-être de la société dépend de l’intersection des deux.

Tout comme l’extérieur est plus sûr que l’intérieur, des études ont également montré que les musiciens à vent qui jouent à des distances sûres à l’extérieur présentent un risque négligeable pour les autres tout en bénéficiant des effets sains de la création musicale collective.

Dans cette optique, et alors que le temps se réchauffe et que les vaccinations augmentent, cherchez des moyens pour que notre province partage à nouveau de la musique.

Encouragez les écoles et les enseignants à organiser leurs cours de musique à l’extérieur.

Comme pour le parc Trinity Bellwoods, peignez des cercles sur les scènes extérieures pour que les gens puissent profiter des spectacles en toute sécurité.

Réservez des trottoirs et des rues pour que les orchestres et les ensembles jouent à des distances sûres. (Les choeurs, malheureusement, nécessitent des solutions plus compliquées.)

Que diriez-vous d’un espace pour les bandes dans les parkings des centres de vaccination pour une touche musicale d’accompagnement sur le bras?

READ  Couverture EN DIRECT des Jeux olympiques d'hiver de 2022 alors que l'équipe GB bat les curleurs du Canada

La pandémie a non seulement privé les musiciens et les artistes du spectacle des moyens de subsistance, mais nous avons également été incapables de nous exprimer (un droit fondamental de la Charte) et d’apporter notre art pendant cette période de solitude et de souffrance. Un parking n’est peut-être pas le Massey Hall, mais il peut fournir un espace sûr pour que les musiciens puissent jouer ensemble et inspirer ceux qui les entourent.

Selon le «verrouillage» officiel de l’Ontario, les cérémonies religieuses tenues à l’extérieur permettent «le nombre de personnes qui peuvent se maintenir à deux mètres de distance physique les unes des autres». Il devrait en être de même pour les rituels de musique instrumentale.

Mise en charge…

Mise en charge…Mise en charge…Mise en charge…Mise en charge…Mise en charge…

Cependant, je dois vous avertir, cher Science Table, que vous aurez du mal à convaincre les conservateurs progressistes que les arts profitent à la société. Les PC ont coupé des millions de dollars dans le financement des arts; a récemment autorisé la démolition d’édifices patrimoniaux que les résidents locaux transformaient en centre de musique (The Foundry); et à la suite de ses coupures dans l’éducation, le programme de musique du lycée de mon fils représente 25% de ce qu’il était avant l’arrivée au pouvoir des PC. Pourtant, les musiciens sont des travailleurs essentiels de l’esprit cela peut nous aider dans les moments difficiles.

Si l’Ontario veut survivre au COVID avec moins de solitude et une meilleure santé mentale, invitons les musiciens à sortir de leurs cellules proverbiales et à prendre l’air frais. Partager de la musique n’éliminera en aucun cas le traumatisme de la pandémie, mais cela nous aidera certainement tous, musiciens et auditeurs, à y faire face.