Le Premier ministre britannique Boris Johnson a abandonné le programme d’échange européen pour les étudiants Erasmus dans le cadre de son accord post-Brexit conclu jeudi avec l’Union européenne, invoquant des problèmes de coûts et annonçant un programme mondial pour le remplacer. “C’est une décision terrible qui est prise pour des raisons budgétaires”, a déploré vendredi 25 décembre sur franceinfo Thomas Clay, professeur de droit à Paris I Panthéon-Sorbonne et ancien Erasmus.

franceinfo: regrettez-vous cette décision?

Thomas Clay: Bien sûr, il s’agit d’une décision politique à courte vue qui accentuera à terme le détachement du Royaume-Uni du continent européen. C’est une très mauvaise décision qui est prise pour des raisons budgétaires. C’est une décision tragique.

Que représente Erasmus?

Derrière Erasmus se trouve la base culturelle européenne commune à laquelle, désormais, le Royaume-Uni renonce.

“Erasmus n’est pas seulement un succès européen, c’est aussi une idée, une incarnation européenne.”

Thomas Clay, professeur de droit à Paris I Panthéon-Sorbonne

vers franceinfo

Plus de 30 ans après sa création, des millions d’étudiants en ont bénéficié. On dit même qu’il y a un million de bébés Erasmus, c’est-à-dire nés de couples d’anciens étudiants Erasmus.

Le programme sera-t-il lésé par cette décision?

Je ne crois pas. Le Royaume-Uni n’est que le quatrième pays bénéficiaire d’un échange Erasmus après l’Espagne, la France et l’Allemagne. Comme l’a dit le Premier ministre Boris Johnson, il accueille plus d’étudiants européens qu’il n’en envoie. Donc je ne pense pas qu’il va souffrir, mais c’est le Royaume-Uni qui va souffrir parce qu’il va achever son isolement. À l’avenir, toute l’idée européenne sera dérivée.

Boris Johnson veut créer un autre programme. Que penses-tu ?

Qu’il y ait un nouveau programme qui permet aux étudiants britanniques d’aller dans des universités étrangères, c’est très bien. Mais l’intérêt d’Erasmus était que vous payiez les frais de scolarité de votre université d’origine, donc lorsque vous êtes un étudiant français, vous payez vos frais de scolarité dans votre université française même si vous allez étudier dans une université britannique.

READ  EN DIRECT - Coronavirus: restrictions prévues à Paris