“Nous sommes sous le choc. Cette nouvelle fermeture imposée est un coup de grâce, c’est un massacre”Le chef Philippe Etchebest a réagi ce mercredi 28 octobre sur franceinfo, à la suite de l’annonce par Emmanuel Macron d’une reconfiguration nationale jusqu’au 1er décembre. Le chef de l’Etat a notamment rappelé que “Les magasins définis au printemps comme non indispensables, les établissements ouverts au public, notamment les bars et restaurants, seront fermés.”

“J’ai entendu dire que nous n’étions pas des entreprises essentielles. OK. Nous ne sommes pas essentiels. Par contre, nous sommes essentiels quand vous devez payer des impôts, Urssaf, quand vous devez payer des impôts.”, Philippe Etchebest s’emballe, “Bien sûr, nous serons là, car nous n’aurons pas d’autre choix.”

Depuis le début de la crise “nous nous adaptons simplement”souligne le chef. «Depuis le début, nous avons mis en place des protocoles extrêmement bas, qui coûtent en fait. Et aujourd’hui, nous fermons. Nous avons fait tout ce que nous avions à faire et maintenant nous fermons. Donc c’est toujours terrible.

Il a peur “grève massive” dans le secteur de la restauration. “Nous devons donner la priorité à la santé. J’ai écouté. Ce qui se passe est terrible. Mais au-delà, il y aura de sérieux dégâts.”, considère Philippe Etchebest. Il souligne, en particulier, que l’aide accordée par le gouvernement “ils n’étaient pas assez”. Maintenant, il se demande s’il y aura “Aide assez pour aider les entreprises à sortir la tête de l’eau. J’ai une question.”