El sistema de asistencia social de Suiza ocupa un lugar destacado a nivel internacional <i>(Image : Agence)</i> » src= »https://s.yimg.com/ny/api/res/1.2/0UU2TsoOChWLSFhpdWh_Cg–/YXBwaWQ9aGlnaGxhbmRlcjt3PTk2MDtoPTYzOQ–/https://media.zenfs.com/en/herald_scotland_359/890af231aa0978786678src864″ //s.yimg.com/ny/api/res/1.2/0UU2TsoOChWLSFhpdWh_Cg–/YXBwaWQ9aGlnaGxhbmRlcjt3PTk2MDtoPTYzOQ–/https://media.zenfs.com/en/herald_scotland_359/890af231aa0978786678d64f64db38″</div>
</div>
</div>
<p><figcaption class=Le système suisse d’aide sociale occupe une place de choix au niveau international (Image : Agence)

Il n’existe pas de « modèle parfait » de protection sociale, mais le système suisse de fiscalité plus élevée se classe favorablement en termes de qualité et d’accessibilité, conclut un rapport.

Une recherche commandée par un comité de Holyrood examinant le nouveau projet de loi sur le système national de soins de l’Écosse a comparé international modélise et identifie les forces et les faiblesses de chaque système.

Le modèle suisse est financé directement par des contributions fiscales et une obligation Santé système d’assurance qui finance également l’aide sociale.

Les contributions personnelles représentent une part élevée du financement total en Suisse par rapport à d’autres pays (30%, alors que la moyenne internationale n’est que de 13,5%).

Le modèle s’est avéré bien classé à l’échelle internationale pour «la qualité des soins, l’accès, l’efficacité, l’équité et la promotion de vies saines».

Cependant, le rapport a révélé que la combinaison de la gouvernance locale et nationale augmentait le risque de qualité des soins sous-optimale.

Depuis les années 1990, les changements politiques en Suède, en Finlande, au Danemark et en Norvège ont introduit une approche plus hybride public-privé.

Les autorités locales sont libres d’organiser les soins, mais le système est adossé à une législation au niveau national.

Les soins sont « fortement subventionnés » par les autorités étatiques et locales.

LIRE LA SUITE: Les prestataires de soins à domicile « arnaquent » les personnes âgées avec des frais de 69 000 £

Le rapport a constaté que la législation au niveau national garantit des niveaux égaux de prestation de soins et de qualité des services.

READ  Réactions des Bleus après la victoire contre la Suisse - Dernières nouvelles, dernières nouvelles, principaux titres de l'actualité

Cependant, il avertit que la marchandisation a remis en cause le principe d’universalisme par l’introduction d’options pour payer des services supplémentaires.

Aux États-Unis, tous les frais sont payés en privé par des particuliers.

Medicaid ne couvre pas les soins sociaux, ce qui est associé à une augmentation des inégalités en matière de santé.

Héraut d’Ecosse :

Le rapport a constaté que la durabilité du modèle « dépend de la économie.”

L’Alaska exploite sa propre version de Medicaid, qui couvre certains des coûts associés aux soins à domicile.

LIRE LA SUITE: Le SNP MSP « n’a aucune confiance » dans le plan de coûts du nouveau Service National d’Attention

Le modèle Nuka pour les autochtones de l’Alaska se concentre sur les soins à domicile, avec des équipes multidisciplinaires fournissant des services de santé et de soins intégrés dans les établissements de soins primaires et dans la communauté. Cela est associé à des réductions significatives des visites aux services d’urgence et des admissions à l’hôpital, ainsi qu’à un meilleur diagnostic et traitement des maladies chroniques.

La recherche, dirigée par le Dr Irena Connon de l’Université de Dundee, a été commandée par le Comité de la santé et du sport dans le cadre de son examen du nouveau projet de loi sur le service national de soins.

Il examine également les attentes dans chaque pays selon lesquelles la famille est censée fournir des soins.

Il était «élevé» dans les pays de l’UE, dont la France, l’Allemagne et le Japon, qui fournissent un niveau de base de soins universels. Cela soulève des questions d’égalité, selon le rapport, étant donné que la plupart des soins sont fournis par des femmes.

READ  La séquence stellaire d'Eala en France se termine en quarts de finale

LIRE LA SUITE: Mark Smith : Qu’est-ce qui ne va vraiment pas avec le plan de protection sociale du SNP ?

Le pays gère un régime de sécurité sociale obligatoire dont la moitié des revenus provient des impôts généraux et le reste provient des primes d’utilisation et des tickets modérateurs.

Héraut d'Ecosse :

Héraut d’Ecosse :

Les pays dans lesquels il y avait une faible attente de soins familiaux comprenaient l’Australie, le Canada, les pays nordiques et les pays d’origine du Royaume-Uni.

Au Canada, les soins sociaux sont considérés comme un service de santé élargi, fourni « à la discrétion de la province ».
Les différences dans les ententes provinciales ont entraîné une « répartition inégale des soins » et les résultats en matière de santé sont à la traîne par rapport aux autres pays à revenu élevé.

Les Pays-Bas, l’Allemagne et la France gèrent des régimes légaux d’assurance sociale, qui sont financés par les impôts généraux au niveau du gouvernement central.

Héraut d'Ecosse :

Héraut d’Ecosse :

Le rapport avertit que les régimes basés sur la sécurité sociale subissent une plus grande pression d’une population vieillissante avec des régimes qui dépendent d’une seule source de financement « plus vulnérables aux fluctuations économiques.

Il note qu’une plus grande intégration des soins de santé et des services sociaux dans les pays d’origine du Royaume-Uni a eu un « effet relativement limité » sur la réduction des inégalités en matière de santé.

Il formule un certain nombre de recommandations pour le nouveau système de soins écossais, y compris une approche claire « un système, un budget » pour réduire la complexité.

READ  Les États-Unis, la Belgique, la France et le Japon mènent un exercice naval au Moyen-Orient

L’intégration peut aider à offrir des approches plus holistiques des soins, mais « des stratégies doivent être mises en place pour garantir que les soins sociaux ne finissent pas dans une position subordonnée aux soins de santé ».

Le rapport intervient au milieu d’une inquiétude accrue concernant les projections financières du nouveau service national de soins écossais.

La députée SNP Michelle Thomson a déclaré la semaine dernière qu’elle était « complètement choquée » par le manque de détails contenus dans le mémorandum financier du gouvernement, publié en juin.

Les coûts totaux du projet de loi sur la période de cinq ans allant de 2022-23 à 2026-27 sont estimés entre 644 et 1 261 millions de livres sterling », indique le mémo.

Cependant, une analyse Holyrood de la politique phare du SNP visant à intégrer les services de santé et de protection sociale, publiée plus tôt ce mois-ci, a déclaré qu’elle pourrait coûter jusqu’à 1,3 milliard de livres sterling au cours des cinq prochaines années et a averti que le chiffre pourrait « changer considérablement ».

Donna Bell, directrice des soins sociaux et du développement au National Care Service, a déclaré qu’il y avait « un travail important » à faire pour examiner les coûts, ajoutant que les risques « étaient très présents dans nos esprits ».