Froidement battu par le Bayern mercredi soir (0-3), l’Olympique Lyonnais a cependant posé quelques problèmes tactiques aux champions d’Allemagne et exposé certains de leurs défauts. Paris devra le porter dimanche, en finale. Décodé.

Défensivement: l’OL a réveillé les fautes de la bête

Si l’on ne connaît pas les goûts télévisuels de Thomas Tuchel, une certitude, à trois jours de la première finale de Ligue des champions de l’histoire du PSG: le sélectionneur allemand devra répéter le premier quart d’heure de ce Bayern-Lyon. À première vue, le champion allemand fait un monstre idéal: la meilleure défense de son pays (32 buts encaissés en 34 matchs), la meilleure attaque du continent avec quelques 158 buts inscrits en 51 matchs disputés toutes compétitions confondues (ce qui est une moyenne de 3,1 buts / match, rien que ça), un succès à 100% en C1 cette saison, quelques adversaires se sont dispersés sur son chemin … Avant de sauter dans les quatre derniers, Rudi García a également eu du mal à cacher les gouttes qui tombaient sur son front mais dit: “Honnêtement, si nous nous arrêtons aux statistiques, nous resterons pour regarder le match à l’hôtel et le Bayern jouera seul. Mais nous avons des qualités. Vous n’êtes pas une énorme montagne à gravir, mais vous pouvez être un caillou dans une chaussure.“Verdict: l’OL aura été plus qu’un gravier collé au fond d’une bombe et Hansi Flick ne l’a pas caché en plusieurs séquences, notamment jusqu’à ce que Serge Gnabry se mette au départ après 18 minutes. ‘Thorn planté au milieu de ses plans, votre Bayern a “J’ai eu de la chance«Il a surtout donné quelques conseils à un staff parisien qui n’a probablement pas passé toute la nuit à frapper le quartier.
Deux choses pour commencer: mercredi soir, l’OL n’a eu besoin que d’un quart d’heure pour se concentrer sur certaines faiblesses du Bayern et, point le plus ennuyeux pour un Rudi Garcia qui avait travaillé dur sur son plan, le Lyonnais l’avait probablement un meilleur match dans cette demi-finale qu’en quart de finale contre Manchester City. Comment expliquer? En premier lieu, du fait que García a d’abord réussi à briser les habitudes du Bayern grâce notamment à l’installation de Toko-Ekambi, il a de nouveau préféré Dembélé au coup d’envoi, sur le côté droit d’un 5-4-1 pour couper la relation Alaba-Davies. Ensuite, il a été décidé de laisser David Alaba relativement libre pour récupérer le ballon, Caqueret était chargé d’encadrer Thiago Alcántara à l’approche du cercle central et Cornet a décidé de se déplacer suffisamment bas pour ne pas laisser trop d’espace. dans son dos. Le plan de match défensif de Lyon dans le premier quart d’heure était très intéressant et a gêné le Bayern qui, pendant la phase de construction, a laissé beaucoup d’espace au cœur de leur bloc, notamment dans les zones dangereuses. Ce choix est un risque pris, Flick veut que ses hommes attaquent en nombre, parfois sept, et puissent frapper de partout. Problème: si un ballon est perdu au milieu du ballon, le Bayern vit sur un câble et peut exploser. On l’a vu à la quatrième minute, lorsque Thiago Alcantara, qui venait d’éliminer Bruno Guimaraes en une seule étape, a facilement renvoyé une balle plein axe à Caqueret, qui a ensuite scanné l’énorme distance entre Boatenng et Alaba avant d’envoyer Depay face à face. face avec Neuer.

READ  A l'Assemblée nationale, les députés LR et LREM quittent une réunion devant un étudiant syndical voilé


Une fois le ballon perdu, le Bayern n’a quasiment plus de filet car aucun chiffre d’affaires n’est attendu. Depay n’est jamais surveillé ici, même si c’est dans la zone qui doit être couverte en priorité: le hub.

Juste après la pause, Thiago Alcantara a de nouveau relâché un ballon dans une séquence similaire, légèrement plus bas et cette fois le lâchant aux pieds d’Aouar, mais Memphis a raté son départ pour Toko-Ekambi. Autre défaut déjà vu contre le Barça et déjà largement évoqué: la profondeur, ce qui est généralement le cas lorsqu’une équipe marche avec une ligne défensive aussi haute que celle du Bayern. Dans ce petit jeu, l’OL est revenu briller et ce à plusieurs reprises. Intelligent, Marçal a d’abord rapidement joué un coup franc et laissé Guimaraes lancer Depay sur le côté gauche (11moi), qui a gâché son centre. Dans la foulée, Cornet, sur un scooter après une ouverture Aouar et un duel remporté contre Goretzka, a eu l’occasion de toucher l’axe complet Toko-Ekambi (cartouche également en panne), avant que Dubois ne mette l’orbite de l’attaquant camerounais qui une fois de plus, il a profité d’une défense bavaroise qui est parfois déconnectée dans la pose de son piège de hors-jeu.



Trouvé en profondeur par Dubois, Toko-Ekambi résistera au retour de Davies, mettant Alaba au sol avec un crochet court, mais frappera le poteau de Neuer. Cette opportunité sera le tournant du match et sur le bloc, Gnabry ouvrira le score.

Déjà fiévreux dans ces stries contre le Barça, le Bayern n’a fait que confirmer ce qu’il a vu au cours de la saison. Fin novembre, le champion d’Allemagne, par exemple, avait concédé deux buts à Leon Bailey dans des phases similaires.

Pour contrer la bête, Rudi Garcia avait également demandé à ses joueurs d’appuyer sur la largeur après avoir vu que le Bayern Flick était très compact sur l’axe et laissait beaucoup d’espace sur les côtés. Nous parlons toujours de séries de défaites ici – des séquences où les Munichois ont la capacité de contrer le côté du ballon grâce à leur forte densité offensive, mais laissent souvent le terrain ouvert au côté opposé. García l’a également expliqué après la rencontre, bien qu’il ait concédé quelques regrets: «Nous avions étudié qu’ils pouvaient être appliqués de manière généralisée. Nous ne l’avons pas fait assez en première mi-temps. C’était mieux en deuxième.“L’OL a particulièrement réussi à résoudre certaines de ses inquiétudes sur le côté gauche: là où Cornet est intervenu en première période sur Kimmich alors que Marçal glissait, Aouar a tenu bon cette fois et le Bayern a à peine attaqué du côté droit. le deuxième acte, sinon quand Müller a été sanctionné pour une faute qui a abouti au troisième but bavarois sur coup franc. Grâce à cet ajustement dans l’animation, Aouar s’est retrouvé plus facilement et a finalement commencé à faire la différence (quatre dribbles réussis, les seuls de sa soirée, dans la dernière demi-heure) après les 45 premières minutes timides. Thiago Mendes, entré à la mi-temps à la place de Bruno Guimara est dépassé par le rythme, a également aidé l’OL à tendre encore plus le bloc. du Bayern.

READ  André Villas-Boas (OM) après la défaite face à Saint-Étienne: "C'est un grand échec" - Foot - L1 - OM

Malheureusement, mercredi soir, l’OL a eu les ballons pour blesser Munich mais a perdu le réalisme qui les avait aidés à faire tomber City et la Juve. Les Lyonnais n’ont également réussi à exister qu’en stries: la fin de la première période après le premier but de Gnabry a été un calvaire (sept tirs à zéro pour le Bayern, taux de possession de balle augmenté à 71%, aucun tacle réussi par l’OL), comme si l’OL essayait d’attraper la poussière; la seconde mi-temps était meilleure, mais Garcia n’a jamais vu ses garçons à leur apogée. Face à un blocus allemand souvent tendu, les Gones ont pu trouver beaucoup de soulagement entre les lignes, mais derrière, Lyon est tombé sur Davies, souvent en retard au départ mais toujours en avance sur le but, avec un Depay déformé et non ‘enfin capable de compter. avec un Caqueret qui, encore une fois, était souvent brillant et plein de personnalité.

Avec un ballon: la fontaine de Thiago et les vagues imprévisibles

Si le Bayern n’était pas aussi explosif en attaque que contre le Barça et était gêné par l’organisation lyonnaise, certains principes des hommes de Flick étaient encore visibles mercredi soir. À commencer par la sortie du ballon, où Munich pouvait compter sur un Neuer parfait dans sa gestion de la profondeur, propre dans son jeu de pied et auteur de deux relances dans la main vers la ligne médiane (l’une des “ presque terminée par une passe décisive pour Coutinho), mais surtout ils ont répété un circuit simple pour faire avancer le blocus. Thiago Alcantara, avec ses 116 balles touchées et ses 91% de passes correctes, était à nouveau au carrefour du tir, atteignant souvent entre Boateng et Alaba, avant de passer à Kimmich. Bloqué sur le côté gauche par le positionnement de Toko-Ekambi, le Bayern a insisté à de nombreuses reprises sur une zone faible de l’OL: le côté droit, où les Munichois ont empilé les projections de Goretzka, un Müller sans poste mais toujours d’une grande valeur (Ouvrez l’espace pour Gnabry sur les deux premiers buts et trouvez la faute sur les pieds de Cornet dans le troisième) et une dynamite de Gnabry. Même poussé, le champion allemand retrouve toujours le défilé offensivement avec un ballet incessant entre ses différents pions, chaque élément a des profils variés: Perisic sait frapper ou jouer dans l’espace; Gnabry peut jouer en tant qu’ailier, deuxième attaquant ou compenser les mouvements de Müller; Müller joue partout; les côtés offrent un volume de jeu impressionnant; Alaba et Thiago sont capables de briser n’importe quelle ligne; Lewandowski, qui connaît la meilleure saison de sa carrière, vampirise à lui seul toute une ligne défensive; Goretzka est presque un idiot et peut se projeter, comme lorsqu’il a demandé un doublé avec Lewandowski mercredi soir (11moi) …
Le Bayern explose partout et cherche constamment à dynamiser les couloirs. Même face à un serré serré de Lyon, Hansi Flick a pu voir Davies et Perisic créer quelques changements du côté de Dubois et les Munichois ont froidement puni l’OL pour la moindre erreur. À 33 ansmoi Minute, après un échec de Cornet sur une barre transversale d’Alaba, le Bayern s’est retrouvé en quatre contre trois et a pu placer la défense lyonnaise: c’est le côté gagnant de la prise de risque et du sauvetage de Munich pour installer autant de joueurs devant du ballon.

READ  comment gérer Covid-19 à l'école

Malgré tout, parce qu’eux-mêmes montaient sur scène, les Bavarois sont alors entrés dans la phase de management et après l’occasion manquée par Perisic (51moi), L’OL est souvent revenu dans les trente derniers mètres d’un Bayern qui a déçu dans les seconds ballons et dans sa capacité à contenir Lyon sur la contre-attaque.

Que doit faire le PSG?

Plusieurs questions se posent avant la finale: le Bayern aura-t-il récupéré Boateng ou devra-t-il se présenter avec Süle? Flick, qui n’a pas caché que son équipe avait triomphé mercredi soir, va-t-il installer un bloc inférieur pour se projeter très rapidement comme on l’a vu lors du premier but inscrit contre le Barça? Le manager bavarois continuera-t-il à faire confiance à Perisic ou lancera-t-il Coutinho, qui semble être un peu en avance sur Coman? Et Tuchel? L’entraîneur parisien pourrait aussi être tenté de sucer le Bayern pour pouvoir le punir derrière son côté avec les projections de Mbappé et Di Maria et ne pas en révéler trop dans sa pression. Dans ce contexte, la question du mandat de Marco Verratti se pose alors que l’Italien pourrait donner un coup de main au PSG pour briser la pression de Munich où Leandro Paredes, également capable de résister sous pression, peut aussi aider les Parisiens à attaquer. profondeur grâce à ses pas ciselés. La capacité du Bayern à couvrir la profondeur sera l’une des clés de cette finale. Les autres enjeux seront la participation de Di Maria à la phase défensive pour aider Kehrer à couvrir les inconvénients de Davies, le placement de Thiago Alcantara (par Herrera?) Sous supervision et l’installation d’une zone optimale pour Neymar, qui a Ha été le pari des deux dernières sorties parisiennes-, le Brésilien étant l’artiste le plus déstabilisateur d’une C1 où pouvoir éviter de presser est un luxe. “Nous avons perdu trop de balles et peut-être moins défendu que d’habitude en première période. Il faudra corriger celaIl a terminé un film déjà dans sa finale mercredi soir. Benjamin Pavard, a préféré sortir le fusil: “Nous n’avons pas à avoir peur de Paris. Nous savons que nous formons une équipe formidable. Nous sommes le Bayern, personne ne nous fait peur.»Réponse dimanche.

Par Maxime Brigand