Si le 45e président est destitué avec succès, il pourrait être empêché de se présenter ou de servir dans la fonction publique.

Monsieur Trump a été facturé en 2020 ci-dessus prétend qu’il abusé de son pouvoir retenir l’aide à l’Ukraine dans l’espoir que son chef enquêterait sur Joe Biden, son rival politique. Il a été mis en examen par la Chambre des représentants mais acquitté par le Sénat.

Les démocrates américains pourrait retarder la mise en accusation jusqu’après les 100 premiers jours de son mandat, a déclaré un haut responsable, libérant le président entrant pour suivre son programme initial.

Le chef de la majorité à la Chambre, James Clyburn, a déclaré que la Chambre traiterait les articles de destitution contre Trump cette semaine, mais ne les enverrait probablement pas au Sénat avant plusieurs mois.

Qu’est-ce qu’un procès politique?

Le processus de destitution c’est le processus par lequel le Congrès met en justice certains fonctionnaires, à savoir le président.

La Constitution des États-Unis établit un large éventail de crimes pouvant conduire à une mise en accusation: «Trahison, corruption ou autres crimes et délits graves».

Qu’est-ce que cela signifierait pour Donald Trump?

Si le 45e président est destitué, il pourrait être empêché de se présenter ou d’exercer à nouveau des fonctions publiques. Cela mettrait fin à toute conversation possible sur un retour en 2024.

Le Sénat américain a le pouvoir d’empêcher Trump de le faire, et un vote à ce sujet ne devrait passer qu’à la majorité simple. Il existe un précédent pour que le Sénat empêche les fonctionnaires de demander des accusations après la mise en accusation. Les juges Robert Archbald (en 1913) et West H Humphreys (en 1862) se sont vu interdire de se présenter aux élections après leur mise en accusation, bien que ce sort ne soit jamais arrivé à un président.

READ  EN DIRECT - Présidentielle américaine: "immunisée", Donald Trump lance sa dernière force au combat

Un vote à ce sujet ne pouvait avoir lieu qu’après un vote de destitution.

En dehors de cela, si Trump était inculpé, il perdrait également l’accès à une foule d’avantages publics auxquels il aurait autrement droit.

En vertu de la Loi sur les anciens présidents de 1958, il se verrait refuser sa pension annuelle de 200 000 $, une allocation de voyage annuelle de 1 million de dollars et des fonds supplémentaires pour son avenir personnel. Cependant, grâce à un ordre signé par son prédécesseur Barack Obama, Trump aura toujours la garantie de ses services secrets à vie.

Si Trump essaie de se pardonner avant de quitter ses fonctions, ce qu’aucun président n’a essayé auparavant, la situation deviendrait beaucoup plus trouble.