Caster Semenya ira devant la Cour européenne des droits de l’homme pour contester les règles “discriminatoires” qui lui interdisent de participer à certaines épreuves de piste en raison de sa forte testostérone naturelle, ont déclaré jeudi ses avocats.

La double championne olympique du 800 mètres a déjà perdu deux recours judiciaires contre les règlements du monde d’athlétisme qui l’obligent à abaisser médicalement son niveau de testostérone naturelle si elle veut courir une course de 400 mètres féminin à un mile.

Les avocats de l’Afrique du Sud ont déclaré qu’il y avait eu “violation de ses droits” et souhaitent que le tribunal des droits de l’homme examine les règles.

Semenya a l’une des nombreuses conditions connues sous le nom de différences dans le développement sexuel. Bien qu’elle n’ait jamais divulgué publiquement les détails de son état, World Athletics l’a qualifiée de «biologiquement masculine» dans des procédures judiciaires antérieures, une description qui a exaspéré Semenya.

Semenya a le modèle de chromosome XY masculin typique et les niveaux de testostérone sont beaucoup plus élevés que la gamme féminine typique, dit World Athletics. Le corps athlétique dit que cela lui donne, ainsi qu’à d’autres athlètes comme elle, un avantage injuste sur les autres coureurs.

Semenya, 30 ans, a été légalement identifiée comme une femme à la naissance et a été identifiée comme une femme toute sa vie. Elle dit que sa testostérone est simplement un don génétique.

Les règlements ont été sévèrement critiqués, principalement pour les options de «traitement» que World Athletics propose pour permettre aux athlètes concernés de concourir. Ils ont l’une des trois options pour abaisser leur taux de testostérone: prendre quotidiennement des contraceptifs oraux, utiliser des injections de blocage hormonal ou subir une intervention chirurgicale.

READ  La prochaine fois, nous entendrons peut-être Kyrie Irving alias "The Disruptor" différemment, sans préjugé.

«Les règlements exigent que ces femmes subissent des examens physiques humiliants et invasifs suivis de procédures médicales nocives et expérimentales si elles souhaitent concourir au niveau international dans des épreuves féminines entre 400 m et un mile, la portée exacte dans laquelle Mme Semenya est spécialisée», ont-ils déclaré. Les avocats de Semenya .

World Athletics, alors connu sous le nom d’IAAF, a annoncé en 2018 qu’il introduirait les règles. Semenya les a contestés et a perdu devant le Tribunal arbitral du sport en 2019. Il a également perdu un deuxième appel devant le Tribunal fédéral suisse l’année dernière. Cette deuxième affaire sera cruciale pour votre appel devant la Cour européenne des droits de l’homme.

“Caster demande à la Cour de déterminer que la Suisse n’a pas rempli ses obligations positives de la protéger contre la violation de ses droits au titre de la Convention européenne des droits de l’homme”, ont déclaré ses avocats.

Ils ont dit que les règles de l’organisme de piste étaient “des tentatives discriminatoires de restreindre la capacité de certaines femmes à participer à des compétitions d’athlétisme féminin.”

En raison de son refus de réduire sa testostérone naturelle, Semenya a été interdite de courir les 800 depuis 2019, alors qu’elle était la coureuse dominante au monde pendant deux tours. Il n’est actuellement pas autorisé à courir sa course favorite _ la course dans laquelle il a remporté deux médailles d’or olympiques et trois titres mondiaux _ dans aucune épreuve majeure.

Semenya n’est pas le seul athlète touché. Deux autres médaillées olympiques d’Afrique, Francine Niyonsaba du Burundi et Margaret Wambui du Kenya, ont déclaré qu’elles étaient également liées par les règles. Ils ont également déclaré qu’ils refuseraient de subir une intervention médicale pour abaisser leur taux de testostérone.

READ  Leipzig: Paris dans la douleur, le résumé du jeu en vidéo

“J’espère que la Cour européenne mettra fin aux violations des droits humains commises depuis longtemps par World Athletics contre les athlètes féminines”, a déclaré Semenya dans un communiqué. “Tout ce que nous demandons, c’est que nous soyons autorisés à courir librement, une fois pour toutes.”

Semenya, Niyonsaba et Wambui ont terminé 1-2-3 au 800 mètres aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro 2016, renforçant l’argument de World Athletics selon lequel leurs conditions médicales leur donnaient un avantage athlétique sur les autres femmes.

On ne sait pas si le tribunal des droits de l’homme pourrait entendre le cas de Semenya avant les Jeux olympiques de Tokyo retardés, qui pourraient être les derniers de Semenya. Les jeux devraient débuter le 23 juillet. Les précédentes affaires sportives qui sont parvenues à la Cour européenne des droits de l’homme ont mis des années à être résolues.