PARIS – Carrefour et Alimentation Couche-Tard ont terminé les négociations de fusion, mais explorent des partenariats d’exploitation, ont indiqué samedi les deux sociétés dans un communiqué conjoint.

«Construire des partenariats innovants est un élément clé de la stratégie de transformation de Carrefour», a déclaré Alexandre Bompard, PDG de Carrefour. L’exécutif a fait pression pour une vaste réforme du distributeur français en signant des accords de coopération avec des entreprises telles que Google et des entreprises de livraison de nourriture.

«Les partenariats prometteurs qui sont prévus avec le leader nord-américain Couche-Tard s’inscrivent pleinement dans cette stratégie, ce qui nous a permis de retrouver une trajectoire de croissance rentable», a-t-il ajouté.

Les domaines potentiels de coopération avec le groupe canadien, qui exploite des dépanneurs et des stations-service en Amérique du Nord et en Europe, comprennent le partage des meilleures pratiques en matière de carburant, les achats en commun, les partenariats de marque privée, la proposition de nouvelles idées pour améliorer le service à la clientèle. client et optimiser la distribution des produits. sur les marchés où les deux opèrent.

Carrefour, connu pour avoir inventé la grande distribution dans les années 1960, a réagi ces dernières années aux évolutions de la consommation en privilégiant des formats plus petits et plus pratiques. Elle exploite également des stations-service.

«Les domaines de coopération discutés s’alignent sur notre plan stratégique quinquennal, ainsi que sur notre engagement à renforcer notre activité principale de carburant et de commodité et à rechercher des opportunités sur plusieurs plates-formes de croissance connexes», a déclaré Brian Hannasch, président-directeur général de Couche-Tard.

READ  Wall Street se rétablit alors que les actions technologiques remontent

Le groupe canadien, qui possède Circle K et a conclu des accords de franchise dans le monde entier, notamment au Mexique, en Arabie saoudite, en Chine et en Nouvelle-Zélande, cherche à devenir un détaillant mondial de premier plan, a déclaré Hannasch, notant que des partenariats avec Carrefour pourraient aider à faire avancer le groupe vers cet objectif.

Couche-Tard a déclaré mercredi avoir offert 20 € l’action pour une “combinaison amicale” avec l’épicerie française, une transaction qui l’aurait valorisée à plus de 16 milliards d’euros.

Mais les responsables du gouvernement français sont rapidement intervenus, signalant leur opposition à un tel accord. Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré que la sécurité alimentaire était en jeu et a souligné le rôle de Carrefour dans l’alimentation de la population du pays pendant la crise des coronavirus. Le Maire a également souligné que le détaillant est le plus gros employeur du pays.

Pourtant, le syndicat potentiel a fait la une des journaux en France au cours de la semaine, avec des spéculations sur la question de savoir si les principaux actionnaires de Carrefour pourraient vouloir abandonner leurs participations.

Le titan du luxe Bernard Arnault a investi dans le détaillant en 2007, lorsque les actions étaient valorisées à 50 euros chacune. La famille Moulins, propriétaire des Galeries Lafayette, a investi en 2014, lorsque les actions étaient valorisées à plus de 25 euros par action. Le fils d’Arnault, Alexandre Arnault, a rejoint le conseil d’administration en 2019, tandis que Philippe Houzé de Galeries, qui est vice-président du conseil, l’a rejoint en 2015.

L’action Carrefour a clôturé à 16,61 l’action vendredi.

READ  Le soutien atteint les magazines marquants du journal historique L'Equipe