Cardi B pense que le système scolaire américain est à blâmer pour l’ignorance autour de « la race, l’ethnicité et la nationalité ».

La star du rap, qui est la fille d’un père dominicain et d’une mère afro-trinidadienne, s’est adressée à Twitter pour attaquer des « cochons sans éducation », mais a également insisté sur le fait qu’ils ne sont pas à blâmer pour sa propre ignorance.

Accompagné d’une vidéo qui parle de la population dominicaine, Cardi a écrit: « Pour les porcs sans éducation qui ne comprennent pas la différence entre la race, l’ethnicité et la nationalité, surtout en ce qui concerne les îles des Caraïbes. Je ne vous en veux pas. Je blâme les systèmes scolaires (sic) « 

Dans la vidéo, le narrateur explique : « Les Dominicains sont l’un des groupes ethniques les plus diversifiés au monde, avec environ 73 pour cent de leur population identifiée comme mixte. Historiquement, c’était le premier établissement permanent des Espagnols dans les Amériques et le premier endroit pour transporter les esclaves africains vers le Nouveau Monde.

Plus tôt cette année, Cardi a déploré les leçons d’histoire « unilatérales » enseignées dans les écoles américaines.

Emilia Clarke promet d'être plus spontanée

La hitmaker « WAP », qui est née et a grandi à New York, utilisait Twitter à l’époque pour informer les Américains sur l’histoire de ses ancêtres.

Elle a dit : « Encore une chose que je veux préciser aux Américains. La colonisation ne s’est pas simplement produite aux États-Unis. En fait, le premier navire de la diaspora et les esclaves arrivent en République dominicaine. Nos frères et sœurs haïtiens et de la République dominicaine se sont battus pour leurs colonisateurs l’Espagne et la France. (sic) « 

READ  Aguilera, Hanks, De Niro et bien d'autres illuminent le gala de l'amfAR à Cannes

Cardi, 29 ans, a suggéré plus tard que les Américains ne sont pas suffisamment bien informés sur les événements historiques importants.

Elle a dit: « J’aimerais pouvoir parler davantage de l’histoire et de l’histoire unilatérale que cette école nous donne. En plus de toute cette ‘leçon de latin’ que je vous donne, il y a tellement de choses que j’ai apprises que si j’en parle, j’ai l’impression que le gouvernement M’ÉTEINDRA. Je n’en parlerai pourtant qu’à moi-même. (sic) »