Publié le:

Bakou (AFP) – Le circuit urbain cahoteux de Bakou, site du Grand Prix d’Azerbaïdjan de dimanche, a laissé les pilotes secoués par tous les rebondissements auxquels ils sont soumis dans les voitures radicalement redessinées de cette saison.

Le soi-disant problème de «marsouin» a plus que la plupart des équipes comme Mercedes, Lewis Hamilton affirmant qu’il était «un peu endolori» après les deux séances d’entraînement de vendredi.

« Il rebondit beaucoup », a déclaré le septuple champion du monde après avoir signé le 12e meilleur temps derrière Charles Leclerc.

Pierre Gasly, qui a apprécié ses deux séances à AlphaTauri, s’est plaint sur la radio de l’équipe : « La course est assez choquante, je n’ai jamais autant ressenti le fond. »

Carlos Sainz de Ferrari a décrit la conséquence fâcheuse des nouvelles règles pour promouvoir des courses plus rapprochées comme « vraiment ennuyeuse par ici ».

Le coéquipier de Hamilton, George Russell, a même suggéré à la BBC que le problème était si profond que les règles devaient être repensées.

« Je ne pense pas que ce soit juste de courir comme ça pendant les quatre prochaines années ou quoi que ce soit que nous ayons.

« Des conversations seront nécessaires car tout le monde est dans le même bateau. »

Le directeur de l’équipe Mercedes, Toto Wolff, approché par des « marsouins » lors de la conférence de presse de pré-qualification de samedi, a déclaré : « Certaines voitures n’ont pas le problème, d’autres l’ont pire, je peux parler au nom de nos deux pilotes, ils ont parfois des problèmes. pas même. » un kiné peut y remédier. »

READ  Citroën va vendre une petite voiture électrique à 28 mph au Royaume-Uni pour environ 5 000 £

Il a déclaré que les deux Flèches d’Argent « touchaient mal » dans certains secteurs de la piste.

« On perd une seconde sur toutes les lignes droites avec Ferrari et Red Bull. »

‘C’est un défi’

Son homologue de Ferrari, Mattia Binotto, a déclaré que même s’ils avaient également « rebondi et touché le fond » lors des essais du vendredi, « ce n’était pas une limitation à notre performance ».

Binotto n’a pas accepté la demande de Russell de modifier la conception de la voiture 2022.

« Une Formule 1 n’est pas la voiture la plus confortable à conduire, c’est certainement un défi pour les pilotes.

« Je suis à peu près sûr que nous pouvons aller de l’avant et trouver une solution à moyen et long terme. »

Le patron de Haas, Gunther Steiner, a insisté sur le fait qu’il était « un peu tôt pour penser à faire quelque chose de dramatique ».

« Pour le moment, nous devons nous en tenir à ce règlement, en général, cela ne fonctionne pas mal », a-t-il ajouté.

Leclerc a devancé le vainqueur monégasque Sergio Perez lors des premières séances d’essais de vendredi et le pilote Ferrari aura de bonnes chances d’obtenir sa sixième pole position sur huit plus tard samedi après les troisièmes et derniers essais.

Alors que les deux Ferrari et les Red Bull s’affrontent pour la course au titre, Mercedes ne peut qu’espérer que tous ses efforts pour trouver une solution aux problèmes de sa voiture 2022 arriveront le plus tôt possible.

« Notre problème n’est pas le moteur, entre le frottement et le fond, c’est comme si nous avions un parachute derrière la voiture », a déclaré Wolff.

READ  Les planètes `` voyous '' pourraient être plus nombreuses que les étoiles dans la Voie lactée, selon une étude

« Lorsque vous faites un travail normal mais qu’il ne produit pas de résultats, alors un sentiment de frustration vous envahit, c’est une conséquence normale après le succès pendant de nombreuses années, puis vous vous retrouvez dans une ornière.

« Mais il y a beaucoup à attendre. Nous savons qu’il y a des performances inhérentes à la voiture, mais (pour le moment) nous ne pouvons pas la déverrouiller. C’est de la science, c’est de la physique, parfois cela prend du temps. »