Bruno Le Maire reporte les baisses dimpôts promises aux entreprises à 2027

Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a récemment fait sa rentrée politique en s’adressant à un public composé de 400 entrepreneurs, élus locaux et parlementaires, dans le but de rassurer les entreprises françaises. Au cours de son discours, il a réaffirmé son attachement à la politique de l’offre et a dressé un bilan positif des résultats économiques obtenus jusqu’à présent.

Cependant, une annonce majeure a attiré l’attention de nombreux acteurs économiques. Bruno Le Maire a annoncé la suppression de la Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), un impôt de production, d’ici 2027. Cette mesure pourrait entraîner une baisse d’environ 1 milliard d’euros dès le projet de loi de finances de 2024.

Les entreprises espéraient néanmoins que cet impôt serait supprimé dès l’année prochaine, conformément à la loi de finances de l’année dernière. Malgré cette décision, Bruno Le Maire a assuré que tous les engagements fiscaux ont été tenus et qu’il continuera de soutenir les entreprises en matière de fiscalité, de brevets, de normes et de formation.

Cette annonce a suscité des réactions mitigées de la part des entrepreneurs présents lors du discours. Certains se sont dits satisfaits des mesures prises par le gouvernement pour soutenir l’activité économique, notamment en matière de fiscalité et de simplification des normes. D’autres, en revanche, ont exprimé leur déception quant à la suppression de la CVAE qui ne sera pas effective avant plusieurs années.

Bruno Le Maire a également abordé d’autres sujets importants, tels que la protection des brevets et la nécessité de former les travailleurs aux nouvelles technologies. Il s’est engagé à soutenir les entreprises dans ces domaines afin de favoriser leur compétitivité sur la scène internationale.

READ  Une startup toulousaine développe un test salivaire (payant) à réaliser à domicile

En somme, la rentrée politique de Bruno Le Maire a été marquée par des annonces importantes en faveur des entreprises françaises. Si la suppression de la CVAE n’aura pas lieu immédiatement, le ministre de l’Économie et des Finances a affirmé que le gouvernement continuera à soutenir les entreprises et à tenir ses engagements fiscaux.