Les autorités fiscales outre-Manche ont annoncé que les résidents britanniques et les expatriés britanniques en France n’auront plus à payer les charges sociales françaises (prélèvements sociaux) au taux plein de 17,2 %. Cela à condition qu’ils soient déjà affiliés au système de sécurité sociale britannique et ne dépendent pas de celui de la France.

Comprend les titulaires actuels et futurs de S1 dont les soins de santé sont payés par le Royaume-Uni.

Désormais, ces personnes ne paieront qu’une cotisation de solidarité de 7,5 %. C’est ainsi que cela fonctionnait avant le Brexit.

La baisse des charges sociales intervient après des décisions de justice européennes et françaises selon lesquelles les charges CSG et CRDS, qui aident à financer le système de sécurité sociale français, ne devraient pas être payées par des personnes liées au système d’un autre pays européen.

Les experts fiscaux transfrontaliers ont qualifié la nouvelle de « fantastique » pour les Britanniques louant une ferme ou vendant une résidence secondaire en France car des charges sociales s’appliquent sur les revenus locatifs nets et les plus-values.

Cela signifie que si une maison de campagne génère des revenus locatifs nets de 4 130 £ (5 000 €) par an, après le 1er janvier de l’année dernière, la charge sociale aurait été de 710 £ (860 €). Cependant, ils ne paieront désormais que 309 £ (375 €).

On pense que les économies sont plus importantes pour quelqu’un qui a des impôts sur les plus-values ​​à payer sur une résidence secondaire ou un immeuble de placement français.

READ  Trois gardes suisses qui ont refusé la vaccination rentrent en Suisse

Les plus-values ​​en France sont réduites sur une période de 22 ans et les charges sociales commencent à baisser après cinq ans de détention. Cela tombe à zéro après 30 ans.

Si après la réduction, vous avez encore des charges sociales à payer sur un gain de 82 610 £ (100 000 €), vous serez désormais facturé 6 195 £ (7 500 €) au lieu de 14 208 £ (17 200 €).

EN SAVOIR PLUS SUR LA « DÉCLARATION TERRIBLE » DE DIANE ABBOTT

Pour en bénéficier, les personnes doivent être citoyens ou résidents légaux du Royaume-Uni, de France ou d’un autre État membre de l’UE et ne pas dépendre du système de sécurité sociale français.

Le fisc français a confirmé que les Britanniques qui se sont vu facturer à tort le taux plus élevé depuis son introduction le 1er janvier 2021 peuvent réclamer leur remboursement.

Jason Porter de Blevins Franks, qui fournit des conseils financiers spécialisés aux expatriés britanniques en France, a déclaré au site Internet Complete France : « Cette réduction de 9,7 % des charges sociales est évidemment une nouvelle fantastique pour les citoyens britanniques avec des revenus locatifs et des revenus.

« Le fait que ceux qui ont déjà payé des charges sociales en trop les années précédentes puissent récupérer ce montant est très bienvenu.

NE TE PERDS PAS:
Mercure descend en dessous de zéro alors qu’une explosion arctique de -5 ° C frappe la Grande-Bretagne [REVEALED]
Andrew Neil souligne avec brio les changements britanniques pour rester après l’Ukraine [REPORT]
Le prince Harry critiqué pour la déclaration de « nombrilisme » de l’Ukraine [LATEST]

READ  La France cherche à imposer une quarantaine obligatoire après un test COVID positif - POLITICO

« Il a toujours été frustrant que les charges sociales ne puissent pas être compensées en vertu du traité de double imposition entre le Royaume-Uni et la France, mais au moins le taux a maintenant été réduit à 7,5%. »

Fabienne Atkin, avocate française des services juridiques chez Ashtons Legal, a déclaré à Complete France : « Cela devrait offrir un certain confort aux personnes qui vendent leur maison de vacances en France.

« Cependant, il y a quelques mises en garde. Par exemple, il faudra établir que les vendeurs sont effectivement affiliés au système d’assurance nationale britannique et ne sont pas tenus de cotiser au système français équivalent. »

Mme Atkin a ajouté que l’obligation post-Brexit de désigner un représentant fiscal professionnel reste en place. Cela s’applique à ceux qui vendent une propriété française pour plus de 123 915 £ (150 000 €) qui n’est pas leur résidence principale.

Cet agent vérifie que les montants corrects d’impôt sur les plus-values ​​et de charges sociales sont payés. C’est une exigence pour tous les non-résidents en dehors de l’UE.

Mme Atkin a déclaré: « Il convient de garder à l’esprit que leurs frais peuvent varier d’environ 0,5% à 1% du prix de vente. »

Pour réclamer, vous devez faire une « réclamation » auprès du bureau des impôts compétent.

Pour un non-résident réclamant des ristournes sur revenus locatifs qui seraient à la charge du Service des impôts des particuliers non résidents.

Si la demande porte sur le paiement de plus-values ​​immobilières, vous devez contacter le bureau des impôts qui couvre la zone où se trouve la propriété.

READ  Leipzig: Neymar lance Paris, le match en direct