« Pas de sport normal dans une société anormale » était l’argument utilisé pour justifier un boycott sportif de l’apartheid en Afrique du Sud. C’est aussi un slogan qui capture l’argument de ceux en Occident qui font maintenant pression pour un boycott des Jeux olympiques d’hiver de Pékin, qui auront lieu en Chine en février 2022.

L’administration Biden a qualifié la politique de la Chine envers la minorité ouïghoure du Xinjiang de «génocide». Le 1948 Une convention définit le génocide non seulement comme un massacre de masse, mais aussi comme des mesures impliquant «des atteintes graves à l’intégrité physique ou mentale» d’un groupe particulier, ainsi que la prévention délibérée des naissances et le transfert forcé d’enfants. Le gouvernement chinois est accusé d’appliquer ces politiques au Xinjiang.

Dire qu’un pays est en train de commettre un génocide rend difficile la justification de sa participation à un festival sportif sur son sol. Les voix appelant au boycott de Pékin 2022 devraient augmenter dans les mois à venir. Cependant, les États-Unis et d’autres nations démocratiques feraient bien de résister à ces appels, pour le moment.

La preuve des boycotts sportifs passés est qu’ils ne sont efficaces que s’ils sont soutenus, mondiaux et coordonnés avec d’autres formes de pression internationale. La rupture des liens sportifs avec l’Afrique du Sud de l’apartheid a été respectée par toutes les grandes instances sportives du monde. C’était aussi la première grande étape d’une campagne internationale qui a finalement inclus des sanctions économiques et un isolement diplomatique.

Le boycott sportif a également affecté l’Afrique du Sud sans ruiner la carrière d’athlètes d’autres nations, libres de jouer au rugby ou au cricket ailleurs. Les Jeux olympiques sont différents. Il s’agit d’un événement unique qui est l’aboutissement de la carrière de nombreux athlètes.

READ  Wall Street ferme plus bas, le coronavirus reste préoccupé

Forcer les athlètes américains et occidentaux à sacrifier leur carrière pourrait être justifié si cela mettait fin aux horreurs du Xinjiang. Mais cela semble peu probable. Le boycott mené par les États-Unis Jeux olympiques de Moscou en 1980, elle a été déclenchée par l’invasion soviétique de l’Afghanistan en 1979, mais elle n’a pas conduit à un retrait des troupes soviétiques.

Un boycott occidental des Jeux olympiques de Pékin serait plutôt une manifestation de répudiation morale de la Chine. Mais ce geste éthique serait miné par le fait que la plupart des entreprises occidentales continueraient à faire des affaires comme d’habitude avec la Chine. Contrairement à l’Afrique du Sud, il n’y aurait pas de boycott économique pour accompagner le boycott sportif.

Au lieu de poursuivre un refus total de participer à Beijing 2022, les États-Unis et les pays partageant les mêmes idées devraient envisager des mesures plus spécifiques qui diluent la valeur de propagande des Jeux olympiques. La cérémonie d’ouverture des Jeux d’été de Pékin en 2008 a été un événement spectaculaire qui a été vu dans le monde entier. Cela a marqué l’émergence d’une nouvelle Chine. Un nombre record de dirigeants mondiaux ont assisté à la cérémonie d’ouverture de 2008, notamment les présidents George W. Bush des États-Unis et Nicolas Sarkozy de France.

Mais il n’y a aucune raison pour que les radiodiffuseurs occidentaux accordent un traitement aux heures de grande écoute à la cérémonie d’ouverture de Beijing 2022. Les dirigeants américains et européens qui souhaitent exprimer leur mécontentement à l’égard des politiques chinoises sur le Xinjiang peuvent également rester à l’écart. Un modèle pourrait être la façon dont le gouvernement britannique a traité la Coupe du monde de football 2018 en Russie, qui a eu lieu quelques mois seulement après la tentative d’assassinat de Sergei Skripal sur le sol britannique. Le gouvernement britannique n’a envoyé aucune représentation officielle aux jeux. Mais cela n’a pas empêché la participation de l’équipe anglaise et de ses fans.

READ  La reine Elizabeth II a passé la nuit à l'hôpital pour des tests : palace

Le monde peut profiter d’un événement sportif à Pékin en 2022. Vous n’êtes pas obligé de participer à un événement de propagande en même temps.