BNP Paribas perd une affaire de prêt en francs suisses devant la Cour suprême de France

hypothèques

aujourd’hui à 13:08

La banque n’avait pas donné suffisamment d’informations à ses clients sur les hypothèques en francs suisses négociées entre 2008 et 2009, a déclaré le tribunal.

La banque n’avait pas donné suffisamment d’informations à ses clients sur les hypothèques en francs suisses négociées entre 2008 et 2009, a déclaré le tribunal.

La banque française BNP Paribas a son siège à Paris, mais possède également une succursale au Luxembourg.

Crédit photo : Shutterstock

L’unité des finances personnelles de BNP Paribas a perdu un procès devant la plus haute juridiction française dans son litige sur les hypothèques en francs suisses négociées entre 2008 et 2009.

de France Cour de cassation Il a déclaré que la banque n’avait pas donné suffisamment d’informations à ses clients sur le mécanisme des prêts, selon la décision publiée mercredi qui a partiellement annulé une décision antérieure. Les prêts, libellés en francs suisses mais remboursables en euros, ont vu les remboursements monter en flèche alors que la monnaie suisse est devenue un refuge après la crise financière de 2008.

La banque basée à Paris a fait face à une série de décisions défavorables liées aux prêts, connus sous le nom de « Helvet Immo », vendus à quelque 4 600 clients pour 800 millions d’euros.

L’année dernière, la Cour de justice de l’UE a statué que les banques ne pouvaient pas obliger les consommateurs à respecter des limites de paiement strictes pour les prêts en devises qui incluent des conditions prédatrices. En 2020, le prêteur a été condamné à verser 127 millions d’euros à ses clients après avoir été accusé en France de pratiques commerciales trompeuses.

« Nous prenons acte des décisions », a déclaré une porte-parole de BNP Paribas Personal Finance. « Il appartient aux juridictions de renvoi de les appliquer dans les différentes affaires dont elles sont saisies. »

La décision de mercredi a déclaré que les plaintes des clients n’étaient pas soumises au délai de prescription, permettant aux autres emprunteurs de porter leurs affaires individuelles devant les tribunaux français.

Quelque 2 600 emprunteurs inquiets poursuivent la banque pour ces prêts, a déclaré Charles Constantin-Vallet, avocat des victimes, à Bloomberg. BNP Paribas pourrait finalement devoir leur verser environ 250 millions d’euros d’indemnisation, même si l’indemnisation totale pourrait être bien plus élevée si d’autres victimes décident d’aller en justice, a-t-il déclaré.


Le Luxembourg Times a une nouvelle application mobile, téléchargez-la ici ! Recevez le Luxembourg Times dans votre boîte de réception deux fois par jour. Inscrivez-vous à leurs newsletters gratuites ici.

READ  Le plan de Luca de Meo pour accélérer dans l'électrique