Mises à jour de Bernard Arnault

Le milliardaire français du luxe Bernard Arnault a vendu ses actions restantes dans le détaillant alimentaire Carrefour, mettant ainsi fin à un investissement décevant de 14 ans après qu’une tentative de rachat ait été déjouée plus tôt cette année.

La holding d’Arnault, Financière Agache, a cédé mercredi sa participation de 5,7% dans Carrefour à 16 € par action, levant 724 millions d’euros, selon la banque d’investissement Société Générale, qui a mené le processus.

L’investissement de Carrefour a été un faux pas rare pour le magnat qui contrôle LVMH et a construit son empire grâce à des acquisitions pour devenir l’une des personnes les plus riches du monde. Arnault a subi des pertes avec Carrefour : les actions s’échangeaient à près de 47 euros lors de son rachat en 2007, alors qu’elles lui auraient versé des dividendes sur la période.

L’action Carrefour a clôturé en baisse de 5% mercredi, ce qui en fait le plus gros perdant de l’indice CAC 40, qui a augmenté de 1%.

Sous la direction du PDG Alexandre Bompard depuis 2017, Carrefour a restructuré et vendu des actifs tels que son activité en Chine. C’est la plus grande chaîne de supermarchés en France, avec près de 2 000 supermarchés et plus de 700 hypermarchés grand format en Europe.

La campagne de réduction des coûts de Bompard ces dernières années a libéré des liquidités pour réaliser des investissements importants dans le commerce électronique, qui a explosé pendant la pandémie de Covid-19.

READ  Les pays du G7 accusent l'Iran d'avoir attaqué un pétrolier | Nouvelles | DW

L’entreprise a été contactée en janvier par le canadien Couche-Tard, qui exploite des magasins de proximité et des stations-service, au sujet d’une acquisition qui l’aurait valorisée à environ 20 euros par action. Mais le gouvernement français a bloqué les pourparlers, affirmant que Carrefour était une entreprise stratégique importante pour l’approvisionnement alimentaire et la base agricole du pays.

Le départ d’Arnault laissera deux autres actionnaires majeurs de Carrefour, qui siègent également au conseil d’administration de 13 membres. La famille Moulins, propriétaire du groupe de grands magasins Galeries Lafayette, détient une participation d’environ 10 % depuis 2014, tandis que le milliardaire brésilien Abilio Diniz en détient environ 8 %, selon les données de Refinitiv.

Une personne proche du dossier a déclaré que le départ d’Arnault était dû à sa frustration face à la lenteur du virage à Carrefour. Mais dans un communiqué mercredi, Arnault a salué le bilan du PDG. « Au cours des quatre dernières années, Carrefour a fait un retour remarqué avec Alexandre Bompard », a déclaré Arnault. « Après 14 ans en tant qu’actionnaire de longue date, nous avons simplement décidé de réorienter nos investissements. »

La Financière Agache d’Arnault détient des participations dans la mode et le luxe, investit dans des startups technologiques et a également acquis une participation dans le fabricant de sandales Birkenstock en février.

Le départ de Carrefour a eu un impact sur les actions d’une autre société dans laquelle Arnault a investi, le groupe français de médias et de distribution Lagardère. Ses actions ont chuté de 7 pour cent après un rapport de Télé BFM qu’Arnault songeait aussi à vendre Lagardère.

READ  Le gouvernement français va déposer une plainte pénale contre le groupe de soins Orpea

Il avait acheté l’année dernière une participation d’environ 25 pour cent dans la structure de la société en commandite dans le cadre d’une opération considérée comme un sauvetage de l’héritier Arnaud Lagardère, qui subissait la pression de l’assaillant Vincent Bolloré et de l’investisseur activiste Amber Capital.

Un porte-parole d’Arnault s’est refusé à tout commentaire sur Lagardère.