1. Avocats britanniques titulaires de titres ou de qualifications professionnelles britanniques

Les avocats du Royaume-Uni travaillant dans l’UE et en Islande, au Liechtenstein ou en Norvège avec leurs qualifications et titres professionnels au Royaume-Uni ne peuvent exercer que conformément aux règles particulières de chaque État membre.

Les avocats britanniques travaillant dans l’UE, en Islande, au Liechtenstein ou en Norvège doivent contacter le régulateur compétent du pays dans lequel ils travaillent pour obtenir des conseils.

La Law Society of England and Wales a publié guider sur l’exercice des droits des avocats anglais et gallois dans les États de l’UE et de l’AELE. Les régulateurs britanniques peuvent également offrir des conseils.

Les avocats britanniques enregistrés en tant qu’avocats européens doivent contacter le régulateur compétent du pays dans lequel ils travaillent pour obtenir des conseils et obtenir plus d’informations sur les États membres.

2. Avocats britanniques dans les pays de l’UE avec un diplôme de l’UE et un titre professionnel

Avocats du Royaume-Uni résidant dans un État membre de l’UE et relevant du champ d’application de l’accord de retrait Royaume-Uni-UE, qui ont accédé à la profession de l’État d’accueil et qui se conforment aux exigences réglementaires de l’État d’accueil ils n’ont pas besoin de prendre de mesures pour continuer à pratiquer dans l’état où ils vivent.

Les avocats du Royaume-Uni qui ont demandé à accéder à la profession de l’État d’accueil avant le 31 décembre 2020 et qui sont dûment enregistrés auprès de l’organisme de réglementation local, en fonction du moment où la demande a été faite, peuvent avoir besoin de contacter leur organisme de réglementation. local pour vous assurer que vos droits d’exercice continueront aussi longtemps que votre demande sera soumise. être prévenant.

READ  Les eurosceptiques suisses jaloux du Brexit en Grande-Bretagne alors que la Suisse «adopte unilatéralement la législation européenne» | Monde | informations

Les avocats britanniques travaillant dans l’UE doivent contacter le régulateur compétent du pays dans lequel ils travaillent pour obtenir des conseils spécifiques.

3. Avocats britanniques en Norvège, en Islande et au Liechtenstein avec titre professionnel et qualification UE / EEE AELE

Les avocats du Royaume-Uni résidant en Norvège, en Islande et au Liechtenstein, qui sont entrés dans la profession de l’État d’accueil et sont dûment enregistrés auprès de l’organisme de réglementation local, n’ont pas à prendre de mesures pour continuer à exercer dans l’État dans lequel ils vivent.

Les avocats du Royaume-Uni qui ont demandé à accéder à la profession de l’État d’accueil avant le 31 décembre 2020 et qui sont dûment enregistrés auprès de l’organisme de réglementation local, en fonction du moment où la demande a été faite, peuvent avoir besoin de contacter leur organisme de réglementation. local pour vous assurer que vos droits d’exercice continueront aussi longtemps que votre demande sera soumise. être prévenant.

Les avocats britanniques exerçant en Norvège, en Islande ou au Liechtenstein avec une qualification européenne et un titre professionnel doivent contacter le régulateur compétent du pays dans lequel ils travaillent pour obtenir des conseils.

Quatre. Suisse

4.1 Avocats britanniques diplômés au Royaume-Uni

Les avocats britanniques dans le cadre de l’accord sur les droits des citoyens entre le Royaume-Uni et la Suisse, qui sont enregistrés auprès du régulateur suisse et travaillaient en Suisse avant le 31 décembre 2020 en permanence sous leur titre professionnel au Royaume-Uni, ils n’ont pas besoin de prendre de mesures pour continuer à pratiquer tant qu’ils restent enregistrés en Suisse.

READ  Des médecins en colère après un message de Nicolas Bedos sur le coronavirus

Les avocats du Royaume-Uni ou ceux en cours de qualification en tant qu’avocats britanniques au 31 décembre 2020 et qui relèvent du champ d’application de l’accord Suisse-Royaume-Uni sur les droits des citoyens peuvent introduire une demande d’inscription pour travailler à La Suisse sous leur titre professionnel britannique à titre permanent ou à passer au titre professionnel suisse avant le 31 décembre 2024. Ils peuvent continuer à fournir des services temporaires jusqu’à 90 jours par an pendant 5 ans, lorsque la prestation de ces services est effectuée en en vertu d’un contrat conclu et commencé avant le 31 décembre 2020. Cela sera assujetti aux conditions de votre contrat initial.

Les avocats britanniques qui ne relèvent pas du champ d’application de l’accord sur les droits des citoyens entre le Royaume-Uni et la Suisse devraient s’adresser au régulateur local concerné pour obtenir des conseils spécifiques.

4.2 Avocats britanniques diplômés en Suisse

Les avocats au Royaume-Uni qui sont passés au titre professionnel suisse avant le 31 décembre 2020 et qui relèvent du champ d’application de la Convention sur les droits des citoyens entre le Royaume-Uni et la Suisse n’ont pas besoin de prendre de mesures pour continuer à exercer en Suisse.

5. Plus d’informations