Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a annoncé sa démission après avoir été accusé de corruption.

L’homme de 35 ans et ses associés auraient tenté d’assurer leur leadership au sein du Parti populaire autrichien conservateur et dans le pays, à l’aide de sondages truqués et de reportages amicaux dans les médias publics.

Il nie tout acte répréhensible et a déclaré qu’il « réfutera et réfutera les accusations qui ont été portées ».

Kurz a ajouté que les allégations, révélées par les procureurs mercredi, sont « fausses et je pourrai clarifier cela, j’en suis profondément convaincu ».

Il continuera à être très actif en politique, restant le chef de son parti et en même temps à la tête de son groupe parlementaire.

Image:
Kurz dit qu’il voulait « empêcher le chaos »

Son départ de ses fonctions dirigeantes a été précipité par le partenaire junior de la coalition de son parti, les Verts, qui a déclaré vendredi qu’il ne pouvait pas rester, tout en exigeant que son parti nomme quelqu’un « au-dessus de tout reproche » pour le remplacer.

Les trois partis d’opposition autrichiens avaient demandé sa démission et il était prévu de déposer une motion de censure contre lui au parlement mardi.

Kurz a suggéré que le ministre des Affaires étrangères Alexander Schallenberg le remplace au poste de chancelier, ce à quoi les Verts n’ont pas encore répondu.

Il a déclaré aux journalistes que l’Autriche avait besoin de « conditions stables », ajoutant: « Donc, pour sortir de l’impasse, je veux percer pour éviter le chaos et assurer la stabilité ».

La première coalition de Kurz, avec le Parti de la liberté d’extrême droite, s’est effondrée en 2019. Il a décidé de rompre l’accord après la diffusion d’une vidéo montrant le chef du Parti de la liberté à l’époque, Heinz-Christian Strache, qui semblait offrir des faveurs à un supposé investisseur russe. .

READ  Le mollah taliban borgne pourrait recevoir 150 NUKES | Monde | informations

Kurz a repris ses fonctions en janvier 2020 après des élections anticipées.