La dirigeante déchue du Myanmar, Aung San Suu Kyi, a été reconnue coupable de trois chefs d’accusation et condamnée lundi à quatre ans de prison supplémentaires pour importation et possession illégales de talkies-walkies et violation des restrictions sur les coronavirus, a déclaré un responsable.

Mme Suu Kyi a été condamnée à deux ans de prison pour avoir enfreint la loi sur l’exportation et l’importation et à un an pour possession d’un ensemble de brouilleurs. Les deux phrases seront exécutées simultanément, ont déclaré à Reuters des sources proches du processus.

Elle a également été condamnée à deux ans pour un autre chef d’accusation de violation de la loi sur la gestion des catastrophes naturelles pour avoir enfreint les restrictions sur les coronavirus.

L’accusation en vertu de la loi sur l’exportation et l’importation d’avoir importé illégalement les talkies-walkies a été la première portée contre la femme de 76 ans et a servi de justification à son maintien en détention. Dans les mois qui ont suivi, une deuxième accusation de possession illégale de radios a été portée contre lui.

Les radios ont été saisies à la porte de sa résidence et de la caserne de ses gardes du corps lors d’une rafle le 1er février de l’année dernière après son arrestation lors du coup d’État militaire.

Les avocats de la lauréate du prix Nobel ont fait valoir que les radios n’étaient pas en sa possession personnelle et qu’elles étaient utilisées pour sa sécurité.

Plus tôt, le 6 décembre, elle avait été reconnue coupable de deux autres chefs d’accusation et condamnée à quatre ans de prison, une peine qui a ensuite été réduite de moitié par le chef de la junte militaire du pays, le général Min Aung Hlaing.

READ  Un Islandais reçoit la première greffe de bras et d'épaule double au monde | Islande

Selon les médias locaux, la commission la détient dans un lieu inconnu où elle purgerait sa peine.

Mme Suu Kyi est jugée dans près d’une douzaine d’affaires qui seraient passibles d’une peine maximale de plus de 100 ans de prison. Les critiques ont accusé la junte d’avoir porté de fausses accusations contre la dirigeante évincée pour mettre fin à sa carrière politique et justifier ses propres actions pour la destituer.

Son procès, qui s’est tenu dans la capitale Naypyitaw, a été fermé aux médias et il est également interdit aux avocats du leader de communiquer avec les médias.

L’armée a pris le pays par la force en février de l’année dernière, renversant le gouvernement démocratiquement élu de Mme Suu Kyi, et a depuis présidé à une répression brutale et meurtrière des manifestations en faveur de la démocratie.

La tentative de la junte de réprimer la dissidence a entraîné la mort de plus de 1 400 civils en moins d’un an, selon des groupes de surveillance. Certains groupes ont pris les armes contre l’armée, dans un pays avec une longue histoire de conflit civil soutenu.

La condamnation antérieure de la dirigeante évincée a suscité un tollé international, notamment les États-Unis et le Royaume-Uni exigeant sa libération immédiate.

Le conseil a cependant affirmé qu’elle avait été condamnée conformément aux lois de la nation et que son emprisonnement démontrait que personne n’était « au-dessus des lois ».