La poussée de fin de saison de Felix Auger-Aliassime l’a amené au niveau supérieur.

Le natif de Montréal a fait ses débuts aux finales du circuit ATP dimanche, perdant une décision de 7-6 (4) et 6-4 contre le Norvégien Casper Ruud à Turin, en Italie.

Le match a été largement dominé par le service, et une pause en solo dans le septième jeu du deuxième set a suffi à Ruud pour remporter la victoire sur le Canadien, cinquième tête de série.

« Je pense que c’est l’un des meilleurs niveaux auxquels j’ai joué depuis l’US Open », a déclaré Ruud, qui a perdu la finale à Flushing Meadows face à Carlos Alcaraz. « Les derniers mois ont été un peu difficiles, je dois le dire honnêtement, mais il faut aussi l’accepter.

« Vous allez traverser des moments difficiles dans votre carrière, et peut-être que ces derniers mois en ont été un. Peu importe à quel point vous vous entraînez si vous ne gagnez pas de matchs, alors aujourd’hui a été une grande victoire pour moi. « 

REGARDER l Auger-Aliassime chute en deux sets face au Norvégien Casper Ruud :

Auger-Aliassime perd le match d’ouverture des finales ATP

Le jeune Canadien s’est incliné en deux sets contre le Norvégien Casper Ruud 7-6(4), 6-4 lors de la phase de groupes des finales ATP.

Auger-Aliassime s’est frayé un chemin dans l’événement d’élite de fin de saison à Turin, en Italie, sur une impressionnante séquence de 16 victoires consécutives, remportant trois des quatre derniers événements du circuit ATP de l’année.

Auger-Aliassime, 22 ans, a remporté des titres à Florence, Anvers et Bâle lors de cette course. Il a également gagné à Rotterdam plus tôt dans la saison.

Il a remporté un sommet en carrière de 56 victoires cette saison, le hissant au 6e rang du classement mondial, le plus élevé de sa carrière.

Ruud, le n ° 4 mondial, s’est amélioré à 3-1 lors de rencontres en tête-à-tête avec Auger-Aliassime. Les deux joueurs sont dans un groupe avec l’Espagnol Rafael Nadal et l’Américain Taylor Fritz.

READ  Joseph soutient le Japon pour battre la chaleur contre la France dans une torride Toyota

Le Norvégien a également battu Auger-Aliassime en huitièmes de finale à Madrid et en quart de finale de l’Omnium Banque Nationale à Montréal plus tôt cette saison.

Milos Raonic, de Thornhill, en Ontario, est le seul autre Canadien à s’être qualifié pour la finale mondiale de l’ATP Tour, après avoir participé à l’événement en 2014 et 2016. Raonic a perdu en demi-finale en 2016 et a perdu ses deux matchs en 2014.

Fritz bat Nadal

La tentative de Nadal de remporter l’un des rares titres manquants à sa brillante carrière a mal commencé, puisqu’il a été battu en deux sets par Fritz, huitième tête de série, lors de son premier match plus tard dimanche.

Après un premier set âprement disputé, Fritz a dominé le deuxième et a remporté une victoire de 7-6 (3), 6-1 sur la tête de série Nadal.

« Ça fait du bien. J’avais hâte de sortir lors du premier match, surtout avec mes espoirs de sortir du groupe, ça allait être très important », a déclaré Fritz. « J’y suis allé et j’ai joué un grand match, et je ne pourrais pas être plus heureux. »

Fritz a resserré son emprise sur le match en brisant le service de Nadal lors du quatrième jeu du deuxième set.

Nadal s’est vaillamment battu pour rester dans le match et a réussi à sauver quatre balles de break lors du sixième jeu, mais Fritz l’a emporté en cinquième période en demandant à être servi pour le match. Il l’a clôturé lorsque l’Espagnol a envoyé un long coup droit.

Ce n’était que le deuxième match en simple de Nadal depuis l’US Open, car il a lutté contre les blessures et est également devenu père pour la première fois en octobre.

Nadal n’a jamais remporté le titre de la finale ATP en 10 tentatives. Il a terminé deuxième en 2010 et 2013.

Novak Djokovic, Stefanos Tsitsipas, Daniil Medvedev et Andrey Rublev complètent la formation à Turin.

La Suisse remporte la Coupe Billie Jean King

Belinda Bencic continue de livrer de gros titres pour la Suisse.

La championne olympique en simple a permis à la Suisse de remporter le premier prix du tennis par équipe féminin pour la première fois dimanche, complétant un tournoi presque parfait en battant l’Australienne Alja Tomljanovic en deux sets lors de la finale de la Billie Jean King Cup.

Cette victoire a donné à la Suisse une avance incontestée de 2-0 après que Jil Teichmann a battu l’Australien Storm Sanders 6-3, 4-6, 6-3 lors du premier match en simple.

Bencic n’avait pas perdu un set de toute la semaine et a prolongé cette séquence en battant Tomljanovic 6-2, 6-1 pour décrocher le titre. Bencic, 25 ans, n’a dépassé qu’une seule fois les quarts de finale d’un tournoi du Grand Chelem, atteignant les demi-finales de l’US Open 2019, mais il semble toujours élever son jeu lorsqu’il joue pour la Suisse.

Il a remporté l’or en simple aux Jeux olympiques de Tokyo et a également ajouté une médaille d’argent en double.

Dimanche, il a réalisé une performance presque parfaite, même après avoir passé plus de deux heures à encourager Teichmann en début de match.

« J’ai donné tellement d’énergie dans le match de Jil, parce que j’essayais de lui mettre beaucoup de pression », a déclaré Bencic. « Storm jouait à merveille, elle lançait tout sur Jil. Et elle est restée si forte, chaque point qui n’a pas disparu. Et elle a, comme, refusé de perdre et s’est battue avec tout ce qu’elle avait, et j’étais si fier et si inspiré d’une certaine manière. Et j’ai essayé de faire la même chose. Je ne pense pas que nous ayons encore compris, que nous sommes les premiers [from Switzerland] Gain. »

Le Suisse n’avait jamais remporté la compétition anciennement connue sous le nom de Fed Cup, perdant la finale en 1998 et à nouveau l’année dernière. L’Australie l’a remporté sept fois, mais la dernière remonte à 1974. Les Australiens ont atteint 10 finales depuis lors, mais les ont toutes perdues.

« Nous n’avons pas gagné cela seulement aujourd’hui, c’était cette semaine, et en fait c’était depuis des années », a déclaré le capitaine de l’équipe suisse Heinz Guenthardt. « Qui sait pourquoi vous gagnez quelque chose et perdez quelque chose. Cela a beaucoup à voir avec le cœur. Et cette équipe a beaucoup de cœur, je vous le dis. »

Bencic a déclaré que la défaite de l’an dernier en finale avait servi de motivation supplémentaire cette fois.

« Nous étions finalistes l’année dernière et nous avions le cœur brisé », a déclaré Bencic. « Je ne pense pas avoir autant pleuré. Mais dans le vestiaire [Teichmann] Il est venu me voir et m’a dit : « L’année prochaine, nous allons le faire ». Et nous l’avons fait. »