Les forces politiques ont promis de créer un gouvernement de mission dans deux semaines.

Emmanuel Macron s'est entretenu avec son homologue libanais, Michel Aoun, à son arrivée à Beyrouth lundi.
Emmanuel Macron s’est entretenu avec son homologue libanais, Michel Aoun, à son arrivée à Beyrouth lundi. GONZALO FUENTES / AFP

Envoyé spécial à Beyrouth (Liban)

Le majestueux cèdre vert, emblème du Liban, est un arbre à croissance lente. Mais Emmanuel Macron voudrait suivre symboliquement la croissance de celui qu’il a planté mardi sur la montagne. Pour illustrer la nouvelle ère qu’il espère ouvrir à ce pays frappé par la tragique explosion qui a fait près de 200 morts dans le port de la capitale le 4 août. “Vous venez de planter le premier cèdre du deuxième centenaire du Grand-Liban«Il a accueilli Fadia Kiwan, directrice de la forêt nationale des cèdres, alors que la patrouille française survolait le site de Jaj, à 70 km au nord de Beyrouth.

Perché au milieu de pics rocheux à 1600 mètres d’altitude, ce village maronite n’a pas été choisi au hasard. La forêt de cèdres de Jaj n’est sur le territoire d’aucun grand seigneur féodal, qui contrôle politiquement le Liban. Ni dans le bastion de Samir Geagea, le chef des Forces libanaises dans la région historique la plus septentrionale des Cèdres, ni en cela,

Cet article est réservé aux abonnés. Vous avez 85% à découvrir.

Abonnement: 1 € le premier mois

Peut être annulé à tout moment

READ  L'adversaire russe Alexeï Navalny rappelle sa convalescence