Argonuts (G, 95 min) Réalisé par David Alaux, Eric et Jean-François Tosti **½

Sacré bleu! Ce conte français doit devenir l’une des aventures animées les plus étranges à apparaître sur nos écrans depuis des années.

Un chat végétarien amateur de théâtre et son gardien rongeur rat de bibliothèque obsédé par la mythologie grecque et à la recherche d’aventures dans lesquelles je peux me lancer. Une mouette salée avec des ailes crochues et des pattes de cheville ? Enregistre-moi. Une relation conflictuelle entre dieux frères qui cause des problèmes à ceux d’en bas ? Classique. Armée de squelettes ? Pourrait-il y avoir un autre type?

Même les aspirations ninja apparemment improbables du rat acolyte comique ont au moins le potentiel de faire sourire.

Mais finalement, il est arrivé un moment où cette concoction inspirée de Jason et des Argonautes (ou devrait-elle être du blanc-manger) a commencé à s’effondrer pour moi.

LIRE PLUS:
* La porte portable : Sam Neill montre son côté le plus méchant dans un fantasme amusant
* Dernier héros d’action à 30 ans : la catastrophe au box-office qui a marqué le début de la fin d’Arnold Schwarzenegger arrive sur TVNZ+
* Annie: le dernier film de Cameron Diaz et sa collaboration avec Jamie Foxx arrivent sur Prime Video
* The Jungle Bunch : conte d’animation français qui propose une heure et demie de vacances scolaires ludiques

Notre cadre est, plus ou moins, la Grèce antique (au moins l’île grecque de Yorgos) et pourtant nos héros rencontrent un trio de rats de la foule italienne, un Poséidon agacé offrant toujours « Hasta La Vista » comme ligne de séparation et quelques les scorpions agissent plus comme des surfeurs californiens (bien que leur mantra répété soit du pur Frank « sérénité maintenant » Costanza).

Tout devient incroyablement déroutant et désagréable (au bout d’un moment, vous redouterez comment expliquer les nombreuses questions probables sur le trajet du retour), et c’est avant l’inclusion bizarre d’une bande-son disco et de morceaux de musique de Close Encounters of the Third. Guy et l’équipe A.

Une culture pop aussi étrange et datée est une honte car Argonuts (un titre bien inférieur à l’original français, qui se traduit par « Pattie et la colère de Poséidon ») a définitivement du potentiel.

Avec ses capitaines d'oiseaux de mer salés, ses souris courageuses et ses chats épris de théâtre, Argonuts est un film pour enfants qui est bien plus une bizarrerie qu'une grande odyssée.

Avec ses capitaines d’oiseaux de mer salés, ses souris courageuses et ses chats épris de théâtre, Argonuts est un film pour enfants qui est bien plus une bizarrerie qu’une grande odyssée.

Lorsque les insulaires ont finalement eu le courage d’ériger une statue à Zeus, dont la Toison d’or a protégé leur maison balnéaire de toutes les menaces pendant de nombreuses années, ils ne savaient pas que cela rendrait leur frère Poséidon nerveux.

Agacé par les railleries de Zeus, le roi des mers brandissant un trident prend d’assaut les quais et exige que quelque chose d’aussi éblouissant soit construit en son honneur, sinon il déclenchera un événement catastrophique qui rayera sa ville de la carte.

Normalement, c’est à ce moment-là qu’ils se tourneraient vers leur héros Jason. Mais il est devenu vieux et malade et ses Argonautes sont maintenant réduits à des tas d’ossements.

Cependant, après avoir lu chaque livre de la bibliothèque une douzaine de fois, la jeune passionnée Pattie Mouse sait exactement quoi faire. Les contes parlent d’une île voisine qui a des saphirs parfaits pour un brillant trident. Il ne reste plus qu’à trouver un équipage prêt à se lancer dans un voyage potentiellement mortel.

Où trouveriez-vous des rats de la mafia italienne sinon dans un film français inspiré de la mythologie grecque ?

Où trouveriez-vous des rats de la mafia italienne sinon dans un film français inspiré de la mythologie grecque ?

Animé par le trio derrière la série animée française The Jungle Bunch (David Alau, Eric et Jean-Francois Tosti), cela offre un message édifiant sur la confiance en soi, mais donne également l’impression que l’intrigue a été lancée à la volée. . .

Zeus décide de lancer un bébé kraken sur notre petite bande ou les marins « juste pour s’amuser » (il pointe l’un des nombreux moments scatologiques du film), alors que la fin semble être un véritable anticlimax après tous les dangers rencontrés en cours de route.

Un film qui tient bien plus de la rareté que de la grande odyssée.

Argonuts commence à être projeté dans certains cinémas à travers le pays le 6 avril.