La France reste un acteur majeur sur la scène européenne des startups, et malgré la pandémie de COVID-19 qui fait des ravages dans les économies mondiales, les startups du pays ont fait preuve d’une résilience surprenante et se sont même améliorées au cours de l’année pré-pandémique, selon un nouveau sondage.

Les startups numériques françaises ont augmenté en 2020 pour atteindre près de 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires, selon le baromètre annuel d’EY sur la performance sociale et économique des startups numériques françaises.

L’étude a également montré que les revenus des startups mondiales ont augmenté de 15% par rapport à 2019.

Un peu plus d’un tiers des entrepreneurs ont également déclaré que la pandémie n’avait eu aucun impact sur leur financement.

« Les startups sont plus résilientes car elles ont pu s’adapter très rapidement au travail à distance en premier lieu, elles ont pu travailler avec plus d’agilité et de ce fait elles peuvent être plus fortes », a déclaré à Euronews Franck Sebag, associé chez EY France. .

« Et on sait que pendant ce type de crise, pour certains d’entre eux, c’est vraiment une opportunité. »

Compétition européenne

Les start-up françaises ont également trouvé des opportunités à l’étranger. L’étude indique que 36% du chiffre d’affaires en 2020 a été généré hors de France. Pendant ce temps, 29% des startups françaises se sont avérées être soutenues par des investisseurs internationaux.

Mais alors que la France affiche une activité record, son scénario de démarrage n’est que troisième en Europe en termes d’activité de Venture Capital derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne.

READ  Vente de Chelsea : consortium de conseil Goldman Sachs dirigé par Todd Boehly ; quatre offres pour le club confirmées après la date limite | nouvelles du football

Sebag dit cependant que le défi devrait être pour les pays européens de s’unir dans la lutte pour le succès mondial de la startup.

« En Chine, nous avons une sorte de ralentissement de la technologie à cause de la réglementation », a-t-il déclaré.

« En Europe, au cours du seul premier semestre de l’année, nous avons trois fois plus de nouvelles licornes qu’en Chine. Cela signifie que nous avons quelque chose avec lequel interagir et nous le savons entre la Chine et les États-Unis. [the relationship] ce n’est pas si lisse.

« Alors peut-être que c’est le bon moment pour être plus agressif. Et bien sûr, la question clé est de savoir comment allons-nous avoir des dirigeants européens plutôt que nationaux ».

Une autre raison du succès de la start-up française tient au soutien public.

Le président français Emmanuel Macron s’est engagé à faire de la France une « start-up nation » et a annoncé en 2019 un fonds de 5 milliards d’euros pour soutenir les investissements technologiques avec 2 milliards d’euros pour aider les start-ups à se développer.

Il s’est également fixé un objectif ambitieux d’avoir au moins des entreprises de plus de 25 milliards de dollars (21 milliards d’euros) en France d’ici 2025.

« Le soutien du public a été vraiment excellent et nous pensons qu’il doit être pérennisé car il a contribué à l’optimisme de l’écosystème », a déclaré à Euronews Next Clara Audry, associée chez CapHorn Invest.

«Je pense que 77% des startups utilisent le crédit d’impôt technologique, contre 60% en 2019. Et nous avons également le crédit d’impôt innovation, qui est utilisé par 64% des startups. .

READ  « Vous ressentez plus de pouvoir sur votre vie en Suisse »

« En fait, le gouvernement français a été très utile. »

Un leadership fort grâce au COVID

Mais une autre raison du succès des startups françaises est également due au leadership, a déclaré Audry.

«Je pense que peut-être un fil conducteur entre les start-ups ou les entreprises en crise serait un leadership fort et la capacité de montrer fondamentalement un nouveau plan, que ce soit pour la croissance ou non, une culture et un leadership forts, et plus encore, lorsque les gens travaillent à distance. .

« Je pense que cela a été critique », a-t-il déclaré, ajoutant que l’écosystème s’était développé en 2020.

Création d’emplois mais loin de la parité hommes-femmes

L’une des façons dont les startups françaises ont contribué à l’écosystème français est la création d’emplois. Le rapport note que les startups interrogées ont créé 4 897 emplois en 2020, ce qui représente une augmentation de 13% de la croissance.

Le rapport a également souligné que la plupart de ces emplois étaient également pour le CDI, qui est un contrat à durée indéterminée ou à durée indéterminée en France.

Le recrutement est crucial pour la croissance des startups françaises et reste un domaine d’intervention important pour les PDG, selon l’enquête.

Il a également montré que la parité s’était améliorée avec 43 pour cent des femmes employées, contre 36 pour cent l’année précédente.

Mais il reste encore un long chemin à parcourir pour parvenir à l’égalité des sexes, car l’enquête a révélé que seulement 11% des PDG étaient des femmes.

Audry dit que la parité s’améliore dans les lancements d’équipes, mais admet qu’il reste encore un long chemin à parcourir.

READ  Aider les résidents d'Essex à passer une Saint-Valentin sans déchets

« Les chiffres montrent sans aucun doute qu’il s’agit d’un État encore déséquilibré », a déclaré Audry.

Une solution pour amener plus de femmes au sommet de l’échelle, dit-elle, est d’enseigner l’entrepreneuriat dès le plus jeune âge.

« Je pense que c’est probablement très profond et dans les premiers jours et je dirais que l’école serait l’une des réponses pour promouvoir l’entrepreneuriat auparavant sans aucune considération de genre », a-t-elle ajouté.

L’avenir des startups françaises

Malgré les perspectives optimistes pour les startups françaises dans peut-être l’une des années les plus difficiles, elles doivent encore trouver les ressources pour se développer.

L’enquête a indiqué que 21% des startups interrogées ont déclaré qu’elles s’étaient engagées à obtenir un prêt dans les 12 prochains mois et 29% « y envisagent probablement ».

Le rapport indique également que le talent est la clé de la croissance en 2020.

Mais l’enquête indique que malgré toutes les difficultés, les startups ont confiance en l’avenir. La plupart d’entre eux s’attendent à une croissance de leurs revenus comprise entre 26% et 50% l’année prochaine.