Le détaillant en ligne Amazon n’a pas payé d’impôt sur les sociétés pour ses opérations européennes en 2020, malgré un chiffre d’affaires record de 44 milliards d’euros, ont révélé des documents d’entreprise.

Las cifras están alimentando el escrutinio de los acuerdos fiscales del gigante de Internet, ya que sus ingresos se vieron impulsados ​​por un cambio hacia las compras en línea durante la pandemia Covid-19 que ayudó a Amazon a duplicar sus ganancias en los Estados Unidos l’année dernière.

Les dépôts d’entreprises au Luxembourg, qui abrite le siège européen du géant de l’internet, ont montré qu’Amazon EU Sarl avait enregistré un chiffre d’affaires record de 44 milliards d’euros l’année dernière, mais n’avait pas payé d’impôts au Grand-Duché, son unité ayant enregistré une perte de 1,2 milliard d’euros.

Le commerçant a également reçu 56 millions d’euros de crédits d’impôt en raison de la perte, s’ajoutant à une accumulation de 2,7 milliards d’euros de pertes reportables, qui peuvent être utilisées pour compenser les futures charges d’impôts si la société déclare des bénéfices futurs.

Les comptes soumis par Amazon EU Sarl ont montré que les ventes ont augmenté en 2020 à 44 milliards d’euros contre 32 milliards d’euros en 2019, ce qui signifie que l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 8,4 millions d’euros pour chacun des 5262 employés employés par son unité luxembourgeoise, a rapporté The Guardian.

Les résultats n’ont pas été ventilés par pays, mais l’unité luxembourgeoise gère les ventes pour le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas, la Pologne, l’Espagne et la Suède.

READ  Quel pays a dépensé le plus d'argent pour l'aide aux arts pendant la pandémie?

Les résultats interviennent dans un élan croissant vers un accord international sur la fiscalité des géants du numérique négocié par le biais de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), après l’administration du président des États-Unis, Joe Biden, pour émettre des propositions pour la fiscalité numérique et un taux minimum global. .

En 2017, la Commission européenne a constaté que le Luxembourg avait offert à Amazon 250 millions d’euros d’avantages fiscaux et avait été condamné à récupérer la somme au titre d’une aide d’État illégale. Le Luxembourg a fait appel de la décision et la procédure est en cours.

“La commission continuera de surveiller le comportement d’Amazon concernant les impôts sur les sociétés”, a déclaré la porte-parole de la Commission européenne, Arianna Podesta.

Un deuxième porte-parole de la commission a déclaré que l’exécutif européen publierait de nouvelles propositions fiscales dans les semaines à venir. “Nous avons l’intention de travailler contre la fraude et contre tous ces impacts négatifs sur les impôts”, a déclaré le porte-parole de la commission Daniel Ferrie.

Un porte-parole d’Amazon a déclaré que les bénéfices étaient faibles en raison des investissements réalisés par la société et des faibles marges dans le commerce de détail.

“Amazon paie toutes les taxes requises dans tous les pays où nous opérons”, a déclaré le porte-parole. «L’impôt sur les sociétés est basé sur les bénéfices, pas sur les revenus, et nos bénéfices sont restés faibles en raison de nos investissements massifs et du fait que le commerce de détail est une entreprise hautement compétitive et à faible marge.

READ  Henry met en garde contre un long chemin à parcourir pour l'offre publique d'achat d'Arsenal

“Nous avons investi plus de 78 milliards d’euros en Europe depuis 2010, et une grande partie de cet investissement est dans des infrastructures qui créent des milliers de nouveaux emplois, génèrent d’importantes recettes fiscales locales et soutiennent les petites entreprises européennes.”