Reporter le “Black Friday” d’une semaine? Une réunion prévue vendredi à Bercy devrait permettre de se prononcer sur cette hypothèse, relativement bien accueillie par les professionnels, à condition que ce délai permette aux magasins de rouvrir plus tôt.

Amazon, acteur majeur de cette fête des consommateurs, est prêt à le reporter d’une semaine en France, comme l’a demandé le gouvernement, a déclaré jeudi 19 novembre le responsable de la filiale française du groupe de commerce électronique. “Nous avons décidé de reporter la date du” Black Friday “si cela permet aux entreprises et aux magasins physiques de rouvrir avant le 1c’est Décembre “a déclaré sur TF1 le directeur général d’Amazon France, Frédéric Duval. Cette opération promotionnelle, initialement prévue le 27 novembre, aura finalement lieu le 4 décembre, a-t-il précisé.

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a interrogé mercredi les acteurs de la distribution “Changement” cette opération massive. Les négociations semblent bien se dérouler: après une première rencontre autour de Bruno Le Maire jeudi matin, Bercy a indiqué qu’une “Nouvel échange” avec les acteurs impliqués était prévu ” matin [vendredi] à 15 heures, en vue de finaliser un accord “.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Commerce: faute de réouverture à temps pour le “Black Friday”, Bruno Le Maire propose de “le changer”

“Accueillir l’esprit de responsabilité”

“Je tiens à saluer l’esprit de responsabilité des distributeurs et du commerce en ligne qui ont accepté de valoriser favorablement la proposition que j’ai faite”a déclaré jeudi le ministre de l’Economie, lors d’un déplacement à Dourdan (Essonne). «Nous avons bien progressé ce matin, nous avons continué le travail. Il y a beaucoup de travail technique, logistique et juridique à faire pour que cette décision soit prise efficacement “, il a dit.

READ  "Ils nous ont menti" et "il faut aller au bras de fer", raconte Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France

Les spécialistes de la distribution semblent prendre la demande du gouvernement positivement, mais à la seule condition qu’elle entraîne des ouvertures rapides de magasins… et qu’elle soit respectée par tous.

“Nous nous sommes dit ce matin que nous étions prêts à nous asseoir à la table des négociations, à discuter des différentes options et que nous avons accepté d’être flexibles et de nous adapter à la demande du ministre dans la mesure où une convergence serait” organisée au sein de la profession “., a expliqué jeudi le PDG de France du japonais Rakuten, Fabien Versavau, faisant de ce dernier point un “Condition absolument impérative”.

Un autre point clé: “Ce report n’est pas une fin en soi et, surtout, il ne doit pas servir de prétexte à une prolongation des fermetures de magasins”, met en avant les Marchands et Artisans des Métropoles de France (CAMF), la Fédération Française des Associations de Marchands (FFAC), le Conseil National des Centres Commerciaux (CNCC), la Fédération Nationale des Centres Urbains (FNCV) et la Confédération des Marchands de France (CDF). Les “Priorité maximale” La réouverture des magasins se poursuit le 27 novembre.

Opération internationale

De leur côté, les protagonistes de la grande distribution se déclarent prêts à organiser des retards dans les promotions, toujours à la condition que cela permette à tous les magasins de rouvrir au plus vite. “System U est en faveur du compromis dont il est question […] pour permettre une réouverture sûre et sereine de tous les magasins à partir du samedi 28 novembre “a déclaré son président, Dominique Schelcher, sur Twitter. Le patron de Carrefour, Alexandre Bompard, a également donné son accord pour suspendre le «Black Friday» afin de favoriser la réouverture des petits magasins, a indiqué le groupe, confirmant les informations de BFMTV.

READ  Le coût du vaccin développé par Sanofi et GSK sera "inférieur à 10 euros"

Cependant, certains ont des réserves. Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a estimé sur RTL qu’il était “ce n’est pas raisonnable” voulant reporter le “Black Friday” huit jours plus tôt. “Vendredi noir” “C’est une opération commerciale internationale, c’est comme si on décidait d’arrêter la marée haute, à mon avis c’est illusoire”, a commenté, de son côté, François Asselin, président du CPME (petites et moyennes entreprises), dans le cadre du programme «Ecorama» de Boursorama.

Venant des États-Unis, le Black Friday est une opération promotionnelle d’initiative privée. Contrairement aux dates des ventes, le gouvernement n’a aucun contrôle sur la performance de cette opération, qui devient de plus en plus populaire en Europe chaque année.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi «Amazon nous frappe avec son Black Friday, quelle indécence! »: A Blois, les petits commerçants jouent pour survivre

Le monde avec l’AFP