Les autorités algériennes ont arrêté 36 personnes après la mafia qui a tué et brûlé un homme accusé à tort d’avoir déclenché des incendies de forêt.

Les incendies ont commencé lundi dernier et ont balayé les montagnes Région Kabyle, tuant au moins 47 habitants et 28 soldats, tout en détruisant des oliveraies et du bétail.

L’artiste Djamel Ben Ismail, 38 ans, a été tué par une foule mercredi après avoir été soupçonné à tort d’avoir déclenché plusieurs incendies alors qu’il était effectivement venu en aide, a indiqué dimanche le chef de la police judiciaire.

Photo:
Au cours des dernières 24 heures, plus de 74 incendies ont été éteints en Algérie. Photo : AP

Mohamed Chagor a déclaré que la foule était en « hystérie collective » lorsqu’il a traîné M. Ben Ismail hors d’un poste de police, où il était protégé, et l’a attaqué dans la ville de Larbaa Nath Irathen, un village ravagé par les flammes du Tizi. Quartier d’Ouzou.

Il a déclaré que les policiers avaient décidé de ne pas tirer de sommation sur la foule parce qu’ils craignaient d’aggraver la situation.

Parmi les personnes arrêtées se trouvaient trois femmes et un homme qui ont poignardé le corps inanimé de la victime avant qu’il ne soit brûlé.

Les pompiers interviennent près de la ville de Toudja lors des incendies en région kabyle.  Photo : AP
Photo:
Les pompiers travaillent près de la ville de Toudja. Photo : AP

Des photos et des images de l’incident ont été publiées en ligne, que les autorités ont utilisées pour procéder à leurs arrestations.

M. Ben Ismail a été enterré le lendemain dans sa ville natale de Khemis Miliana, à l’ouest de la capitale kabyle, Tizi-Ouzou.

READ  Narendra Modi paie un prix aux urnes alors que l'Inde subit un autre jour de morts record

La plupart des incendies de forêt « ne représentent plus un danger pour les habitants », a déclaré à l’agence de presse APS le colonel Farouk Achour, un responsable de la protection civile.

Plus de 74 incendies ont été éteints au cours des dernières 24 heures, a-t-il déclaré.

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a déclaré que les autorités soupçonnaient les incendies d’origine criminelle, même si une vague de chaleur nord-africaine « en fait partie ».

Au moins 22 personnes ont été arrêtées soupçonné d’incendie criminel, ont déclaré les autorités.